Velan

11 mai 2015

Les travailleurs rejettent les offres patronales avec une majorité écrasante

Les syndiqué-es de Montréal et Granby de la compagnie Velan ont rejeté dans des proportions de 99 et 98 % les dernières offres patronales jugées irrespectueuses par les travailleurs et les travailleuses.

Les syndiqué-es de Montréal et Granby de la compagnie Velan ont rejeté dans des proportions de 99 et 98 % les dernières offres patronales jugées irrespectueuses par les travailleurs et les travailleuses.

Après 25 rencontres de négociation où les discussions étaient constructives, la partie patronale a fait volte-face en déposant, le 8 mai dernier, une offre globale et finale où des éléments qui avaient été négociés et acceptés de part et d’autre ont été retirés.

« Avant la dernière séance de négociation du vendredi 8 mai, 80 % de l’ensemble du normatif avait fait l’objet d’ententes et les négociations évoluaient sur le plan monétaire. Lors de cette séance, l’employeur devait nous revenir sur une contre-proposition syndicale, celui-ci nous a plutôt déposé une offre globale et finale. C’est une attitude irrespectueuse et incompréhensible », explique Jose Sousa, président du syndicat de Velan Montréal.

La partie patronale propose maintenant le statu quo de la dernière convention collective et elle maintient sa volonté de retirer la clause sur la sécurité d’emploi. Il s’agit d’une offre de deux ans qui comprend des augmentations de 1,75 et 2 %.

« Lors des dernières assemblées, les deux syndicats ont mis la touche finale à l’organisation de l’éventuel déclenchement de la grève. Il est convenu d’augmenter le niveau de pression dans les actions. L’employeur doit se ressaisir et adopter une attitude constructive à la table de négociation parce que notre mandat est sans équivoque et nous n’hésiterons pas à aller jusqu’au bout », ajoute Pierre Paquette, président du syndicat de Velan Granby.

Une prochaine rencontre de négociation est prévue avec l’employeur le mardi 12 mai.

Velan, qui œuvre dans le domaine de la robinetterie industrielle, compte plus de 500 travailleurs et travailleuses syndiqués à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) à ses installations de Montréal et Granby. Les éléments normatifs sont négociés séparément par chacun des syndicats, alors que l’aspect financier et certaines clauses normatives d’importance sont négociés à une seule et même table.

← Précédent Des appuis majeurs au FRAPRU 8 mai 2015
Suivant → Le parties signent l'entente de principe 11 mai 2015
Partager
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN), Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN)
Pour information
Dave Parent
Conseiller
Service des communications de la CSN
514 216-9097
dave.parent@csn.qc.ca

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/les-travailleurs-rejettent-les-offres-patronales-avec-une-majorite-ecrasante/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.