Blogues

Négociation au Collège Jean de La Mennais

Une école privée qui ose faire la grève ? Ô sacrilège !

« Notre première préoccupation a toujours consisté à vouloir donner le meilleur de nous-mêmes aux élèves. Nous voulons évoluer dans un environnement qui nous permettra d’encadrer nos élèves de la façon la plus optimale qu’il soit. La direction a-t-elle autant à cœur le sort de ses élèves ? »
Partager
Région
  • Montérégie

Billet de Mathieu Boutin, Président du Syndicat des enseignantes et enseignants du Collège Jean de La Mennais–CSN

Mathieu Boutin, Président du Syndicat des enseignantes et enseignants du Collège Jean de La Mennais–CSN

Quelle ne fut pas ma surprise à la lecture de la lettre ouverte signée par une enseignante du Collège Jean de La Mennais dans La Presse+ du 14 juin. Marie-Claude Rémy y clame sa honte d’appartenir à un syndicat d’une école privée qui, ô sacrilège, ose faire la grève ! Nous respectons entièrement le point de vue des personnes qui s’opposent à la grève. Cela dit, comme madame Rémy est la conjointe d’un directeur ayant œuvré plus de 20 ans au collège Jean de La Mennais, son cri du cœur mérite quelques nuances.

Enjeu au cœur de négociation
Bien qu’il soit agréable de travailler dans un environnement où il y a trois gymnases et deux terrains de soccer extérieurs, là n’est pas la question. Les enseignantes et enseignants sont prêts à négocier et souhaitent régler la question de la tâche éducative qui est beaucoup plus lourde à Jean de La Mennais que dans les autres établissements privés comparables. Ils demandent une réduction de la tâche éducative au secondaire de deux heures par cycle pour être en mesure de mieux encadrer les élèves dans leur apprentissage. Le fait d’avoir une tâche de deux heures de plus en moyenne que les enseignants de ces autres collèges équivaut, pour un grand nombre d’enseignants, à avoir un groupe de plus à qui enseigner, avec ce que cela comporte sur le plan de la préparation des cours et des examens, de la correction, du suivi et du soutien aux élèves. C’est énorme ! À cette demande, la direction propose de réduire cette tâche de plus ou moins 15 minutes, soit une réduction de moins de 2 minutes par jour de travail la première année et de moins de 38 secondes supplémentaires par jour de travail, les années subséquentes ! Une offre insultante.

Cette offre de l’employeur ne se justifie par aucune raison pédagogique, en fait, elle ne semble se baser que sur des considérations financières. Et pourtant, l’année dernière seulement, il a réalisé des profits de plus de 415 000 $ ! Qu’attend-il pour en faire bénéficier les enseignantes et enseignants qu’il embauche et les élèves du collège par le fait même ?

Quelques rectificatifs pour madame Rémy
Par ailleurs, les quatre journées de grève votées le 29 mai 2019 ont été adoptées à scrutin secret dans une proportion de 71 % par 85 personnes présentes. Comme le nombre de membres du syndicat s’élève à 94, on peut dire qu’il s’agit d’une bonne représentativité ! Tout le monde a pu voter en son âme et conscience, sans subir d’influence indue. On est loin du régime de Bachar El Assad, comme l’évoque madame Rémy de façon pour le moins caricaturale. De plus, je tiens à rassurer madame Rémy : la CSN ne retient personne. Suivant les règles démocratiques, un vote dans une assemblée générale permet la désaffiliation.

Notre première préoccupation a toujours consisté à vouloir donner le meilleur de nous-mêmes aux élèves. Nous voulons évoluer dans un environnement qui nous permettra d’encadrer nos élèves de la façon la plus optimale qu’il soit. La direction a-t-elle autant à cœur le sort de ses élèves ? Si oui, pourquoi tarde-t-elle tant à en faire la démonstration ? Nous voulons nous concentrer sur la négociation et nous attendons un signe clair de rapprochement de la direction du collège, afin que nous puissions retourner négocier les 19 et 21 juin prochains dans un souci commun de mieux-être pour les élèves. D’ici là, par souci de ne pas risquer d’affecter le parcours des élèves, le syndicat a décidé de ne plus exercer de grève d’ici la fin de l’année scolaire. Nous voulons que nos élèves puissent obtenir tout le soutien nécessaire de leurs enseignantes et enseignants durant la semaine d’examen à venir. Car c’est leur réussite qui nous importe d’abord et avant tout.