Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La Fédération nationale des communications défend l’importance de l’indépendance du journalisme régional

Du même SUJET

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Le gouvernement doit prendre ses responsabilités

Le gouvernement doit prendre ses responsabilités

Aujourd’hui et demain, dans plusieurs régions du Québec, des conductrices et des conducteurs de véhicules scolaires…
Les membres du Syndicat des employés de Fonderie Saguenay ltée obtiennent un règlement!

Les membres du Syndicat des employés de Fonderie Saguenay ltée obtiennent un règlement!

Les membres du Syndicat des employés de Fonderie Saguenay ltée se sont réunis en assemblée générale…
Sprint de négociation chez les sages-femmes

Sprint de négociation chez les sages-femmes

Le groupe de militantes s’est réuni devant l’hôtel Quality Suites où se déroulaient les négociations avec…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Vente et fermeture des journaux hebdomadaires de Sun Media

La Fédération nationale des communications défend l’importance de l’indépendance du journalisme régional

La Fédération nationale des communications (FNC-CSN) prend acte de l’achat de 14 des 33 journaux hebdomadaires mis en vente à la suite de la décision du Bureau de la concurrence dans le cadre de l’acquisition par Transcontinental Inc. des 74 hebdomadaires de Sun Média, mais déplore la fermeture des 19 autres, entraînant la perte de 80 emplois et une érosion de l’accès à l’information régionale et à la diversité des voix pour plusieurs communautés.

Les trois journaux hebdomadaires dont les employés sont syndiqués à la FNC-CSN ont donc trouvé preneur. Il s’agit de L’Écho du Nord (Saint-Jérôme), acheté par Éditions Blainville Deux-Montagnes du Groupe JCL, ainsi que Le Point du Lac-Saint-Jean (Saint-Félicien) et Le Réveil (Saguenay), eux-mêmes acquis par Néomédia.

La FNC-CSN est très inquiète des intentions de Néomédia quant à la nouvelle vocation des onze hebdomadaires dont il est devenu propriétaire puisqu’on a déjà annoncé que la version « papier » disparaîtra pour céder la place à une version uniquement numérique.

Également, l’entreprise de marketing semble cultiver une approche très « commerciale » de l’information. Son site web (www.neomedia.com) propose entre autres aux entrepreneurs régionaux de démarrer leur propre média en ligne afin d’avoir « La Une, au profit de votre entreprise ». Dans leur rubrique « Comment ça fonctionne », il est très préoccupant de lire :

« L’idée à la base de Néomédia est tout à fait géniale : offrir une solution d’affaires, prête à utiliser et facile à opérer, à des personnes possédant des aptitudes pour la vente et la gestion au sein d’une région géographique qui leur est octroyée en EXCLUSIVITÉ.

« La stratégie pour le ‘néo entrepreneur’ est de proposer, aux entreprises et organisations œuvrant au sein de sa région, un média exclusif qui les positionnera auprès de leurs clients. Grâce à Néomédia, les entrepreneurs s’adressent à une clientèle captive et friande des informations locales. »

Selon Pascale St-Onge, la secrétaire générale de la FNC-CSN, cette approche démontre une nette méconnaissance du rôle de l’information dans une société démocratique : « Les textes journalistiques ne doivent pas être des arguments de vente publicitaire, mais bien des sources d’informations précieuses, vérifiées et sérieuses afin que les citoyens puissent faire des choix éclairés, a commenté madame St-Onge. En ce sens, nous invitons l’entreprise à confirmer son adhésion au Conseil de presse et à son Code de déontologie dans les meilleurs délais. »

Par ailleurs, la FNC-CSN continuera de veiller à ce que ses membres puissent exercer leurs fonctions dans le respect de leur convention collective et des meilleures pratiques journalistiques.

Le Conseil de presse du Québec est un organisme privé, à but non lucratif, qui œuvre depuis près de quarante ans à la protection de la liberté de la presse et à la défense du droit du public à une information de qualité. Depuis sa création, le Conseil a été appelé à se pencher, à titre de tribunal d’honneur, sur plus de 2000 plaintes concernant des médias d’information distribués ou diffusés au Québec, qu’ils soient membres ou non du Conseil, qu’ils appartiennent à la presse écrite ou électronique.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket