Accueil / Documents par sujet
DateTitreDescription
27 mai 2019Mémoire sur le projet de loi 5 (Maternelles 4 ans)

Dans ce mémoire, la CSN demande au gouvernement d’utiliser les budgets prévus pour les enfants de 4 ans afin d’offrir un réel choix aux parents en donnant un accès aux CPE et aux milieux familiaux régis et subventionnés. La CSN considère qu’il n’est pas judicieux d’offrir des maternelles 4 ans mur à mur, puisque cette mesure va accaparer des sommes très importantes.

La CSN privilégie le développement de services éducatifs qui permettent une intervention précoce bien avant l’âge de 4 ans. Elle demande la poursuite du développement des places en milieu familial régi et en CPE, la fin de la modulation des tarifs, le crédit d’impôt pour frais de service de garde et la gratuité pour tous les enfants de 4 ans et les enfants des milieux défavorisés.

10 avril 2019Pourquoi choisir un service de garde subventionné plutôt que la maternelle 4 ans?
La campagne 4 ans, c’pas grand de la CSN vise à souligner que l’école n’est pas le lieu qui convient le mieux pour une grande majorité des enfants de 4 ans.
14 mars 2019Projet de loi 5 sur la généralisation de la maternelle 4 ans
Les faits sur le projet de loi 5.
1 juin 2018Le Point syndical
Depuis plus de 75 ans, nous avons ce souci de communiquer avec nos membres pour nourrir une solidarité essentielle entre les syndicats de notre mouvement, notamment en partageant leurs luttes et leurs revendications. Perspectives CSN, dont le format s’apparentait davantage à celui d’un magazine, cède donc la place au Point syndical, un journal qui paraîtra plus fréquemment, soit cinq fois l’an.
25 octobre 2017Mémoire sur le projet de loi 143

Avec le projet de loi no 143, Loi visant à améliorer la qualité éducative et à favoriser le développement harmonieux des services de garde éducatifs à l’enfance, le gouvernement semble avoir entendu certaines de nos revendications et a entrepris des pas dans la bonne direction, particulièrement en ce qui concerne la garde en milieu familial et une meilleure planification de l’offre de services.

En effet, dès 2010, dans Des services de garde éducatifs de qualité : un droit pour chaque enfant, la CSN demandait au gouvernement de développer une vision nationale et une coordination interministérielle pour le développement, la consolidation et le financement des services de garde éducatifs.

Cependant, nous sommes d’avis que les conditions préalables et les moyens nécessaires à la mise en œuvre de certaines des propositions contenues dans le projet de loi ne sont pas au rendez-vous. C’est le cas, par exemple, pour l’introduction d’une nouvelle exigence éducative et d’une démarche d’évaluation pour l’amélioration de la qualité. Outre le caractère prématuré de ces propositions, celles-ci devraient faire l’objet d’un plan d’action examiné par toutes les parties prenantes, ce que ne garantit pas le projet de loi. Le projet de loi vise aussi le développement harmonieux des services de garde sur chacun des territoires, notamment en renforçant la collecte d’information à l’aide du guichet unique et en systématisant l’analyse régionale des besoins à travers le comité consultatif du territoire concerné. La composition et le fonctionnement du comité devraient toutefois être revus, selon nous.

Nous accueillons favorablement les exigences proposées par le projet de loi qui limiteront le nombre de places que peuvent offrir des individus non reconnus par le réseau et l’émission de nouveaux permis de garderies privées. Nous croyons que, loin de restreindre l’offre de services, ces exigences contribueront au développement d’un réseau de qualité et, nous l’espérons, de plus de places de qualité en CPE et chez les RSG.

Enfin, nous soumettons des recommandations afin que le projet de loi contribue à l’amélioration, au développement et à l’accès à des services de garde véritablement éducatifs, personnalisés et de qualité, auxquels a droit tout enfant québécois tel que le stipule l’article 4 de la Loi sur les services de garde éducatifs à l’enfance.

19 octobre 2017Déclaration des travailleuses des CPE

Rappelons quelques-unes de ces priorités:

  • la protection de la qualité éducative et le soutien aux enfants ayant des besoins particuliers e ectués par des éducatrices et par des éducatrices spécialisées;
  • des ratios enfants/éducatrice qui permettent de répondre aux besoins et au mieux-être des tout-petits, au-delà de toutes autres considérations;
  • le maintien des heures de planification des activités pédagogiques;
  • l’appellation de l’aide-éducatrice qui affaiblirait le rôle des éducatrices, en a ectant le développement des enfants;
  • la participation des travailleuses au conseil d’administration et à l’assemblée générale du CPE.
19 mars 2016Un réseau qui fait grandir

Nous demandons au gouvernement de cesser ses attaques contre le modèle québécois des services de garde à contribution réduite et

  • D’assurer l’accessibilité à des services éducatifs de qualité pour tous les enfants afin de favoriser l’égalité des chances;
  • De rétablir le tarif universel et d’offrir la gratuité aux familles à faible revenu;
  • De poursuivre le développement des places dans les CPE et auprès des RSG reconnues;
  • De reconnaître les services de garde en milieu scolaire à titre de services complémentaires au régime pédagogique;
  • De mettre fin aux compressions et d’investir les sommes nécessaires au maintien de services éducatifs de qualité.
5 février 2015Mémoire de la CSN et la FSSS sur le projet de loi 28
Les aspects économiques du projet de loi 28 ayant déjà été discutés à notre précédente comparution devant la Commission des finances publiques, le présent mémoire ne concerne que les modifications à la tarification des services de garde, et celles apportées à l’assurance maladie et à l’assurance médicament.
3 février 2015Mémoire sur le projet de loi 28
Nous dénonçons cette initiative du gouvernement du Québec, qui nous invite à commenter un projet de loi qui a tout des projets de loi mammouth auxquels le gouvernement conservateur de Stephen Harper nous a malheureusement habitués. La démocratie exige davantage.
13 janvier 2015Mémoire sur le projet de loi 27
L’orientation de notre mémoire repose sur la nécessité d’offrir des services de garde éducatifs de qualité sur une base universelle à tous les enfants du Québec dont les parents en font la demande.