Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Un deux poids, deux mesures vigoureusement dénoncé à Rouyn-Noranda

Du même SUJET

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

Bien qu’elles accueillent favorablement l’annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de…
Les sages-femmes concluent une entente de principe

Les sages-femmes concluent une entente de principe

Tard dans la nuit de vendredi dernier, le Regroupement Les Sages-femmes du Québec (RSFQ) a conclu…
Les sages-femmes réclament l’équité avant les vacances de la construction

Les sages-femmes réclament l’équité avant les vacances de la construction

Les négociations entre Québec et le Regroupement Les Sages-Femmes du Québec entrent aujourd’hui, mercredi, dans une…
Équité salariale : plusieurs milliers de dollars pour les préposé-es en retraitement des dispositifs médicaux

Équité salariale : plusieurs milliers de dollars pour les préposé-es en retraitement des dispositifs médicaux

La FSSS–CSN et la FTQ sont parvenues à obtenir une entente découlant de l’exercice de maintien…
Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…

Réseau de la santé et des services sociaux

2020-09_fsss-abitibi_CSN

Un deux poids, deux mesures vigoureusement dénoncé à Rouyn-Noranda

Pour les travailleuses et les travailleurs de la santé et des services sociaux de l’Abtibi-Témiscamingue, les hausses de salaires allant de 10 à 25 % versées à certains cadres du CISSS-AT illustrent à quel point les dirigeantes, dirigeants et gestionnaires du réseau public sont déconnectés de la réalité vécue sur le terrain.

« Nos membres reçoivent ça comme un manque de respect total. C’est épouvantable de voir ça, s’insurge la vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), Annick Trottier. Pendant ce temps-là, le gouvernement nous coupe nos primes… il y a du monde qui vont perdre 300 $ à 400 $ de revenu dès le 30 septembre, certains vont perdre jusqu’à 5000 $ par année! Notre négociation n’avance pas : le gouvernement ne nous offre même pas l’inflation et il refuse de discuter de nos priorités comme la santé et la sécurité au travail ou les surcharges et l’épuisement. On a des centaines de personnes qui attendent un règlement de l’équité salariale depuis 2010 !»

Les derniers mois ont été très éprouvants pour les travailleuses et les travailleurs du réseau public qui ont été au front de la lutte à la pandémie. Celles et ceux que le premier ministre, François Legault, appelle les anges gardiens sont littéralement à bout de souffle.

Si l’arrivée massive de nouvelles recrues chez les préposé-es aux bénéficiaires constitue une bonne nouvelle, la FSSS–CSN souligne qu’il faudra s’attarder sérieusement aux conditions de travail et de pratique du personnel. C’est à cause des mauvaises conditions de travail et des salaires trop bas que les établissements se retrouvent aujourd’hui avec de graves problèmes de recrutement de main-d’œuvre. La formation et l’intégration accélérée des centaines de préposé-es dans la région seront un coup d’épée dans l’eau si on ne réunit pas les conditions assurant un milieu de travail enrichissant et épanouissant.

Toute la CSN en appui
« En négociation, ces travailleuses et ces travailleurs demandent une augmentation de 2 dollars l’heure dès cette année, poursuit le président du Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec, Félix-Antoine Lafleur. Le gouvernement dit que cette demande salariale est ambitieuse. Nous pensons au contraire que ce n’est qu’une question de bonne gestion. En comprimant les salaires comme ils l’ont fait ces 20 dernières années, les gouvernements qui se sont succédé ont créé de graves problèmes. Les salaires versés dans le secteur public ne sont plus du tout concurrentiels. Et avec la charge de travail qui s’alourdit sans cesse et le climat de travail qui se détériore, on se retrouve avec des pénuries, des trous un peu partout. La crise actuelle a mis ces difficultés au grand jour, mais elles existaient avant et elles vont s’aggraver, si on ne s’y attaque pas sérieusement dès maintenant! »

Revendications
Les salarié-es membres de la CSN en santé et services sociaux ainsi qu’en éducation, en enseignement supérieur et dans les organismes gouvernementaux réclament des augmentations de salaire de 2 $ pour toutes et tous en 2020 et 0,75 $ pour les années 2021 et 2022. La demande, formulée en montant fixe plutôt qu’en pourcentage, permet de soutenir davantage celles et ceux qui gagnent le moins et pour qui un coup de barre est plus que nécessaire. De son côté, le gouvernement offre 1,75 % pour 2020 et 2021 et 1,5 % pour 2022.

En outre, la FSSS–CSN a présenté une centaine de solutions aux représentants patronaux pour corriger des problèmes majeurs vécus sur le terrain dans les établissements. Il y est question notamment de prévenir davantage les accidents de travail et les maladies professionnelles, de combattre les surcharges de travail, d’ajouter du personnel, de favoriser la conciliation famille-travail-études, d’encourager le personnel à demeurer plus longtemps dans le réseau ou encore de diminuer les sommes qui sont exigées aux salarié-es pour pouvoir travailler, pensons par exemple aux frais de stationnement qui leur sont facturés.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket