La FIM-CSN demande à Glencore de sortir de son mutisme

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) estime que Glencore doit tout faire pour protéger la santé des travailleuses et des travailleurs ainsi que celle de la population de Rouyn-Noranda.

« Il est grand temps que Glencore publie un plan d’action détaillé et s’engage fermement à une réduction la plus grande techniquement possible dans l’air qui se retrouve aux abords de la Fonderie Horne », a déclaré Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN). Pour la FIM, l’annonce d’un investissement de 1,5 G$ aux employé-es de la fonderie est une bonne nouvelle, mais il faut maintenant dire ce qu’il sera possible de faire avec cet argent dans un échéancier précis, afin de rassurer la population et les employé-es de la fonderie.

La Fonderie Horne joue un rôle primordial dans l’économie, tant pour le cuivre que pour le recyclage des appareils électroniques. Elle doit donc continuer ses activités, mais pas à n’importe quelle condition. « Il faut viser un seuil réglementaire acceptable, mais exiger l’atteinte de 3 nanogrammes par mètre cube en quelques années serait équivalent à annoncer une fermeture. En effet, même si l’usine arrêtait demain matin, il resterait un minimum d’arsenic dans l’air qui sera très difficile d’éliminer rapidement », ajoute Louis Bégin.

Avec le temps, il est possible de mettre en place de nouvelles technologies qui font l’objet de recherches, comme celle qui vise à épurer le minerai avant de le fondre, de façon à faire baisser l’arsenic à la source. Ce procédé n’est toutefois pas fonctionnel dès maintenant et il faudra l’ajuster pour qu’il soit compatible avec l’ensemble de la filière industrielle.

Le syndicat invite Glencore et le gouvernement à plus de transparence

Afin de protéger la santé des travailleuses et des travailleurs, de leur famille et de leurs concitoyens de Rouyn-Noranda, le Syndicat des travailleurs de la mine Noranda (STMN–CSN) demande à Glencore international de s’entendre le plus rapidement possible avec le gouvernement sur un échéancier précis qui permettra d’obtenir la plus grande réduction techniquement possible d’arsenic dans l’air.

Après avoir pris le temps de consulter ses membres et de se concerter la semaine dernière, les membres du comité exécutif du syndicat ont conclu qu’il est possible de réduire significativement les émissions à la sortie de l’usine dans le but de conserver les emplois à long terme tout en obtenant une meilleure acceptabilité sociale.

« On demande aussi à Glencore d’être plus transparente et de faire connaître ses intentions. Ce serait à notre employeur d’exprimer clairement sa position sur la place publique. Le gouvernement devrait lui aussi prendre position quant à une réduction qui serait acceptable à long terme de façon à permettre un investissement majeur de l’employeur qui ne se fera pas sans une garantie sur plusieurs années », explique Stéphane Larente, président du STMN–CSN.

Le syndicat est au courant que divers projets de réduction des émissions d’arsenic sont sur la glace, en attente d’approbation par Glencore international, comme les projets Velox/Phenix, la filtration de l’air des évents ou le nettoyage des environs de l’usine. Certains travaux de recherche pourraient également permettre des réductions d’émissions si les résultats s’avèrent concluants et compatibles avec les procédés de l’industrie. Aucune solution possible ne devrait être négligée.

« En combinant plusieurs mesures de réduction des émissions, il est possible de continuer les opérations de la Fonderie Horne tout en effectuant un contrôle des émissions d’arsenic beaucoup plus important qu’en ce moment. On maintiendrait ainsi des milliers d’emplois liés à la fonderie tout en améliorant la qualité de vie des citoyens de Rouyn-Noranda », renchérit Kevin Gagnon, vice-président de la Fédération de l’industrie manufacturière
(FIM–CSN).

« L’ensemble des ministères impliqués doivent agir de façon transparente, les travailleurs et la population ont le droit de savoir à quoi s’attendre pour l’avenir. Soulignons également un aspect méconnu de la fonderie : le recyclage de métaux contenus dans le matériel électronique qui seraient autrement un déchet », conclut Félix-Antoine Lafleur, président du Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec–CSN.

Les membres du Syndicat des employés de Fonderie Saguenay ltée obtiennent un règlement!

Les membres du Syndicat des employés de Fonderie Saguenay ltée se sont réunis en assemblée générale le mercredi 25 mai dernier. Ils ont entériné l’entente de principe survenue la semaine précédente.

Présentée par leur comité de négociation, l’entente, d’une durée de quinze mois, comprend des augmentations salariales de 15 % et inclut une clause de protection contre l’inflation des prix à la consommation, et ce, de manière trimestrielle. De plus, l’horaire de travail est amélioré afin de permettre une plus grande flexibilité en lien avec la conciliation travail-famille.

Cette négociation, très satisfaisante pour les parties, est le résultat des bonnes relations de travail que les parties ont su maintenir au fil des années.

Les membres du Syndicat des employés de Fonderie Saguenay ltée sont fiers d’avoir la convention collective la plus avantageuse de leur secteur.

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Afin de rétablir la population de caribous forestiers, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) est consciente qu’il pourrait y avoir des conséquences pour les travailleurs et les travailleuses. Il faudrait cependant éviter que ces derniers ne paient trop cher pour les années d’inaction du gouvernement du Québec.

« Si l’on veut une transition juste vers une forêt plus durable, il faudra des fonds suffisants pour mettre en place des mesures concrètes en faveur des travailleuses et des travailleurs, en particulier dans les communautés qui vivent principalement de la forêt », insiste Caroline Senneville, présidente de la CSN. Le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs évaluait d’ailleurs en 2019 que l’industrie forestière constituait un « pilier économique important » pour 152 municipalités du Québec.

Avant d’en arriver à une éventuelle perte d’emplois, la CSN demande que les communautés, les travailleurs, les Premières Nations et les utilisateurs de la forêt soient consultés, et ce, dans chaque région concernée. Les meilleures solutions ne seront pas uniformes partout au Québec. « Ce qu’on veut, ce sont des solutions innovatrices et pérennes qui vont s’adapter à chaque région », soutient Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN).

Le président de la FIM–CSN ajoute qu’il faudra plus de financement pour la recherche et que celle-ci devra jouer un rôle crucial tant pour trouver les meilleurs moyens de protéger chacune des populations de caribous que pour tester de nouvelles façons d’utiliser la ressource ligneuse dans l’avenir. Il faudra aussi tenir compte du réchauffement climatique. « De nouveaux emplois d’avenir pourraient très bien remplacer ceux qui risquent d’être perdus avec la nouvelle entente de protection des forêts et du caribou », ajoute Louis Bégin.

Le gouvernement doit se remuer le derrière

La CSN plaide depuis longtemps pour que le gouvernement du Québec prenne la protection de la forêt et du caribou en main afin d’éviter la perte de la certification FSC. Celle-ci est essentielle pour la mise en marché des produits forestiers, tant au Canada qu’à l’étranger. « Il est extrêmement dommage que le ministre Dufour attende qu’Ottawa menace d’intervenir dans le dossier du caribou avant d’entreprendre des démarches sérieuses. Il faut rapidement mettre fin aux incertitudes qui minent la confiance du milieu forestier », déplore le président de la FIM–CSN.

Pour consulter le mémoire de la CSN sur le caribou forestier : https://www.csn.qc.ca/memoire_csn-fim_caribou-forestier_2022_05_24/

Le gouvernement doit sauver 400 emplois du secteur forestier

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) déplore le manque de rigueur du gouvernement du Québec, qui a autorisé des coupes dans une érablière en territoire Atikamekw.

Cette bourde de Québec n’est pas sans conséquences, des Atikamekw ayant décidé de bloquer le chemin qui permet à la scierie de Saint-Michel-des-Saints de s’approvisionner en bois. « Environ 400 emplois de la région sont à risque d’ici juillet si on ne récupère pas ce bois et si on ne trouve pas un terrain d’entente avec les Atikamekw », insiste Louis Bégin, président de la FIM–CSN.

« Les membres du syndicat sont très inquiets. On ne comprend pas que le gouvernement n’intervienne pas déjà pour réparer son erreur », indique Marcel Hogue, président du Syndicat des employé-es de la Scierie de Saint-Michel-des-Saints–CSN. Ce dernier craint même que des heures de travail soient retranchées dès le mois de juin si rien ne bouge.

 « Ce genre de faux pas peut nous faire reculer de plusieurs années dans nos relations avec les Atikamekw. Il faut trouver le moyen de se réconcilier avant qu’il ne soit trop tard », ajoute Patricia Rivest, présidente du Conseil central de Lanaudière.

Problème forestier au Québec

Sur le fond de cette affaire, qui risque de se reproduire ailleurs au Québec, la FIM–CSN a mis sur pied une alliance avec Nature Québec pour que la gestion de la forêt soit revue de fond en comble dans le respect de l’environnement, des Premières Nations et de la possibilité forestière du Québec. « Les travailleuses et les travailleurs veulent pouvoir conserver leur emploi à long terme et cesser de s’inquiéter constamment en raison d’un régime forestier mal conçu et mal surveillé », ajoute Louis Bégin.

La FIM–CSN estime que le ministère des Forêts ne respecte pas sa mission première, qui est d’assurer la conservation et la mise en valeur des forêts dans une perspective de gestion durable. « Que fait le ministre Pierre Dufour ? Il est temps de cesser de gérer la forêt à la petite semaine et d’accumuler les mauvaises nouvelles », s’insurge le président de la FIM–CSN.

Nouvelle convention collective pour les salarié-es de Béton Généreux

Le 7 avril dernier, l’assemblée générale du Syndicat des travailleuses et travailleur de Béton Lanaudière–CSN, division Béton Généreux à Joliette, a adopté à 85 % l’entente de principe intervenue le 30 mars 2022.

Seulement trois rencontres de négociation auront été nécessaires pour en venir à une entente afin de renouveler la convention collective échue le 31 décembre 2021.

Au chapitre des gains, les syndiqué-es obtiennent la majoration de 58 % des indemnités de repas, le passage de la rémunération à temps et demi au temps double le samedi, la 5e semaine de vacances qui passent à 18 ans d’ancienneté et l’obtention d’une 6e semaine après 25 ans de service. De plus, le nouveau contrat de travail prévoit l’ajout d’une journée payée pour maladie ou pour raison familiale.

Les salaires quant à eux sont majorés à la signature de 3,62 $ l’heure rétroactivement à l’échéance de la convention collective, soit une augmentation de 16 %. Le salaire de l’opérateur de chargeuse quant à lui passe à 4,70 $ l’heure, soit 26 % d’augmentation. Au chapitre de la retraite, l’employeur augmente de façon significative sa contribution.

La nouvelle convention collective d’une durée de cinq ans prévoit des augmentations générales annuelles des salaires de 2,5 %, incluant une protection assurant un enrichissement supplémentaire si l’indice des prix à la consommation dépasse 2,5 % chaque année. Finalement, les syndiqué-es sont assurés d’une augmentation de 28 % d’ici l’échéance de la convention collective le 31 décembre 2026.

« Nous sommes extrêmement fiers du résultat de notre négociation. L’employeur était disposé à négocier rapidement et nous étions prêts également. Nous avons rencontré la presque totalité de nos objectifs et surtout nous avons majoré significativement nos salaires. Nos emplois sont encore plus attrayants et ce résultat apportera une plus grande stabilité de nos emplois. Tout le monde y gagne », souligne Patrick Dugas, président du syndicat.

Les salarié-es de TecFab International ont quitté le syndicat Unifor pour se rallier à la CSN

C’est ce que confirme le Conseil central du Cœur du Québec–CSN. Selon le président Paul Lavergne, « Unifor manquait de rigueur à faire respecter l’application de la convention collective ». De plus, les syndiqué-es voulaient aussi avoir une plus grande autonomie dans leur prochaine négociation pour obtenir de meilleures conditions de travail. Après plus de 15 années avec le même syndicat, les employé-es ont fait le choix de quitter leur affiliation avec Unifor avec une très forte majorité.

Les salarié-es de TecFab International, une entreprise de Shawinigan qui fabrique des charpentes d’acier, une division du groupe Canam en Mauricie, ont préféré faire partie d’un syndicat CSN qui sera affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN). Cette fédération comprend maintenant trois groupes de salarié-es chez Canam. Elle aura le mandat de négocier les prochaines conditions de travail.

De renommée internationale, TecFab est spécialisée dans la fabrication de structures d’acier de haute qualité pour la construction de ponts.

Tramway dans la Vieille Capitale – Québec doit privilégier l’empreinte écologique et l’expertise locale

Avant d’octroyer le contrat de fabrication du futur tramway de Québec, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) demande aujourd’hui au gouvernement de bien considérer l’empreinte écologique des entreprises en lice et l’expertise locale des travailleuses et travailleurs québécois.

Il y a quelques jours, on apprenait que deux manufacturiers internationaux avaient manifesté leur intérêt pour fournir le matériel roulant du futur réseau de tramways de la Vieille Capitale. Entre les deux, il faudra choisir. Et pour la CSN, c’est une belle occasion de privilégier l’environnement et le savoir-faire de la main-d’œuvre québécoise.

Alstom a des racines au Québec
Du nombre, Alstom, est certes une multinationale d’origine française. Mais c’est elle qui a racheté l’an dernier les installations de Bombardier Transport à La Pocatière et à Saint-Bruno-de-Montarville. C’est elle qui a assuré le maintien au Québec des emplois spécialisés et de qualité dans la fabrication de matériel roulant.

Rappelons que récemment, le gouvernement du Québec lui a accordé un prêt de 56 millions de dollars pour moderniser son usine du Bas-du-Fleuve. Alstom compte 4500 employé-es au Canada et, de toute évidence, entend bien y rester. Cette entreprise produit ici, avec des gens d’ici. Et parce que son usine est située tout près de la ville de Québec, elle est une candidate de choix pour réduire la facture environnementale du projet.

L’erreur du REM
« Il ne faut pas répéter l’erreur de la Caisse de dépôt et placement du Québec qui a choisi de construire les voitures du Réseau express métropolitain (REM) en Inde, affirme le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), Louis Bégin. Les voitures indiennes ont été construites dans un pays où les usines sont alimentées par du charbon et du diesel. Et il a fallu des tonnes de carburant pour les livrer ici par bateau. »

« Alors que produire au Québec, c’est profiter d’une énergie propre : l’hydro-électricité. Et produire localement, c’est une façon sensée de réduire les gaz à effet de serre, ajoute-t-il. En matière d’environnement, il est temps que les bottines du gouvernement Legault suivent ses babines. On est vert ou on ne l’est pas. »

Selon la FIM-CSN, aucun accord de commerce international n’interdit aux États de considérer l’impact environnemental des soumissions qui leur sont faites, ni d’ailleurs l’expertise des travailleuses et travailleurs qui fabriqueront le produit.

Un choix de société
Pour la présidente de la CSN, Caroline Senneville, « les préoccupations environnementales sont au cœur des valeurs mises de l’avant par notre centrale pour l’avènement d’un monde durable, plus juste et plus équitable ».

« Tenir compte de l’empreinte écologique et de l’expertise locale permet aussi de développer l’économie de nos régions et d’y maintenir des emplois de qualité, souligne-t-elle. C’est gagnant-gagnant. »

Bois d’œuvre : Ottawa a raté le bateau

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) salue la décision d’Ottawa de contester devant les tribunaux les droits de douane imposés récemment par le gouvernement américain sur le bois d’œuvre canadien.

Toutefois, la FIM–CSN déplore que le gouvernement fédéral n’ait pas réglé « une fois pour toutes » son différend avec Washington lors des dernières négociations sur le libre-échange. Il presse Ottawa d’accorder une aide temporaire à l’industrie à l’aube d’une nouvelle bataille juridique qui s’annonce « longue et coûteuse ».

« Lors des dernières négociations, on a choisi de sauver l’industrie de l’automobile, mais pas celle de la forêt, résume Louis Bégin, président de la FIM–CSN. On a raté un rendez-vous historique. »

« Même si on finit par gagner en fin de compte, chaque bataille juridique est longue et coûteuse, ajoute-t-il. Et pendant ce temps, des régions perdent leur scierie et des travailleurs perdent leur emploi. »

Une guerre qui n’en finit plus
Depuis près de 40 ans, les Américains mènent une guerre douanière sans relâche contre le bois d’œuvre canadien, qu’ils estiment ne pas être vendu à sa juste valeur marchande. Une prétention unanimement rejetée par les gouvernements, les entreprises et les syndicats canadiens.

En 2020, Ottawa et Québec ont finalement eu gain de cause devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC) qui a rejeté les arguments du département du Commerce des États-Unis (DOC) voulant que le bois d’œuvre canadien soit subventionné.

Mais en novembre dernier, les États-Unis sont revenus à la charge. Ils ont doublé les droits compensatoires sur les importations de bois d’œuvre canadien qui sont passés de 8,99 % à 17,9 %.

Un scénario connu
Plus tôt cette semaine, la ministre fédérale du Commerce international, Mary Ng, a indiqué qu’elle contestera ces droits compensatoires en vertu de l’Accord de libre-échange Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM).

« On va encore jouer dans le même film, remarque Louis Bégin. L’argent qu’on devra mettre de côté au cas où on perdrait notre cause, c’est autant d’argent qu’on ne pourra pas investir pour moderniser nos usines, accroître notre productivité, réduire notre consommation d’énergie et sauver la forêt québécoise menacée par les changements climatiques. »

« Les gouvernements doivent aider l’industrie à traverser cette période difficile et à préserver les emplois », conclut le président de la FIM–CSN.

L’industrie canadienne du bois d’œuvre emploie près de 185 000 travailleurs au Québec, en Colombie-Britannique et en Ontario.

Mandat de grève à l’usine d’emballage Kruger de LaSalle

Réunis en assemblée générale, les membres du Syndicat des employés de Kruger LaSalle (CSN) ont voté à l’unanimité en faveur d’un mandat de moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève générale illimitée, à exercer au moment jugé opportun. Les 140 travailleuses et travailleurs fabriquent et fournissent divers types d’emballages de carton pour les entreprises clientes dans cette usine située dans l’arrondissement de LaSalle, à Montréal. Alors que quelques rencontres de négociation sont au calendrier des prochains jours, les salarié-es ont également rejeté la dernière offre patronale et ils envoient le message qu’ils entendent bien se tenir debout jusqu’au bout pour obtenir leur juste part de la richesse qu’ils génèrent.

Les salarié-es veulent des augmentations d’au moins 3 % pour chaque année de leur prochaine convention collective. Ils cherchent également à bonifier certaines primes ainsi qu’une augmentation de la contribution de l’employeur au régime de retraite hybride, au bénéfice des plus jeunes travailleuses et travailleurs.

« Actuellement, notre usine se démarque par sa productivité. Nous sommes les meilleurs au Québec, explique le président de syndicat, Pierre Gagnon. Il s’en est passé des choses dans notre industrie depuis que nous avons signé notre dernière convention collective 2014-2021. C’est l’occasion pour nous d’améliorer les choses. C’est ce qu’on dit à l’employeur aujourd’hui : reconduire la convention au statu quo, c’est non. »

« La conjoncture du secteur est bonne actuellement, enchaîne le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), Louis Bégin. Quand ça allait moins bien, les entreprises ont exigé des reculs dans les conditions de travail et des sacrifices des travailleuses et des travailleurs. C’est maintenant l’heure pour Kruger de redonner leur juste part ».

Deux rencontres de négociation sont prévues les 23 et 25 novembre 2021. « Les travailleuses et les travailleurs de Kruger de LaSalle sont loin d’être seuls dans cette bataille, poursuit la présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) Dominique Daigneault. Ils ont l’appui de toute la CSN. Il y a tout l’espace qu’il faut pour que le syndicat et l’entreprise puissent convenir d’une entente et éviter le recours à la grève. Cependant, si la grève s’avère nécessaire, il est certain que nous serons prêts à soutenir le syndicat sur tous les fronts pour maintenir la pression jusqu’à ce que ses membres obtiennent satisfaction ».

La convention collective est échue depuis le 31 mai 2021.

Un réel débat public sur la forêt s’impose

À la suite de la décision du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements climatiques d’annuler les coupes forestières le long de la rivière Péribonka, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) réclame un réel débat public sur l’utilisation efficiente de la forêt québécoise.

« Nous considérons que les décisions touchant à toutes les aires forestières protégées devraient relever des représentantes et représentants des premières nations, des travailleuses et travailleurs, des groupes économiques et environnementaux ainsi que de la population qui vivent sur ces territoires, qui sont partie prenante de leur vie régionale. Il faut réussir à tirer le maximum de ce que la forêt peut offrir aux populations des régions forestières québécoises, et ce, en respectant l’aspect économique et écologique de la forêt. En ce sens, nous revendiquons toujours la création de tables de concertation régionales, réunissant tous les acteurs qui devraient être au centre de ces décisions, de déclarer Louis Bégin, président de la FIM. Pour nous, la préservation du territoire et le développement économique doivent relever de celles et de ceux qui sont directement touchés par ces décisions ».

« Dans le cas de l’aire protégée de la Péribonka, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs prétend qu’une grande partie du secteur serait touché par l’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Il faudrait donc se demander ce qui est plus profitable : laisser cette forêt dépérir ou procéder à des récoltes qui la valoriseraient ? Voilà pourquoi il nous faut un véritable débat sur la forêt, porté par et pour les populations locales qui sont les premières concernées à trouver des solutions ensemble », d’ajouter Yannick Gaudreault, trésorier du Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean–CSN.

À propos

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) rassemble plus de 30 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de 320 syndicats, partout au Québec. Le Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean–CSN regroupe quelque 160 syndicats de la région et représente 16 000 membres issus de tous les secteurs d’activité.

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de Savik–CSN renouvelle sa convention collective pour 5 ans

Après une période de négociation intense, le rejet d’une première entente de principe et un vote de moyens de pression pouvant aller à la grève adoptée à 100 % par les membres, l’exécutif du syndicat a fait toutes les démarches nécessaires pour en arriver à une entente satisfaisante. C’est d’ailleurs le 3 juillet 2021 qu’une deuxième entente de principe a été présentée aux membres. Ils se sont prononcés à 85 % en faveur de celle-ci. C’est aussi le 20 juillet 2021 qu’avait lieu la signature de la nouvelle convention collective par les parties.

Le président du STT de Savik, Stéphane Tremblay, mentionne : « L’employeur nous est revenu avec une volonté de régler. Nous l’avons senti dans ses offres bonifiées. Il voulait un règlement satisfaisant pour les deux parties. Nous avions bon espoir d’aller présenter à nos membres cette deuxième entente de principe. »

Parmi les sujets qui restaient en litige, la portion sur le salaire était primordiale, mais également quelques éléments concernant les conditions de travail. Voici, en quelques points, nos avancements :

  • Aucune obligation d’être membre de la coopérative pour travailler chez Savik ;
  • L’ajout de Bâtirente comme option d’épargne retraite ;
  • Le quart de nuit n’est plus obligatoire, mais volontaire ;
  • La semaine de nuit est maintenant de 33,5 heures par semaine avec une prime pouvant équivaloir à 40 heures, ceci pour valoriser ces travailleuses et travailleurs ;
  • La banque de congés accumulés par les heures supplémentaires a été augmentée à 40 heures ;
  • Augmentation de salaire de 4,25 % à 4,5 % par année selon la catégorie d’emploi pour les 3 premières années de la convention collective ;
  • Augmentation de salaire de 3,75 % à 4 % par année selon la catégorie d’emploi pour les 2 dernières années de la convention collective, en plus d’une protection par l’IPC.

Mario Pellerin, élu au Conseil central du Cœur-du-Québec–CSN, déclare : « Nous sommes heureux du dénouement, car les conflits de travail ne sont pas souhaitables et l’employeur a compris le message. Nous allons continuer à appuyer les syndicats de la FIM afin d’améliorer les conditions de travail dans leur secteur d’activité. »

Signature d’une nouvelle convention collective pour le Syndicat national des employés de Lafarge (CSN) de l’unité sablière de Saint-Gabriel-de-Brandon

Réunis en assemblée générale le 30 juin dernier, les travailleurs de la sablière Lafarge de Saint-Gabriel-de-Brandon affiliés à la FIM–CSN ont accepté à l’unanimité une entente de principe qui leur permettra d’améliorer considérablement leurs conditions de travail pour les années à venir.

Avec la signature de cette convention collective, de nouvelles dispositions encadreront plus étroitement la place de la sous-traitance au sein de l’entreprise. La journée normale des travailleurs sera maintenant mieux définie dans la convention, ce qui permettra, entre autres, de favoriser l’accès aux taux de temps supplémentaire.

Grâce aux divers gains obtenus lors de la négociation, ces syndiqués affiliés à la FIM–CSN obtiendront une augmentation salariale de 6 % dès la signature et au total une moyenne de 3.4 % par année, portant le salaire de 27,44 $ à 32,02 $ pour la dernière année de la nouvelle convention collective d’une durée de cinq (5) ans. La prime du quart de travail de soir sera aussi bonifiée.

Les travailleurs de Lafarge à Saint-Gabriel-de-Brandon pourront également profiter de l’ajout de deux journées de maladie familiale aux deux journées déjà disponibles en vertu de la Loi des normes du travail. Ces journées seront d’ailleurs monnayables pour les membres.

En plus des gains précédemment énumérés, la nouvelle convention collective prévoit une hausse significative de la contribution patronale au régime de retraite, en plus de garantir l’amélioration de plusieurs aspects de l’assurance collective.

« Nous sommes fières de ce que nous avons accompli. En plus des aspects monétaires, cette convention inclut plusieurs gains importants au niveau de la santé et sécurité au travail dont l’encadrement du comité de santé et sécurité, l’introduction d’un représentant à la prévention ainsi qu’une augmentation importante du budget prévu par l’employeur pour l’achat d’équipements de protection individuelle », explique le président du syndicat Alexandre Montigny.

« Avec cette nouvelle entente, le syndicat national des employés de Lafarge de l’unité sablière de Saint-Gabriel-de-Brandon démontre tout l’impact que peuvent avoir des travailleurs syndiqués solidaires et unis pour améliorer concrètement leurs conditions de travail », de déclarer Kevin Gagnon, vice-président de la Fédération de l’Industrie manufacturière.

« Affiliée depuis 1990 avec la CSN, l’unité sablière du Syndicat national des employés de Lafarge représente avec rigueur et énergie ses membres lanaudois. Cette nouvelle convention collective permettra de continuer à valoriser les salariés de Lafarge et leur contribution à la vitalité économique de la région », de conclure Patricia Rivest, présidente du Conseil central de Lanaudière–CSN.

Fermeture de l’usine Alstom de Sorel – Déplorable !

La Fédération de l’Industrie manufacturière (FIM–CSN) déplore la décision d’Alstom de mettre la clé sous la porte de son usine de Sorel. Près de 90 travailleurs perdront officiellement leur emploi au cours des prochains mois. « Nos travailleurs sont frustrés et tristes de la décision d’Alstom. Il s’agit d’emplois de qualité pour notre région », a noté le président du Syndicat des travailleurs de Alstom Transport Canada Inc. (CSN), Pierre-Luc Pigeon-Rivard. « L’annonce de la fermeture définitive du site de Sorel a été un choc pour certains. La majorité des travailleurs gardaient espoir qu’on allait s’en sortir, avec toutes les belles promesses des patrons. On leur faisait confiance et on croyait que ça débloquerait éventuellement », note le président du syndicat.

 

REM fabriqué en Inde

Pour la FIM–CSN, un tel gâchis aurait pu être évité si le gouvernement avait pris des décisions favorisant l’industrie locale québécoise. « Le rendez-vous manqué pour Alstom de Sorel, c’est le contrat du REM qui a été donné à l’Inde. À ce moment, le gouvernement aurait dû mettre son pied à terre pour que ces contrats nous soient octroyés », dénonce le président de la FIM–CSN, Louis Bégin.

 

Caisse de dépôt et placement du Québec

La fédération interpelle aussi le gouvernement à propos de l’engagement qui avait été pris au moment où l’on apprenait que la Caisse de dépôt et placement du Québec deviendrait l’actionnaire majoritaire d’Alstom. « Au moment de l’annonce en février 2020, on nous avait garanti que les trois sites d’Alstom, soit La Pocatière, Sorel et le siège social de Saint-Bruno seraient maintenus. Qu’en est-il de cette garantie ? Le gouvernement doit s’expliquer » demande M. Bégin.

Entente de principe entérinée: grève évitée chez MDA Espace de Sainte-Anne-de-Bellevue

La centaine de monteurs et assembleurs de satellites de MDA Espace ont majoritairement voté, hier soir, en faveur de l’entente de principe conclue avec l’employeur au terme d’une négociation parfois difficile. L’entente de trois ans prévoit des augmentations salariales de 3 % par année et des améliorations notables au fonds de pension des travailleuses et des travailleurs.

 « Sans aucun doute, la mobilisation des membres a fait une grande différence pour inciter l’employeur à renoncer à certaines demandes qui auraient engendré d’importants reculs en matière de rémunération. C’est la preuve que lorsqu’on se serre les coudes, la solidarité paie », se félicite Michel Mercier, président du STT de MDA Espace–CSN. En effet, après s’être doté d’un mandat de grève à la mi-mai et après quelques manifestations de solidarité devant les locaux de Ste-Anne-de-Bellevue, le syndicat a constaté que les pourparlers ont débloqué à la table de négociation.

« L’industrie aérospatiale en est une d’avenir. Et c’est justement dans cet esprit que nous avons abordé la négociation syndicale. Le contrat de trois ans assure aux travailleuses et aux travailleurs une progression dans l’échelle salariale et la paix industrielle dans un contexte où les gouvernements misent sur MDA Espace », rappelle Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN).

Récemment, l’entreprise a obtenu une subvention de 50 millions de dollars du gouvernement québécois afin de procéder à la construction de nouvelles installations pour la fabrication d’antennes destinées à la constellation de satellites Lightspeed de Télésat. Cet investissement doit créer beaucoup d’emplois de qualité.

 « Avec cette entente de principe acceptée hier par les membres, MDA Espace peut conclure que ses travailleuses et ses travailleurs syndiqués avec la CSN sont de fiers alliés pour les projets de développement de l’entreprise de haute technologie », se réjouit Michel Mercier.

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls Royce Canada adhèrent à la CSN

Syndiqués à l’Association Internationale des Machinistes et des Travailleurs de l’Aérospatiale (AIMTA) depuis 66 ans, les employé-es de l’entreprise Rolls Royce Canada située à Lachine ont pris la décision importante de changer d’organisation syndicale et ont opté en ce sens pour la CSN.

La volonté de pouvoir conduire leurs relations de travail avec l’employeur comme ils l’entendent et de prendre l’ensemble des décisions qui les concernent sans contraintes les a motivés dans leur choix. « Ce qui nous a attirés à la CSN, c’est l’autonomie que cette organisation confère à ces syndicats et le plein pouvoir décisionnel qu’elle leur donne. À compter d’aujourd’hui, nous devenons maîtres de nos actions et de nos décisions et allons mener notre négociation de façon bien différente » a souligné Hrvoje Golek.

Le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), Louis Bégin, est prêt à accompagner dans leur négociation ces travailleuses et travailleurs, qui sont sans contrat de travail depuis mars 2020. « Avec la FIM–CSN, les nouveaux syndiqué-es de Rolls Royce auront toute l’autonomie dans la négociation à laquelle ils aspirent tout en pouvant compter sur nous pour les aider à aller chercher ce qu’ils souhaitent et pour dynamiser leur vie syndicale. »

Le vice-président de la CSN, David Bergeron-Cyr, a lui aussi exprimé son enthousiasme face à l’arrivée des nouveaux membres. « À la CSN, nous misons sur la mobilisation et sur l’importance de bien informer les membres. Nous savons que ces deux volets sont importants pour le syndicat de Rolls Royce et allons le soutenir afin qu’il ait en main tout ce dont il a besoin pour les mettre en œuvre. »

« Nous sommes heureux et très fiers d’avoir été choisis par les travailleuses et les travailleurs de Rolls Royce Canada pour les représenter, a enchaîné le vice-président de la CSN. Nous sommes impatients de pouvoir déployer le nécessaire afin de répondre à leurs attentes et de leur faire la démonstration qu’ils ne se sont pas trompés en nous accordant leur confiance. »

Industries Câbles d’acier de Pointe-Claire : fin d’une longue histoire

C’est la fin d’une longue histoire. Après plus de 125 ans d’existence dans la région de Montréal, c’est le lundi 31 mai qu’Industries Câbles d’acier à Pointe-Claire, propriété de Bridon-Bekaert Ropes Group (BBRG), a fermé ses portes pour déménager ses activités aux États-Unis, mettant à pied par le fait même plus de 100 travailleurs.

« Beaucoup de gars ont travaillé ici plus de 25 ans ! Certains d’entre nous ont plus de 40 ans de service ! On a fait une mosaïque avec des photos de 70 d’entre nous et de leurs années de service. Ça totalise 1246 ans ! C’est de plus en plus rare qu’on voie ça, aujourd’hui. Ce n’est pas juste une shop de plus qui ferme pour déménager aux États-Unis. C’est la fin de beaucoup de choses », raconte Stéphane Collette, président du Syndicat des travailleurs des Câbles d’acier, affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière de la CSN.

Câbles d’acier était un des fleurons du secteur manufacturier de la région, puisque l’usine était l’une des seules à produire des câbles d’acier pour l’industrie minière et pétrolière. Mais malgré cette expertise reconnue, malgré le fait qu’Industries Câbles d’acier était rentable, BBRG tenait mordicus à déménager aux États-Unis.

« Ce que BBRG veut, c’est dominer le marché du câble d’acier en Amérique du Nord en concentrant ses activités aux États-Unis et en tuant la concurrence. C’est extrêmement triste que ça se fasse sur le dos d’une centaine de familles de Pointe-Claire et avec la disparition d’une des seules entreprises spécialisées dans ce domaine de pointe ici », déplore M. Collette.

Devant le refus catégorique de BBRG à accepter l’aide de Québec pour trouver une solution autre que le déménagement, les travailleurs ont forcé l’employeur à négocier une entente de départ, entente qui a été acceptée à près de 75 % au cours des derniers jours par les membres du syndicat.

« Plusieurs d’entre nous partent à la retraite. D’autres vont devoir se trouver un autre emploi. Plus de 1246 années de loyauté, c’est triste de voir ça disparaître », termine M. Colette.

La CSN déplore l’attitude antisyndicale de Mine Canadian Malartic

Le Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec (CCATNQ–CSN) et la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) dénoncent fermement l’attitude de Mine Canadian Malartic qui a chassé les représentants de la CSN venus à la rencontre des travailleuses et travailleurs de la mine vendredi dernier.

« C’est regrettable de voir qu’un employeur aussi important dans la région se comporte de façon aussi hostile et va même jusqu’à appeler la police pour empêcher ses salarié-es de recevoir de l’information sur leur droit d’association. On se croirait revenus 70 ans en arrière, s’insurge Félix-Antoine Lafleur, président du CCATNQ–CSN. »

Les représentants de la CSN s’étaient rendus à l’entrée de la mine la semaine dernière dans le cadre d’une campagne de syndicalisation afin de distribuer des tracts et d’expliquer aux travailleuses et aux travailleurs l’importance de pouvoir négocier collectivement une convention collective et d’ainsi améliorer leur potentiel d’intervention en matière de santé et sécurité au travail.

Cette question est encore plus importante à la lumière des modifications proposées par le projet de loi 59 du ministre Jean Boulet, selon le président de la FIM, Louis Bégin :« Le projet de loi proposé diminue les acquis de plusieurs groupes prioritaires comme les miniers et les minières et il diminue considérablement le rôle de libre arbitre des institutions publiques, explique-t-il. Il sera donc important plus que jamais que les travailleuses et les travailleurs puissent s’unir pour maximiser leur rapport de force et assurer leur santé et leur sécurité. »

À propos
Le Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec (CCATNQ–CSN) représente plus de 7 000 membres répartis dans près de 70 syndicats affiliés à la CSN. Il est le chaînon régional de la CSN, un lieu de solidarité syndicale et d’action politique sur les enjeux sociaux et économiques régionaux.

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) rassemble plus de 25 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de 320 syndicats, partout au Québec. Elle lutte pour améliorer les conditions de travail et la qualité de vie de ses membres et pour développer des emplois de qualité. Elle est très active sur le plan de la prévention en santé et sécurité du travail et de la formation.

Industries Câbles d’acier Pointe-Claire : 145 travailleurs sacrifiés

Depuis le mois de janvier, les travailleurs d’Industries Câbles d’acier à Pointe-Claire vivent dans une grande insécurité. Leur patron, l’entreprise Bridon-Bekaert Ropes Group (BBRG), a annoncé le déménagement de ses installations aux États-Unis en mai 2021.

« Cette décision fait en sorte que nos 145 travailleurs, qui œuvrent dans un domaine ultra spécialisé et qui ont des emplois bien payés, se retrouveront sans emploi le 31 mai prochain. C’est vraiment triste et fâchant », déclare Stéphane Collette, président du syndicat des travailleurs de Câbles d’acier, affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière de la CSN.

Cela fait plus de 125 ans que Câbles d’acier existe dans la région de Montréal. C’est un des fleurons du secteur manufacturier de la région puisque l’usine est une des seules à produire des câbles d’acier pour l’industrie minière et pétrolière. « Mais malgré cette expertise reconnue, malgré le fait que Câbles d’acier est rentable – même les boss le reconnaissent! – ils veulent absolument déménager. On tente de faire tout ce qu’on peut pour annuler cette décision unilatérale de BBRG, mais le temps joue contre nous », continue M. Collette.

Dans les derniers mois, les travailleurs se sont tournés vers le ministère de l’Économie et de l’Innovation ainsi qu’Investissement Québec afin de trouver une solution. Le ministère et Investissement Québec ont offert plusieurs options à BBRG pour qu’elle puisse développer ses activités à Pointe-Claire et, ainsi, éviter le déménagement et les pertes d’emplois. Un acheteur intéressé par la reprise des installations s’est même manifesté. Mais, BBRG reste campée sur ses positions en refusant tant l’aide de Québec qu’une vente à de potentiels investisseurs.

« Qu’est-ce qu’on doit comprendre de cette inflexibilité? Ce que BBRG veut vraiment, ce n’est pas d’être plus rentable, elle l’est déjà! Ce que l’entreprise veut, c’est tuer la concurrence et dominer le marché du câble d’acier en Amérique du Nord en concentrant ses activités aux États-Unis. Et cela se fait sur le dos de 145 familles de Pointe-Claire et avec la disparition d’une entreprise spécialisée dans un domaine de pointe », déplore M. Collette. C’est ça le Buy American Act!

Tentant le tout pour le tout, le syndicat a déposé des griefs à la suite de l’annonce du déménagement, car ce dernier n’est pas permis en vertu du contrat de travail qui lie les parties. « Nous contestons aussi les montants dus aux salariés, car – surprise! – l’employeur sous-estime ce qu’il doit payer aux travailleurs. Il refuse même d’honorer certains contrats qui le lient à des travailleurs retraités! Mais nous ne baisserons pas les bras, nous n’avons pas dit notre dernier mot », termine le président du syndicat.

 

Le projet de loi 59 ramène le Québec plusieurs dizaines d’années en arrière

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) dénonce fermement les amendements déposés par le ministre du Travail, Jean Boulet, au projet de loi 59 visant à réformer le régime de santé et sécurité au travail.

« Le projet de loi tel qu’il est aujourd’hui fait revenir le Québec plusieurs dizaines d’années en arrière, s’insurge le président de la FIM, Louis Bégin. Le régime actuel a été mis en place pour créer un arbitre légal qui est venu apaiser le terrain des relations de travail et guider l’ensemble de la société vers un objectif commun qui est de créer des milieux de travail sains et sécuritaires. Le régime proposé par le ministre Boulet fait voler en éclat cette notion et ramène la santé et la sécurité des travailleuses et des travailleurs sur le terrain des négociations et de confrontations entre salarié-es et employeurs. Ça ouvre la porte à un retour à l’instabilité et à des perturbations majeures dans le monde du travail. »

Parmi les nombreuses lacunes observées dans le projet de loi amendé, la FIM est particulièrement préoccupée par la réduction de la surveillance sur le terrain, la complexification de l’accès aux recours prévus à la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP) et l’érosion de l’importance du paritarisme et de l’implication des travailleuses et travailleurs.

La FIM déplore également le fait que le projet proposé diminue les acquis de plusieurs groupes prioritaires comme les travailleuses et les travailleurs des fonderies, de l’industrie papetière et des autres industries dites traditionnelles.

« La pandémie qui fait rage depuis maintenant plus d’un an aurait dû rappeler au gouvernement que la santé et la sécurité de la population doit passer avant tout. Pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour améliorer les protections actuelles plutôt que de s’efforcer de démolir ce pour quoi nos mères et nos pères se sont battus pendant des années? », conclut M. Bégin.