Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La FTA et trois transporteurs confirment la problématique

Du même SUJET

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les membres du Regroupement Les sages-femmes du Québec ont entériné mercredi l’accord de principe intervenu le…
Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie de Petit Paris–CSN se sont réunis en…
« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

Bien qu’elles accueillent favorablement l’annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de…
La dernière offre patronale rejetée massivement

La dernière offre patronale rejetée massivement

Réunis en assemblée générale ce dimanche, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada (RRC) ont…
Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Nouvellement syndiqués à la CSN, les membres de l’Union des travailleuses et travailleurs de Locweld–CSN étaient…
Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Le Syndicat des employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges–CSN a exercé son droit de grève ce…

Crise dans le transport scolaire

Virée jaune du 5 février dernier à Montréal en appui à la campagne actuelle menée par la FEESP-CSN.
Virée jaune du 5 février dernier à Montréal en appui à la campagne actuelle menée par la FEESP-CSN.

La FTA et trois transporteurs confirment la problématique

La Fédération des employées et employés de services publics–CSN (FEESP–CSN) tient à saluer la sortie publique de la Fédération des transporteurs par autobus (FTA) ainsi que celle de trois transporteurs de la ville de Laval dans un article du Courrier Laval du 14 février, en lien avec la crise de la main-d’œuvre qui prend de l’ampleur dans le transport scolaire.

« La situation de ces trois transporteurs n’est pas isolée. Nos membres de toutes les régions du Québec nous informent quotidiennement des problématiques et des effets liées à cette pénurie de main-d’œuvre, de souligner Stephen P. Gauley, président du Secteur transport scolaire (STS). Entre autres, nous avons appris hier qu’une vingtaine de circuits demeuraient sans conducteurs à Montréal et que ce scénario se reproduit fréquemment dans les régions de Lanaudière et de l’Estrie. Des transporteurs vont jusqu’à rappeler au travail des conducteurs en congé de maladie pour ne pas interrompre le service, ce qui contrevient à la santé et à la sécurité des élèves et des usagers de la route. D’autres transporteurs utilisent leurs répartiteurs, ce qui laisse les conducteurs, les parents et les commissions scolaires sans réponse en cas d’urgence ou de problèmes ».

Le 10 octobre dernier, le Secteur transport scolaire de la FEESP–CSN avait interpelé le gouvernement en soulignant qu’une crise pourrait très bien se dessiner au Québec, situation qui se concrétise actuellement.

« Nous vivons un sérieux problème où des salarié-es sont nettement sous-payés pour les compétences et les qualifications qui leur sont demandées. Le financement actuel du secteur provenant du gouvernement du Québec ne permet tout simplement pas aux transporteurs scolaires d’être compétitifs sur le marché de l’emploi. Pour nous, la situation est claire : le gouvernement doit intervenir rapidement en augmentant le financement par le biais d’une enveloppe supplémentaire fermée et dédiée à l’amélioration des conditions de travail des conductrices et des conducteurs de véhicules scolaires. Il faut éviter que des parents et des enfants soient privés de transport scolaire, faute de personnel », de conclure Stéphanie Gratton, vice-présidente de la FEESP et responsable politique du STS.

Rappelons que les salarié-es du transport scolaire touchent un taux horaire moyen de 17,86 $ l’heure – pour un revenu annuel moyen de 19 288 dollars –, alors que d’autres reçoivent 12,07 $ l’heure, un taux avoisinant le salaire minimum, sans autre avantage social.

Rappelons également que dans le cadre d’un processus rigoureux d’évaluation de l’emploi de conducteur et de conductrice de véhicule scolaire, qui fut initié par la CSN et auquel le gouvernement et les associations de transporteurs ont participé, le comité de travail a fixé un taux horaire minimal de référence à 19,14 $ l’heure en janvier 2015, ce qui représente actuellement un taux indexé de 20,02 $ à l’embauche, sans évidemment tenir compte de l’ancienneté.

Plus de 521 000 écoliers, soit un peu plus de 60 % de tous les élèves du primaire et du secondaire, montent à bord des autobus scolaires tous les jours.

Le STS regroupe environ 3000 travailleuses et travailleurs membres de la Fédération des employées et employés de services publics–CSN. Celle-ci compte plus de 425 syndicats affiliés, représentant environ 60 000 syndiqué-es dans le domaine des services publics et parapublics.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket