Moratoire sur le transfert des ressources des CLSC vers les GMF

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Les salarié-es de BAnQ en grève bientôt

Les salarié-es de BAnQ en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs unis de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (STTuBAnQ–CSN) a…
Santé et services sociaux : quelles portes la CAQ ouvrira-t-elle ?

Santé et services sociaux : quelles portes la CAQ ouvrira-t-elle ?

Des travailleuses et travailleurs membres de syndicats CSN des secteurs public et privé se sont donné…
L’aide juridique à nouveau menacée par la grève au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie

L’aide juridique à nouveau menacée par la grève au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie

Les services de l’aide juridique dispensés au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Iles-de-la-Madeleine pourraient à nouveau…
Les salarié-es de BAnQ se dotent d’un mandat de grève

Les salarié-es de BAnQ se dotent d’un mandat de grève

Réunis en assemblée générale ce lundi soir, 16 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Appauvrir les travailleuses et les travailleurs des services publics, la pire des solutions

Appauvrir les travailleuses et les travailleurs des services publics, la pire des solutions

« Les services publics font face à une crise de main-d’œuvre sans précédent, à laquelle s’ajoute…
Le bien commun comme boussole

Le bien commun comme boussole

La présidente de la CSN, Caroline Senneville, rencontrait hier le ministre de la Santé et des…

La mobilisation de la CSN porte ses fruits

Raynald Leblanc
Raynald Leblanc

Moratoire sur le transfert des ressources des CLSC vers les GMF

La CSN salue la décision du CIUSSS de la Capitale-Nationale à l’effet de suspendre le transfert des ressources des CLSC vers les groupes de médecine de famille privés (GMF), le temps d’évaluer les impacts de ces transferts sur le personnel et sur la population.

En effet, les syndicats CSN de la région ont été informés que les transferts prévus d’une quarantaine de professionnel-les des CLSC ne seraient pas mis en application en juin, tel que prévu. Les nombreuses interventions faites par la CSN auprès de la direction du CIUSSS pour faire valoir les dangers d’une mesure précipitée, prise sans consultation, semblent avoir porté leurs fruits.. La CSN demande un moratoire sur le transfert des ressources professionnelles des CLSC vers les GMF, afin d’évaluer l’impact de cette mesure.

La centrale syndicale fait circuler à cet effet une pétition et a lancé mardi une grande campagne de visibilité et de mobilisation contre la privatisation tranquille du réseau public de la santé et des services sociaux intitulée « Ma place en santé, j’y tiens ».

« Il faut saluer la sagesse de la direction du CIUSSS de la Capitale-Nationale qui semble reconnaître que la décision unilatérale du ministre de la Santé et des Services sociaux est précipitée et menace la survie même des CLSC, affirme le vice-président de la CSN, Jean Lacharité. Tous les autres établissements québécois devraient également prendre un temps de pause afin d’éviter de sacrifier les gens parmi les plus vulnérables de la société qui n’ont souvent pas accès aux GMF. Nous allons continuer de faire valoir qu’il faut miser sur nos CLSC pour développer les services à la population»

Jean Lacharité, vice-président de la CSN, photo : Raynald Leblanc
Jean Lacharité, vice-président de la CSN, photo : Raynald Leblanc

Le vice-président de la CSN tient également à souligner le travail exemplaire des syndicats CSN du réseau de la santé et des services sociaux qui sont extrêmement actifs au cours des derniers mois pour défendre la nécessité d’un moratoire sur ces transferts et l’importance de renforcer nos CLSC. « Le ministre Barrette peut bien critiquer la CSN parce que nous sommes combatifs. Mais si nos membres sont si mobilisés, c’est bien parce qu’ils savent que quelque chose ne tourne pas rond avec ses réformes. Ce sont eux qui donnent les services, ce sont eux qui subissent les compressions et ce sont eux qui disent non à la privatisation du système de santé. Je pense que le ministre aurait tout intérêt à les écouter au lieu de s’attaquer de façon malsaine à toutes les voix discordantes. Cette victoire nous pousse à poursuivre la mobilisation pour assurer l’avenir du système public de santé et de services sociaux », insiste Jean Lacharité.

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket