Bridon-Bekaert Ropes Group demeure inflexible malgré les offres de Québec

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

La CSN déplore la fermeture de Novago à Joliette

La CSN déplore la fermeture de Novago à Joliette

Après plus de 15 mois de grève, la coopérative Novago annonce la fermeture de son point…
La CSN exige plus de transparence de la part du Commensal

La CSN exige plus de transparence de la part du Commensal

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs Les mets du Commensal, représentant les salarié-es de l’usine de…
Les salarié-es de Chemtrade déclenchent la grève

Les salarié-es de Chemtrade déclenchent la grève

C’est ce jeudi matin 5 janvier que les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des…
Une occasion ratée d’implanter les solutions du personnel pour un réseau plus humain

Une occasion ratée d’implanter les solutions du personnel pour un réseau plus humain

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ressort perplexe de la lecture du…
Du jamais vu pour les paramédics !

Du jamais vu pour les paramédics !

Depuis quelques semaines, la situation se dégrade pour les paramédics de la ville de Québec. Cette…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…

Déménagement aux États-Unis d’Industries Câbles d’acier

2021-03_cables-fim_CSN

Bridon-Bekaert Ropes Group demeure inflexible malgré les offres de Québec

Le 5 janvier dernier, l’entreprise Bridon-Bekaert Ropes Group (BBRG), propriétaire d’Industries Câbles d’acier à Pointe-Claire, annonçait le déménagement de ses installations aux États-Unis en mai 2021. La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM), affiliée à la CSN, déplore l’inflexibilité de l’entreprise malgré les interventions du ministère de l’Économie et de l’Innovation.

« Dans les dernières semaines, BBRG a montré son vrai visage. Le ministère de l’Économie et de l’Innovation ainsi qu’Investissement Québec se sont montrés plus qu’intéressés d’aider l’entreprise afin qu’elle reste au Québec. Ils lui ont offert plusieurs options pour qu’elle puisse développer ses activités à Pointe-Claire et, ainsi, éviter le déménagement. Un acheteur potentiel s’est même manifesté ! BBRG reste pourtant campée sur ses positions en refusant de vendre et en refusant l’aide de Québec. C’est plus que déplorable », déclare Louis Bégin, président de la FIM.

Les dirigeants de BBRG reconnaissent eux-mêmes que l’usine de Pointe-Claire est rentable. « Ils pensent nous berner en utilisant des phrases creuses comme “améliorer la compétitivité à long terme en tirant mieux parti de l’échelle des activités, des synergies et des gains d’efficacité”. Mais ce que BBRG veut, ce n’est pas d’être plus rentable, elle l’est déjà! Ce que l’entreprise veut vraiment, c’est tuer la concurrence et dominer le marché du câble d’acier en Amérique du Nord en concentrant ses activités aux États-Unis. Et cela se fait sur le dos de 145 familles de Pointe-Claire », déplore M. Bégin.

La présidente du Conseil central du Montréal métropolitain–CSN, Dominique Daigneault, souligne qu’avec ce déménagement, le Québec voit disparaître, une fois de plus, une expertise inégalée dans un domaine spécialisé. « Et nous perdons une centaine d’emplois dont le salaire horaire varie entre 28 $ et 36 $/h! Ces fameux jobs à 30 $ que le premier ministre François Legault aime tant, qui sont de plus en plus rares en ces temps de pandémie! », observe Mme Daigneault. « Alors que le gouvernement parle abondamment de stimuler l’économie locale, le secteur manufacturier au Québec continue pourtant de décroître. Québec et Ottawa doivent travailler ensemble pour contrer de telles délocalisations! », continue-t-elle.

Quelles options restent-ils pour les travailleurs ?
Devant l’inflexibilité de BBRG, le syndicat a déposé des griefs à la suite de l’annonce du déménagement, car ce dernier n’est pas permis en vertu du contrat de travail qui lie les parties. « Le syndicat conteste aussi les montants dus aux salariés, car – surprise! – l’employeur sous-estime ce qu’il doit payer aux travailleurs et pour l’instant, il refuse même d’honorer certains contrats qui le lient à des travailleurs retraités! Nous ne baisserons pas les bras. Les travailleurs de Câbles d’acier Pointe-Claire sont loin d’avoir dit leur dernier mot! », termine M. Bégin.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket