Budget du Québec 2020

18 février 2020

La FSSS–CSN présente ses cinq demandes

Pour régler les problèmes les plus criants, la FSSS–CSN demande cinq mesures fiscales.

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSSCSN) dévoile ses priorités pour le prochain budget du Québec. Ces cinq demandes visent à mettre fin à la crise dans le réseau de la santé et des services sociaux et à répondre aux besoins des familles et des travailleuses dans les services de garde éducatifs.

Cinq mesures fiscales pour le budget du Québec 2020
Le réseau de la santé et des services sociaux subit une crise inégalée qui trouve sa source dans la réforme Barrette et le manque à gagner des établissements du réseau depuis 2013-2014 qui se chiffre maintenant à 9 milliards de dollars. Le cumul de l’austérité et de la forte hausse de rémunération des médecins a créé une spirale de sous-financement pour le personnel et plusieurs services à la population.

Dans le secteur préhospitalier, les délais de réponse posent problème dans plusieurs régions et des cas sortent régulièrement pour faire état de la surcharge de travail des paramédics. Dans le réseau des services de garde éducatifs, les CPE et les RSG doivent jongler avec la menace des maternelles 4 ans, ce qui pousse plusieurs travailleuses à quitter la profession.

Pour régler ces problèmes criants, la FSSSCSN demande cinq mesures fiscales :

  • Un montant de 500 millions de dollars dédiés à des mesures d’attraction et de rétention du personnel dans le réseau de santé et de services sociaux
  • Un financement récurrent de 500 millions de dollars en soins à domicile pour augmenter le personnel des CLSC et répondre aux besoins grandissants de la population
  • Un montant de 500 millions de dollars pour renforcer les soins dans l’hébergement de longue durée
  • Un montant de 80 millions de dollars pour freiner la surcharge de travail et améliorer les temps de réponse dans les services préhospitaliers d’urgence
  • Un montant de 300 millions de dollars pour attirer et retenir le personnel dans le réseau des services de garde éducatifs (CPE et RSG)

« Le gouvernement Legault doit saisir l’ampleur de la crise vécue par le personnel en annonçant des mesures fiscales concrètes et ambitieuses dans le budget 2020. Nos cinq demandes sont des solutions pour améliorer les choses et donner de l’air au personnel surchargé. Le gouvernement ne peut pas tout mettre sur le dos de la pénurie. Il doit agir ! », explique Jeff Begley, président de la FSSSCSN.

Des mesures fiscales au cœur des priorités du personnel
Un récent sondage mené par la FSSSCSN auprès de ses membres a permis de dresser les priorités fiscales des travailleuses et travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux et du réseau des services de garde éducatifs. C’est 1345 membres de la FSSSCSN qui ont répondu au sondage électronique mené entre le 5 et le 12 février 2020.

  • Pour 51 % des répondant-es, la priorité doit être d’investir pour des mesures d’attraction et de rétention du personnel dans le réseau de santé et de services sociaux
  • 26 % considèrent qu’il faut freiner la surcharge de travail et améliorer les temps de réponse dans les services préhospitaliers d’urgence
  • 26 % pensent qu’il faut investir dans les soins à domicile publics
  • 22 % demandent du financement pour attirer et retenir le personnel dans les CPE et les RSG
← Précédent Formation en soins infirmiers au Québec : des faits à rétablir 18 février 2020
Suivant → La CSN accueille les pompiers volontaires de la ville de Cap-Chat 18 février 2020

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/la-fsss-csn-presente-ses-5-demandes/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.