Construction flagger ahead sign on a street
9 mai 2019

La CSN–Construction obtient des gains majeurs pour la première convention collective des signaleurs de Construction BML

La CSN–Construction est fière d’annoncer la signature de la première convention collective des 25 signaleurs de Construction BML et de pouvoir offrir une meilleure qualité de vie à ces travailleuses et travailleurs qui risquent leur vie tous les jours au travail.

« Nous avons entrepris il y a quelque temps une opération de syndicalisation des travailleuses et travailleurs issus des sous-secteurs de la construction qui ne sont pas protégés par la loi R-20 et dont les conditions sont souvent exécrables, souligne d’entrée de jeu, le président de la CSN–-Construction, Pierre Brassard. La convention qu’on vient de signer pour les signaleuses et signaleurs avec Construction BML entraîne des gains majeurs pour eux. Nous en sommes très satisfaits. »

Augmentation de salaire de 25 %
Alors qu’ils étaient payés en moyenne 14,95 $ l’heure avant d’être syndiqués, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs non assujettis (STTNA–CSN) gagnent 18 $ l’heure depuis le 1er janvier 2019 et gagneront 18,40 $ le 1er janvier 2020 et 18,85 $ le 1er janvier 2021. Cela représentera une augmentation de plus de 25 % à l’échéance de la convention.

Heures supplémentaires majorées de 50 %
Des gains importants ont également été réalisés concernant les heures supplémentaires, qui seront pour leur part majorées de 50 %. Toutes les heures effectuées excédant 10 heures de travail par jour, 40 heures de travail par semaine ou la fin de semaine seront payables à taux supplémentaire.

Des primes intéressantes
Une prime de 2 $ l’heure sera accordée aux chefs d’équipe, peu importe le nombre d’heures effectuées dans la journée. Une prime de 1,50 $ l’heure est pour sa part accordée à tout salarié-e qui exécute un travail durant un quart de nuit.

Autres gains majeurs
Les travailleuses et travailleurs ont également obtenu plusieurs congés au-delà des normes du travail, tels que des congés pour obligation familiale, maladie, décès, mariage, naissance, etc. Les salarié-es ont aussi décroché jusqu’à 8 % d’indemnités de vacances après 8 ans de travail. Des indemnités de transport et de pension, ainsi que des pauses-café additionnelles lors d’heures supplémentaires ont été gagnées par les travailleuses et travailleurs.

Le point de vue d’un signaleur
« On connaît toujours notre horaire la veille, vers 21 h. Ça va mal pour se planifier une vie. Notre rôle est de protéger les usagers de la route et les autres travailleurs sur les chantiers routiers afin d’éviter des accidents, mais on doit faire face à des automobilistes souvent impatients, agressifs, qui en viennent parfois aux coups. Notre salaire tournait autour de 15 $ l’heure, alors que le travail exige que nous nous mettions souvent en danger. Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs non assujettis – CSN (STTNA–CSN) étaient impatients d’améliorer leur sort. Nous ne remercierons jamais assez la CSN–Construction d’avoir pensé à nous syndiquer. »

 

← Précédent Un acharnement patronal qui ne passe pas 7 mai 2019
Suivant → La CSN–Construction demande un mandat fort pour inclure l’obligation de fournir des toilettes sur les chantiers de construction 13 mai 2019
Partager
Région
  • Bas-Saint-Laurent
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Ariane Gagné
Conseillère aux communications - CSN 514 349-1300

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/la-csn-construction-obtient-des-gains-majeurs-pour-la-premiere-convention-collective-des-signaleurs-de-construction-bml/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.