Buanderie Lavérendière: la CSN salue la décision du ministre de la Santé de choisir le public

27 juillet 2017

« Nous avons su démontrer au gouvernement que le secteur public offre un service irréprochable à un coût imbattable »
Partager
Région
  • Lanaudière
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Renseignements : Martin Robert
Service des communications de la CSN martin.robert@csn.qc.ca
Cell. : 514 601-8584

Après plusieurs années de tergiversation, tantôt en faveur, tantôt hésitant, et malgré les pressions soutenues du secteur privé, le gouvernement du Québec choisit finalement – et de manière définitive – la construction d’une nouvelle buanderie publique pour desservir le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière. Il s’agit d’un projet autofinancé de plus de 20 millions de dollars.

« C’est grâce à la solidité du dossier étoffé par le Syndicat des travailleuses et travailleurs du CISSS de Lanaudière (STTCSSSNL–CSN) et par la CSN que le gouvernement a finalement compris que le secteur public offre un service irréprochable à un coût imbattable, se réjouit Jean Lacharité, vice-président de la CSN. Nous saluons donc la décision du ministre Gaétan Barrette ».

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) souligne également la détermination et la grande mobilisation de la cinquantaine d’employé-es de la buanderie Lavérendière. « Sans jamais se décourager, ils incarnent la passion des travailleuses et des travailleurs du réseau d’offrir des services publics de qualité. » affirme Guy Laurion, vice-président de la FSSS–CSN.

Rappelons qu’en mars 2016, le ministre donnait le feu vert à la construction de deux buanderies publiques (Partagec à Québec et Lavérendière à Saint-Charles-Borromée). Il justifiait son choix du public en se basant notamment sur une étude sérieuse et indépendante réalisée par la firme Raymond Chabot Grant Thornton sur la viabilité des projets de buanderies publiques en comparaison du secteur privé. Mais, à la suite de la frustration exprimée par l’entreprise privée Buanderie Blanchelle inc., le ministre semblait tergiverser à nouveau.

« Un délai additionnel aurait été inadmissible pour la population de notre région et pour celles et ceux qui œuvrent au quotidien à la buanderie. Le ministre Barrette devait lancer un message clair et s’opposer à toute tentative d’influence en provenance d’une entreprise privée qui s’acharnait à miner le secteur public en embauchant à grands frais plusieurs lobbyistes. » rappelle Patricia Rivest, vice-présidente du Conseil central de Lanaudière (CCL–CSN).

« Après les retards et les reports, cette lutte étant désormais derrière nous, nous pouvons nous tourner vers l’avenir afin d’œuvrer dans une nouvelle buanderie à construire rapidement, afin de toujours mieux servir les Lanaudoises et les Lanaudois » d’ajouter Thérèse Martin, présidente du STTCSSSNL–CSN.

← Précédent IGA Coop Unité Lavernière des Îles-de-la-Madeleine : entente de principe 26 juillet 2017
Suivant → Une ambulance en moins pour le secteur d'Oka 28 juillet 2017

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/buanderie-laverendiere-la-csn-salue-la-decision-du-ministre-de-la-sante-de-choisir-le-public/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.