Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une triste démonstration des impacts de l’austérité

Du même SUJET

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…
La CSN prête à travailler dans une vision commune

La CSN prête à travailler dans une vision commune

Hier, de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que le…
Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Flanquée des représentantes et représentants du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et de la Fédération…
Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

En ce jeudi 16 juin, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs uni-es de Bibliothèque et Archives…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Situation au CHSLD Champagnat

Une triste démonstration des impacts de l’austérité

Pour la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), les récentes révélations sur la situation au CHSLD Champagnat sont une triste démonstration des impacts de l’austérité sur les services à la population. Afin de s’assurer de maintenir une qualité de services et un environnement de travail adéquat, la FSSS demande la fin des compressions budgétaires en santé et services sociaux. Les exemples concrets s’accumulent et démontrent hors de tout doute que ce sont les services directs à la population qui sont affectés par les mesures d’austérité.

L’austérité au CHSLD Champagnat

La semaine dernière, Le Devoir révélait que plusieurs lacunes ont été relevées au CHSLD Champagnat de Saint-Jean-sur-Richelieu et que ce sont les services aux résidents et résidentes qui sont atteints. Les compressions budgétaires que subit actuellement le réseau de santé et des services sociaux entraînent des lacunes dans la qualité des soins, notamment en raison d’un manque de personnel.

« Les travailleuses et travailleurs sont épuisés et nous sommes souvent en sous-effectifs pour donner les services. On ne peut continuellement demander au personnel de faire plus avec moins. Ils se démènent au quotidien pour donner les meilleurs services possibles à la population », lance Isabelle Pinsonneault, présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre de santé et de services sociaux Haut-Richelieu / Rouville – CSN.

Des impacts de plus en plus visibles et une dénonciation nécessaire

Les impacts concrets des mesures d’austérité imposées par le gouvernement Couillard deviennent de plus en plus visibles. Ceux-ci ont pour effet d’augmenter la charge de travail du personnel, d’entraîner des abolitions de postes, de réduire le bassin de services et même de réduire la qualité des services qui sont donnés à la population. De plus en plus d’établissements de santé et de services sociaux tentent de museler celles et ceux qui dénoncent et mettent en lumière les effets réels des compressions budgétaires.

« Nous maintenons la pression sur le gouvernement et nous sommes aux aguets pour démontrer à la population les effets qu’ont les compressions sur les services qu’ils reçoivent. Avec l’exemple du CHSLD Champagnat, il est maintenant impossible de prétendre qu’on peut couper sans toucher aux services. Comment se fait-il que les établissements ne mettent pas leurs énergies à donner les meilleurs soins possible plutôt qu’à taper sur les doigts de celles et ceux qui dénoncent les évidentes conséquences des coupes budgétaires? », demande Steve St-Onge, vice-président régional de la FSSS-CSN.

« La méthode Barrette du bâillon semble se répandre de plus en plus dans le réseau de santé et de services sociaux. Nous avons un rôle important à jouer pour alerter la population sur les conditions de travail difficiles et sur les impacts de l’austérité sur les services à la population. Le gouvernement ne peut se fermer les yeux sur les conditions de vie des résidentes et résidents en CHSLD. Il ne peut prétendre se préoccuper de la qualité des soins en CHSLD et continuer de faire des compressions en même temps », de conclure Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie – CSN.

À propos de la FSSS-CSN

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte près de 130 000 membres dans les secteurs publics et privés. La FSSS est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans les services de garde. La FSSS-CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket