16 avril 2007 – Campagne régionale pour assurer la pérennité de l’usine après 2015 – Alcan en Mauricie : Mettons – y de l’énergie !

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des autobus R.M.–CSN et le Syndicat d’Autobus Terremont Ltée–CSN ont…
Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Réunis en assemblée générale ce 3 février en début d’après-midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus…
La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

Avec ses alliés des autres grandes centrales syndicales et les organismes de défense des chômeurs, la…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Ce 2 février à midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus B.R.–CSN et le Syndicat…
Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Réunis en assemblée générale le 31 janvier 2023, les membres du Syndicat des enseignantes et enseignants…

16 avril 2007 – Campagne régionale pour assurer la pérennité de l’usine après 2015 – Alcan en Mauricie : Mettons – y de l’énergie !

Campagne régionale pour assurer la pérennité de l’usine après 2015

Alcan en Mauricie : Mettons-y de l’énergie !

Le syndicat CSN de l’aluminerie Alcan de Shawinigan, le Conseil central du Cœur du Québec (CSN) et la Ville de Shawinigan déploient leurs énergies pour amener Alcan à s’engager à maintenir ses activités et les emplois qui s’y rattachent à son usine de la rue Saint-Sacrement. L’enjeu ? Plus de 800 emplois directs et indirects ainsi que des retombées économiques de dizaines et dizaines de millions de dollars pour la région et le Québec.

Le président du syndicat, Louis-Gérard Dallaire, le vice-président du conseil central, Michel Angers, et la mairesse, Madame Lise Landry, ont annoncé, en conférence de presse, que la région sera appelée à se mobiliser autour du thème : Alcan en Mauricie – Mettons-y de l’énergie. D’ailleurs, une rencontre du comité de concertation, mise sur pied par la Ville, a déjà eu lieu pour convenir du plan d’action.

Outils

Affichage, érection de panneaux, distribution de dépliants, participation des retraité-es et des travailleurs et travailleuses, port d’une épinglette, rencontres avec les député-es, résolutions d’appui, signature d’une pétition : voilà quelques-uns des moyens que l’on compte utiliser pour amener Alcan à affirmer son intention de demeurer dans la région bien après 2015. À la suite de l’entrée en vigueur de normes environnementales plus contraignantes, les alumineries utilisant la technologie Soderberg devront cesser leurs opérations au plus tard en 2015 et opter pour une technologie produisant moins de gaz à effet de serre.

L’aluminerie de Shawinigan

Dans un dépliant qui servira à sensibiliser les décideurs et la population, le syndicat, au nom de la table de concertation, explique les impacts négatifs d’une fermeture de l’aluminerie et fait valoir les avantages qui plaident en faveur de la région. Le même dépliant se termine avec la proposition d’appui que seront appelés à adopter les décideurs et les organismes de la région.

Selon une analyse effectuée par un économiste du Service des relations du travail de la CSN (SRT) et d’autres sources, l’apport de l’aluminerie Alcan à Shawinigan et au Québec est majeur :

  • 500 emplois directs à temps plein ;
  • 325 emplois indirects à temps plein ;
  • 42 M$ en masse salariale à l’aluminerie ;
  • 500 000 $ en taxes municipales ;
  • 31,1 M$ de dépenses en approvisionnement au Québec ;
  • 7,9 M$ en impôts provinciaux ;
  • 6,1 M$ en impôts fédéraux;
  • 151 M$ du PIB québécois
Les avantages de Shawinigan

La situation géographique de la ville de Shawinigan, située au centre des principaux axes routiers, et sa main-d’œuvre qualifiée (le plus haut taux de personnes possédant un métier) figurent parmi les avantages concurrentiels indéniables. De son côté, le syndicat a mis en lumière qu’au fil des ans, il s’est investi dans l’organisation du travail pour améliorer la productivité et a contribué, de façon innovatrice, à maintenir de bonnes relations de travail dans le milieu.

La proposition

Pendant la campagne qui aura lieu au cours des prochaines semaines et des prochains mois, les décideurs et les organismes seront donc invités à adopter des propositions visant à réclamer un engagement de la Société Alcan à investir de façon considérable à Shawinigan dans le but de consolider tous les emplois actuels et à maintenir sa contribution au développement économique et social de la région, comme elle l’a toujours fait depuis 100 ans.

Commentaires du syndicat

« Nous voulons qu’Alcan s’engage à poursuivre ses activités dans la région et qu’elle investisse significativement pour consolider les emplois actuels », a expliqué Louis-Gérard Dallaire, en rencontre de presse dans les bâtiments historiques de l’aluminerie, qui abritent maintenant l’Espace Shawinigan de la Cité de l’énergie.

« 2015, ça vient vite ! Il faut agir rapidement. Si rien n’est fait, on se dirige tout droit vers une catastrophe : plus de 800 emplois directs et indirects disparaîtront. Ce qui porterait un dur coup à l’économie régionale. La région de Shawinigan, berceau de l’industrie de l’aluminium au pays, a droit à un retour d’ascenseur de la part d’Alcan », a aussi déclaré Louis-Gérard Dallaire.

Commentaires du Conseil central

Le vice-président du conseil central, Michel Angers, a rappelé que « dans un contexte socio-économique déjà difficile en Mauricie, qui est, entre autres, affectée par la crise du bois d’œuvre et la fermeture de Norsk-Hydro, la population ne peut se permettre de perdre Alcan ». Il a aussi mentionné que « depuis 25 ans, Shawinigan voit s’écrouler sa structure industrielle. Cela se traduit notamment par l’exode des jeunes et un difficile accès à des emplois de qualité pour ceux qui restent. »

Selon Michel Angers, « le départ d’Alcan pourrait porter un coup fatal à notre structure industrielle ». Le représentant du conseil central a confirmé que son organisme continuera à militer pour le développement économique et social de la région. « Cela passe par le maintien des emplois chez Alcan », a-t-il conclu.

Commentaires de Madame la Mairesse

Madame Lise Landry, mairesse de la Ville de Shawinigan, n’a pas manqué de souligner l’importance, pour la Ville de Shawinigan, de cette démarche de mobilisation régionale. Elle a d’ailleurs profité de la présence de plusieurs de ses collègues maires et mairesses de la Mauricie afin d’insister sur le fait que « tous les élu-es, sans exception, doivent se rallier à cette cause. Il y va de l’avenir de notre région ». Après avoir rappelé l’importance, pour la région, qu’incarne le citoyen corporatif Alcan, elle s’est engagée à tout mettre en œuvre pour obtenir l’appui du monde municipal régional.

En plus de cet appui à la cause des travailleurs de l’usine Shawinigan, madame Landry a aussi tenu à rappeler que la Ville entretient aussi des liens étroits avec la haute direction de la Société Alcan. Elle en a profité pour souligner qu’une importante collaboration est en cours entre la Direction du développement économique régional de Alcan Métal Primaire et le bras de développement économique de la Ville, le CLD Shawinigan, en partenariat avec la SADC Centre-de-la-Mauricie.

Au tour de Shawinigan

Les différents intervenants voient d’un bon oeil l’annonce d’un investissement de 2 milliards de dollars faite en décembre dernier par Alcan et Québec pour développer une nouvelle technologie et créer des centaines d’emplois au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cependant, ils estiment que « aujourd’hui, c’est au tour de Shawinigan ».


Source : CSN – 16 avril 2007

Pour renseignements : Michel Crête, CSN-Information, 514-598-2454. Louis-Gérard Dallaire, président du syndicat CSN de l’aluminerie Alcan de Shawinigan, 819-539-0799.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket