Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Grève générale illimitée chez Industries Mailhot à Saint-Jacques

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…
Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…
Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Flanquée des représentantes et représentants du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et de la Fédération…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Moyens de pression

2022-03-08_Mailhot_FIM

Grève générale illimitée chez Industries Mailhot à Saint-Jacques

Le 18 décembre dernier, l’assemblée générale du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Industries Mailhot–CSN à Saint-Jacques a adopté un mandat de moyens de pression incluant le déclenchement d’une grève au moment jugé opportun. Depuis le début de la ronde de négociation pour le renouvellement de la convention collective échue depuis le 31 décembre 2021, près d’une trentaine de séances de négociation ont eu lieu sans que les parties aient pu en arriver à une entente. Au début de cette année, la partie syndicale a demandé au ministre du Travail de nommer un conciliateur au dossier afin de permettre d’accélérer le processus des négociations.

Aucune avancée significative n’a pu être réalisée depuis, si bien que les termes normatifs de la convention collective demeurent toujours en litige. « C’est inacceptable et du jamais vu comme situation. On arrive tout près d’une trentaine de séances de négociation et on fait encore du surplace », s’indigne Alain Martel, président du syndicat.

Ce n’est qu’après avoir intensifié leurs moyens de pression que les syndiqué-es ont pu enfin recevoir le dépôt des offres salariales de l’employeur la semaine dernière. Des offres jugées nettement insuffisantes par la partie syndicale, dont une offre de la moitié inférieure à celle de l’inflation et qui ne tient aucunement compte des demandes de rattrapage salarial face à la concurrence.

« Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, d’autant que chez Industries Mailhot il y a énormément d’emplois spécialisés, recevoir d’aussi minces offres salariales est inacceptable. La rémunération accuse un retard face à la concurrence et en plus on tente d’imposer aux salarié-es syndiqués un appauvrissement. Industries Mailhot joue avec le feu et met en péril la stabilité de sa main-d’œuvre », souligne Patricia Rivest, présidente du Conseil central de Lanaudière–CSN.

Devant la lenteur des négociations et les maigres offres de l’employeur, les salarié-es ont pris la décision aujourd’hui 8 mars 2022 de déclencher une grève générale illimitée. Au moment d’écrire ces lignes, les parties étaient en négociation toute la journée en compagnie du conciliateur du ministère du Travail.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket