La CSN dénonce l’usage du bâillon pour l’adoption de la réforme Dubé

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Réforme du réseau de la santé et des services sociaux

comm8dec

La CSN dénonce l’usage du bâillon pour l’adoption de la réforme Dubé

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) dénonce l’usage du bâillon pour forcer l’adoption de la réforme Dubé, la plus vaste réforme que le réseau de la santé et des services sociaux n’a jamais vue.

« S’il y a une chose que je peux vous assurer, c’est que la CSN va se battre pour que les travailleuses et les travailleurs du réseau ne fassent pas les frais des réformes nocives du gouvernement », a expliqué Caroline Senneville, présidente de la CSN.

Le projet de loi, vivement critiqué par la CSN, ouvre la porte toute grande à l’usage du privé en santé, de même qu’à la centralisation du réseau. La centrale syndicale craint notamment que ces transformations n’exacerbent les problèmes criants de pénurie de main-d’œuvre dans le milieu.

« Le Québec est pris dans une relation toxique avec le privé, particulièrement dans le domaine de la santé et des services sociaux. Plus on va donner de la marge de manœuvre aux cliniques privées, plus on va créer des fuites de personnel vers ce secteur, plus on va augmenter la pression sur le public et surtout, sur les travailleuses qui le tiennent à bout de bras », a ajouté Caroline Senneville.

En plus d’un rebrassage inutile des structures syndicales, la réforme verra aussi la création d’un employeur unique pour les 310 000 travailleuses et travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux. À plusieurs reprises, le ministre Dubé a présenté sa réforme comme l’achèvement des transformations entamées par les ministres Couillard et Barrette. Ces réformes ont d’ailleurs elles aussi été adoptées sous bâillon.

Récemment, une coalition de plus de 300 organisations syndicales, communautaires et médicales, dont la CSN fait partie, remettait en question l’adoption précipitée et antidémocratique de la réforme.

« Pour un gouvernement qui gouverne à coups de sondages, je trouve qu’il ignore pas mal ce que la société civile pense de sa réforme. Une chose est certaine, les Québécoises et les Québécois ne veulent pas d’une américanisation du réseau », a conclu Mme Senneville.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023