Les ambulanciers-paramédics vont intensifier leurs moyens de pression

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

La grève reprend chez Urgences-santé

La grève reprend chez Urgences-santé

Les répondantes et les répondants médicaux d’urgence (RMU) ainsi que le personnel administratif d’Urgences-santé sont de…
La CSN et la CSD unissent leurs forces

La CSN et la CSD unissent leurs forces

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) annoncent qu’elles se…
Les salarié-es de BAnQ se dotent d’un mandat de grève

Les salarié-es de BAnQ se dotent d’un mandat de grève

Réunis en assemblée générale ce lundi soir, 16 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Les RMU et les employé-es de bureau toujours sans convention

Les RMU et les employé-es de bureau toujours sans convention

Près de trois ans après l’échéance des conventions collectives, le 31 mars 2020, les répondantes et répondants…
Les organisations syndicales en santé ne veulent pas rejouer dans le même mauvais film

Les organisations syndicales en santé ne veulent pas rejouer dans le même mauvais film

Les organisations syndicales représentant plus de 200 000 travailleuses et travailleurs en santé et services sociaux réagissent d’une…
Une occasion ratée d’implanter les solutions du personnel pour un réseau plus humain

Une occasion ratée d’implanter les solutions du personnel pour un réseau plus humain

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ressort perplexe de la lecture du…

Grave pénurie de ressources ambulancières à Urgences-santé

Les ambulanciers-paramédics vont intensifier leurs moyens de pression

Réunis en assemblée extraordinaire hier et ce matin, les paramédics d’Urgences-santé, membres de la CSN, ont voté à 98 % en faveur d’une intensification de leurs moyens de pression enclenchés en décembre 2013. Ils veulent ainsi obliger le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et la Corporation d’Urgences-santé à sortir de leur mutisme et à injecter les sommes nécessaires pour contrer le manque criant de ressources ambulancières à Montréal et à Laval, et ses impacts sur la population.

À moins d’une reprise des pourparlers avec les autorités de la santé amorcés par les paramédics depuis mai 2013, ces derniers mettront à exécution leur nouveau plan d’action. Celui-ci est composé de trois volets : arrêt de tout travail effectué en heures supplémentaires, sauf en cas de catastrophe ou de sinistre, transport des patients dans l’établissement de leur choix en respectant leur état de santé, et prise de la période de repas après la période prévue si Urgences-santé ne l’octroie pas tel que prescrite dans la convention collective. « Les moyens de pression ne sont pas encore en vigueur », explique Réjean Leclerc, président du Syndicat du préhospitalier (CSN), qui regroupe 960 paramédics. « Après plus d’un an de discussions infructueuses avec Urgences-santé concernant, entre autres, la lettre d’entente relative à l’organisation du travail, nous réclamons une rencontre avec le MSSS afin de régler les problèmes d’ici la fin juillet, sinon nous n’aurons d’autre choix que d’exercer notre mandat qui a été adopté aujourd’hui par les membres a 97,8 %. »

Les paramédics dénoncent depuis des mois le manque de ressources et leurs impacts sur les délais d’arrivée d’une ambulance sur le lieu d’un appel, suivant l’intervention des premiers répondants. En particulier, ils ciblent les appels de priorité 0, et 1, par exemple les accidents de la route, les polytraumatisés, les infarctus et les difficultés respiratoires graves. Les paramédics desservent une population de 2,3 millions à Montréal et à Laval. En outre, les paramédics constatent qu’Urgences-santé recoure systématiquement au travail en heures supplémentaires, soit 96 000 en 2013. Ils réclament que ces heures soient converties en postes à temps complet, soit une quarantaine en tout, ce qui permettrait de stabiliser les équipes et de garantir une meilleure couverture 24 heures sur 24 pour les territoires de Montréal et de Laval.

Les paramédics se questionnent sur les effets de récentes compressions budgétaires qui auraient été imposées par le gouvernement actuel visant à soustraire environ huit millions de dollars du budget annuel qui est de 109 millions  de dollars. Selon le président Réjean Leclerc, « cette ponction dans nos budgets, déjà insuffisants pour répondre aux besoins de la population, risque fort d’accentuer la pénurie d’ambulances et les délais d’attente. Nous demandons au ministère de la Santé et des Services sociaux d’annuler ces compressions totalement inadmissibles. » Cette ponction, soutiennent les paramédics, est d’autant plus incompréhensible qu’Urgences-santé maintient en poste, depuis bientôt trois ans, une douzaine de cadres supplémentaires embauchés en 2011 et 2012, ce qui équivaut à environ un million et demi de dollars annuellement non investis pour accroître le nombre d’équipes ambulancières sur les deux îles.

À propos du syndicat

Le Syndicat du préhospitalier représente tous les paramédics à l’emploi de la Corporation d’Urgences-santé, qui sont au nombre de 950. Il est affilié à la FSSS-CSN qui compte près de 130 000 syndiqués-es œuvrant dans les secteurs public et privé. Pour sa part, la CSN regroupe plus de 325 000 membres présents dans la plupart des secteurs d’activité.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket