IKEA : le magasin de Montréal devra se passer de ses employé-es

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Quand la pénurie de personnel plombe les services publics

Quand la pénurie de personnel plombe les services publics

À la suite du dépôt du rapport annuel 2022-2023 du Protecteur du citoyen, les porte-parole du Front…
Un an de grève au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Un an de grève au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Pour souligner une année complète de grève générale illimitée, les membres du syndicat des employé-es de…
Les membres du Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière  à Joliette (FNEEQ–CSN) rejettent les offres du gouvernement

Les membres du Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette (FNEEQ–CSN) rejettent les offres du gouvernement

Réunis pour une activité conjointe de visibilité au Cégep de Joliette, les enseignantes et enseignants ainsi…
Les centrales syndicales réclament une vision de l'immigration plus inclusive

Les centrales syndicales réclament une vision de l'immigration plus inclusive

Dans le cadre des auditions publiques sur l’immigration à l’Assemblée nationale, les quatre centrales syndicales du…
Ouverture du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges : les problèmes ne font que commencer

Ouverture du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges : les problèmes ne font que commencer

La Fabrique Notre-Dame, organisme responsable de la gestion du cimetière, a annoncé en grande pompe la…
La grève générale illimitée dans la mire du Front commun

La grève générale illimitée dans la mire du Front commun

Face à la fermeture du gouvernement du Québec après bientôt un an de négociations, l’ensemble des…

GRÈVE CHEZ IKEA

IKEA : le magasin de Montréal devra se passer de ses employé-es

Réunis en assemblée générale spéciale vendredi soir, les membres du syndicat ont voté à 97 % pour l’utilisation d’une banque de dix jours de grève au moment jugé opportun.

Sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2021, les 500 syndiqué-es ont tenté de s’entendre avec l’employeur depuis mars dernier. Une dizaine de séances de négociations ont eu lieu, sans succès.

Moins de 16,90 $ l’heure

IKEA, la multinationale suédoise, souhaite pouvoir faire appel à davantage de sous-traitance. En contrepartie, le syndicat veut préserver les emplois et bonifier les salaires. En effet, à l’entrée, une nouvelle recrue gagne 15,60 $ l’heure, et ce, pour une période de trois ans.

Vendredi, plus d’une cinquantaine d’employé-es ont décidé de se présenter au travail sans leurs uniformes pour augmenter la pression vis-à-vis la négociation. Dans un coup d’éclat inattendu, l’employeur les a tout simplement renvoyés à la maison.

En soirée, le syndicat a décidé de tenir une assemblée extraordinaire. À l’issue de cette réunion, les syndiqué-es ont décidé de débrayer pour deux jours.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket