Les syndicats dénoncent les lourdes pertes de services pour la population de la Montérégie

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec– FIQ et la Confédération des syndicats nationaux (CSN) dénoncent avec vigueur les compressions de 10,5 millions imposées par la direction du CSSS Champlain Charles-Lemoyne. Ces mesures se traduiront par la suppression de nombreux postes et par une réduction des services directs à la population montérégienne.

Pour l’APTS, ce sont encore les personnes les plus vulnérables qui vont écoper : «Couper 18 postes en réadaptation physique, en gérontologie, en santé mentale, en pédopsychiatrie et en nutrition, entre autres, c’est fragiliser davantage les personnes âgées, les enfants et les personnes avec des troubles de santé mentale, affirme la présidente de l’APTS, Carolle Dubé. Résultat : plus de ré-hospitalisation et des listes d’attente allongées. Continuer de prétendre que les coupures n’ont pas d’effet sur les services est un mensonge pur et simple !»

Par exemple, l’intention de la direction de couper un poste de travailleuse sociale aura des conséquences bien concrètes : vingt familles dans le besoin se retrouveront du jour au lendemain sans service. «Seront-elles placées sur une liste d’attente qui est déjà longue d’un an ou les cas seront-ils confiés à d’autres travailleuses sociales déjà en surcharge de travail? se questionne Janel Etchie, présidente de l’exécutif APTS-Charles Lemoyne. Ça fait beaucoup d’incertitudes pour des familles déjà éprouvées. Par ailleurs, des services professionnels psychologiques directs auprès de jeunes avec des problèmes de santé mentale sévères et persistants ne seront plus offerts. Le personnel et la population n’ont pas à faire les frais de ces compressions !»

Du côté des professionnelles en soins, ce sont 20 postes d’infirmières et d’infirmières auxiliaires qui sont abolis. « Concrètement, cela se traduit par une réduction considérable des heures de soins et de services infirmiers pour la population desservie par le CSSS Champlain-Charles-Lemoyne. Comment le ministère de la Santé et des Services sociaux et la direction de l’établissement peuvent-ils continuer d’affirmer haut et fort que les compressions n’ont pas d’impact sur les citoyennes et les citoyens ?» a décrié Daniel Gilbert, vice-président de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec ─ FIQ.

«Les postes coupés appartiennent à des unités qui étaient déjà visées par des comités de soins pour tenter de trouver des solutions à la surcharge de travail et à la détresse que vivent les professionnelles. Le fait que la direction abolisse ces postes démontre l’absence de volonté, de sa part, de trouver une solution aux problèmes majeurs présents dans notre établissement. Devons-nous tirer la conclusion que notre employeur coupe ces postes pour bâillonner ses employé-e-s qui souhaitent améliorer leurs conditions de travail ?» a questionné Sophie Trudeau, vice-présidente locale, section CSSS Champlain-Charles-Lemoyne de l’Alliance interprofessionnelle de Montréal (FIQ). «Les infirmières et les infirmières auxiliaires font tout ce qu’elles peuvent pour donner des soins sécuritaires et de qualité à leurs patient-e-s, mais il y a des limites à ce qu’elles peuvent humainement faire pour pallier le manque de moyens», a-t-elle soutenu.

La CSN dénonce le discours du gouvernement qui prétend encore qu’aucun service ne sera affecté par le rouleau compresseur de l’austérité. «Le ministre Barrette tente de rassurer les citoyens, mais les effets destructeurs des compressions sont de plus en plus clairs partout au Québec», affirme Jean Lacharité, vice-président de la CSN. Jean Lacharité met également en garde contre les effets pervers de la vaste réorganisation du secteur de la santé prévue dans la « révolution » Barrette. «Cette réforme va créer des structures mammouths qui vont désorganiser le réseau pendant des années», ajoute Jean Lacharité.

«Cette nouvelle vague d’abolition de postes crée un climat de crainte qui démoralise le personnel», explique de son côté Jean Mercier, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CSSS Champlain-Charles-Lemoyne-CSN. Ce dernier craint par ailleurs la réorganisation qui va suivre l’arrivée de l’énorme Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie qui sera une des plus grosses structures du genre au Québec regroupant tous les établissements de santé et de services sociaux de la région.

Une gestion lourde de conséquences

Réunis devant l’Hôpital Charles-Lemoyne, les travailleurs et travailleuses de l’établissement manifestent ce midi contre le refus par la direction de mettre fin à une politique de non-remplacement des absences, mise en place il y a quelques mois et qui a des conséquences dévastatrices sur la qualité de vie des patients hospitalisés.

« La décision de la direction, de ne plus remplacer les absences de travailleurs qu’à raison de une sur deux, entraîne que certaines équipes font leur quart avec une, deux voire trois personnes de moins, explique Jean Mercier, président du Syndicat des Travailleuses et travailleurs du CSSS Champlain-Charles-Le Moyne. Tout le monde doit en faire plus avec comme résultat que certains actes sont retardés, expédiés, voire même pas prodigués ».

« Nous avons très vite attiré l’attention de la direction et du conseil d’administration sur les conséquences que nous appréhendions. Les deux nous ont répondu que la situation était sous contrôle, poursuit Jean Mercier. Nous avons donc mené notre propre enquête, dont nous vous livrons les résultats aujourd’hui ».

Le syndicat a demandé à ses membres qui travaillaient en sous-effectif d’être attentifs aux changements et de remplir une fiche signalétique lorsque des situations graves se produisaient. Le syndicat a reçu une moyenne d’une fiche par jour durant les trois derniers mois. Il tire ainsi des conclusions inquiétantes.

Les patients attendent beaucoup plus longtemps lorsqu’ils sonnent la cloche pour demander de l’aide. Parfois, il est trop tard et le patient a uriné dans son lit. Les préposés aux bénéficiaires n’ont plus le temps de faire les changements de position des patients alités toutes les deux heures, comme recommandé. À force d’attendre, certains patients deviennent agressifs, car le personnel n’a pas pu répondre à leurs demandes. Allongement du délai pour le retour des patients après un examen. Attente supplémentaire pour les bains des patients. Patients non levés pour les repas. Les préposées ne sont pas en mesure de mobiliser les patients, y compris aux soins palliatifs, pour les marches quotidiennes comme recommandé par les médecins, avec l’apparition de plaies de lit. La liste est longue. Autant de problèmes qui transforment un court séjour à l’hôpital en une véritable épreuve.

« Et bien sûr, cela a un impact aussi sur l’état du personnel. Surcharge, fatigue nerveuse due au fait de ne pouvoir offrir un service de meilleure qualité, surmenage, blessures, épuisement… autant de symptômes dont se plaignent ceux qui travaillent dans ces conditions de non-remplacement, explique Steve-St-Onge, vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN). Il faut que cela change! C’est pourquoi nous demandons instamment à la direction de l’établissement de mettre fin à cette politique de non-remplacement ».

« On peut comprendre qu’un établissement ait des difficultés à boucler son budget. Cela arrive. Mais mettre en place des mesures qui ont un tel impact sur la qualité de vie des patients, c’est inacceptable » renchérit Pierre Darveau, Vice-président pour la Rive-Sud du Conseil central de la Montérégie-CSN. « C’est aberrant! » Il explique que les soins dispensés avec qualité par les préposées aux bénéficiaires permettent souvent de mieux supporter une hospitalisation déjà difficile. « C’est pourquoi je suis venu apporter aux travailleurs du CSSS Champlain-Charles-Le Moyne l’appui et la solidarité de l’ensemble des syndicats CSN de la Rive-Sud et de la Montérégie. La lutte pour pouvoir donner des services de qualité est partagée par l’ensemble des syndicats des secteurs public et privé ».

Le syndicat des travailleurs et travailleuses du CSSS Champlain-Charles-Le Moyne fait partie des syndicats du secteur public de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN). Celle-ci regroupe plus de 120 000 travailleuses et travailleurs dans le secteur public de la santé et dans le secteur privé.

Le Conseil central de la Montérégie représente plus de 35 000 membres regroupés dans plus de 205 syndicats de partout en Montérégie.

La CSN regroupe, elle, près de 300 000 travailleuses et travailleurs dans l’ensemble des secteurs de travail.

La dernière offre patronale rejetée à 90 %

C’est sans équivoque que les membres du syndicat des travailleurs et travailleuses de l‘Hôtel des Seigneurs de Saint-Hyacinthe – CSN (STT-HS), en grève depuis le 28 octobre 2012, ont rejeté l’offre globale et finale de leur employeur. Au terme d’une assemblée générale qui a duré plus de quatre heures, ils ont dit non dans une proportion de 90 % à une offre qu’ils considèrent comme insuffisante, incomplète et irrespectueuse. Ce rejet massif est principalement dû au fait que les documents patronaux ne fournissent aucune réponse adéquate sur les principaux points en litige : aucune garantie sur la survie de la convention collective en cas de concession partielle de même qu’aucune protection contre la diminution d’heures de travail associée à l’application d’un plan vert.

Qui plus est, les membres du syndicat refusent de se faire complices du congédiement d’un des leurs, qui a comme seul défaut d’avoir été bousculé par un cadre pendant qu’il accompagnait un inspecteur du ministère du Travail chargé de vérifier la présence de briseurs de grève.

« En multipliant les menaces de fermeture, l’employeur fait fuir les clients et prolonge inutilement le conflit. Lui et la ville devraient comprendre que l’avenir du tourisme à Saint-Hyacinthe passe par un bon règlement de la convention collective et une remise en état des installations que l’employeur a laissé aller depuis trop longtemps », a martelé le président du syndicat, Robin Saint-Pierre.

Les grévistes considèrent que l’annonce de fermeture constitue un lock-out et sont prêts à poursuivre la lutte le temps qu’il faudra. Rappelons que c’est en octobre 2012 que le syndicat a obtenu à 85 % un vote de grève générale illimitée.

L’employeur doit mettre fin au lock-out des 320 salariés

La direction de Kronos Canada inc. doit lever le lock-out imposé à ses 320 travailleurs et travailleuses le 13 juin dernier. Elle doit surtout revenir à la table de négociation pour convenir d’un contrat de travail qui soit respectueux et reconnaissant des efforts consacrés à la prospérité de cette entreprise. C’est l’appel que lancent aujourd’hui la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM) et le Conseil central de la Montérégie (CCM) affiliés à la CSN.

Rappelons qu’après seulement huit rencontres de négociation et six séances de conciliation devant le ministère du Travail, l’employeur a procédé à un lock-out illégal, le 13 juin, et au renvoi de salarié-es alors présents dans l’usine sans aucun préavis et à l’encontre des lois du travail deux jours avant la fin de la convention collective. Puis, l’employeur s’est retiré de la table de négociation le jour même de l’échéance de la convention, le 15 juin en après-midi, avant d’imposer un lock-out indéterminé dès le lendemain. À noter que cette entreprise n’a jamais connu de conflits de travail majeurs. « C’est assez choquant de voir comment une entreprise devenue prospère grâce au labeur de ses travailleurs et travailleuses peut, du jour au lendemain, jeter à la rue 320 personnes sans aucune autre considération, lance Alain Lampron, président de la FIM. La direction de Kronos doit mettre un terme au lock-out et reprendre rapidement les pourparlers avec ses employé-es. C’est une question de respect envers eux et envers lui-même. »

Pour Annette Herbeuval, présidente du CCM-CSN, « le recours à une fermeture illégale tout juste avant la fin de la convention collective, puis d’un lock-out le 16 juin, pénalise non seulement les travailleuses et les travailleurs et leurs familles, qui sont maintenant sans revenus, mais aussi toute la région de Varennes. Nous appuyons sans réserve ces travailleuses et travailleurs qui luttent pour maintenir leurs acquis, dont ceux entourant la protection des emplois contre la sous-traitance ». Parmi les enjeux de cette négociation en vue du renouvellement de la convention collective figurent la sous-traitance, le régime de retraite à prestations déterminées, les horaires de travail, les heures supplémentaires, les libertés d’action syndicale, dont une modification majeure à la portée du certificat d’accréditation.

À propos

Le Syndicat national des employé(e)s de Kronos (CSN) est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), qui représente près de 30 000 membres répartis dans 320 syndicats, ainsi qu’au Conseil central de la Montérégie, qui regroupe environ 35 000 syndiqué-es sur une base régionale. Ils sont affiliés à la CSN, qui compte plus de 300 000 travailleuses et travailleurs présents dans tous les secteurs d’activité.