Rapport annuel de la Protectrice du citoyen

25 septembre 2013

Les personnes les plus vulnérables de notre société paient le prix de la privatisation en santé

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) réagit au dépôt du rapport annuel de la Protectrice du citoyen en notant que ce sont les personnes les plus vulnérables de notre société qui subissent le plus durement les conséquences de la privatisation dans le réseau de la santé et des services sociaux. La CSN se questionne à savoir pourquoi le ministère s'entête à poursuivre sur cette voie, alors que le rapport démontre les impacts sur la qualité des services et qu'une récente étude de l'IRIS explique que l'avantage économique du recours au privé est inexistant.

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) réagit au dépôt du rapport annuel de la Protectrice du citoyen en notant que ce sont les personnes les plus vulnérables de notre société qui subissent le plus durement les conséquences de la privatisation dans le réseau de la santé et des services sociaux. La CSN se questionne à savoir pourquoi le ministère s’entête à poursuivre sur cette voie, alors que le rapport démontre les impacts sur la qualité des services et qu’une récente étude de l’IRIS explique que l’avantage économique du recours au privé est inexistant.

Le rapport annuel de la Protectrice du citoyen cible plusieurs problématiques dans le réseau de la santé et des services sociaux. Elle se concentre particulièrement sur la question de l’accès aux services, de la qualité de ceux-ci et des problèmes d’inspection, aussi bien dans l’hébergement pour les personnes âgées que pour les personnes atteintes de déficience intellectuelle. Sur plusieurs de ces questions, nombre de recommandations de la Protectrice du citoyen restent lettre morte, année après année. « Quand la Protectrice du citoyen nous dit qu’en 2013, il n’y a toujours pas eu de visites d’appréciation dans les ressources privées, on ne peut faire autrement que de s’inquiéter. Lorsque l’on connaît les nombreux problèmes de qualité de services dans ces ressources, on se demande pourquoi le ministère ne met pas plus d’énergie à régler cette situation. Faut-il rappeler qu’il s’agit d’une des franges les plus vulnérables de notre société et que nous avons la responsabilité de s’assurer qu’ils reçoivent les meilleurs services possible? », explique Jean Lacharité, vice-président de la CSN.

Le temps est venu de faire le bilan du recours à l’achat de places dans le privé. « Pour la FSSS, il en va bien au-delà de la question de s’assurer d’augmenter le nombre de visites d’appréciation dans le privé. La porte a été grande ouverte pour le privé dans les dernières années. Et qu’est-ce qu’on remarque? Que les services qui y sont donnés se font loin des regards du réseau public, qui a pourtant la responsabilité de veiller à ce qu’ils soient adéquats. Comment s’assurer que les personnes reçoivent le niveau de services dont ils ont besoin pour maintenir leur autonomie ou pour se réadapter dans le cas des personnes atteintes de déficience intellectuelle? Pourtant, la solution la plus simple n’est jamais évoquée : si l’on veut assurer une continuité et une qualité des services, il faut miser sur les services publics », poursuit Jeff Begley, président de la FSSS–CSN.

Ce que la Protectrice du citoyen remarque de plus en plus, c’est l’écart grandissant entre les politiques du ministère et la réalité sur le terrain. « Ce n’est certainement pas les nouvelles compressions budgétaires qui vont améliorer la situation à ce niveau. On se rend compte qu’une part importante des problèmes dans le réseau sont dus au fait que le personnel n’a pas les moyens pour donner les meilleurs services qui soient », lance Michel Tremblay, président de la Fédération des professionnèles (FP–CSN).

L’ouverture au privé qui a été faite dans les dernières années n’a jamais été suivie d’un effort réel du ministère pour s’assurer que les services donnés dans le privé sont d’un bon niveau. « La récente étude de l’IRIS démontre que la hausse des coûts dans le privé augmente plus fortement que dans le public. S’il n’y a plus d’avantage économique et qu’on peine toujours à donner des services de qualité dans le privé, quel est l’avantage de poursuivre sur cette voie? Pour nous, les personnes les plus vulnérables de la société méritent plus que de faire les frais des compressions budgétaires et de la privatisation », de conclure Jean Lacharité.

À propos de la CSN

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. Elle s’engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

← Précédent Manifestation devant l'Assemblée nationale 25 septembre 2013
Suivant → La Commission d'examen sur l'assurance-emploi entend les revendications à Saint-Hyacinthe 25 septembre 2013
Partager
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Hubert Forcier
Conseiller syndical à l'
information
Fédération de la santé et des services sociaux - CSN
Cell : 514-209-3311

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/les-personnes-les-plus-vulnerables-de-notre-societe-paient-le-prix-de-la-privatisation-en-sante/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.