Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

16 janvier 2004 – La hausse du salaire minimum

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

16 janvier 2004 – La hausse du salaire minimum

La hausse du salaire minimum : un pas dans la bonne direction,selon la CSN, mais un débat public s’impose sur la question des nouvelles tarifications

« La hausse du salaire minimum est une bonne nouvelle mais ne permettra pas aux personnes qui bénéficieront de cette hausse, majoritairement des femmes, de respirer plus à l’aise alors qu’elles seront aux prises avec des factures à la hausse pour le transport en commun, l’électricité et la garde de leurs enfants », a indiqué la présidente de la CSN, Claudette Carbonneau.

Pour la CSN, des réductions d’impôt d’ordre général se produisant simultanément au relèvement de tarifications de biens et services publics auront pour résultat net d’accroître les inégalités sociales, ce qui va à l’encontre de la volonté de la plus grande partie de la population. Il y a donc nécessité d’un débat public sur la question de la tarification.

L’augmentation annoncée par le gouvernement représente une hausse annuelle de 2 %. Cette hausse ne couvre même pas la hausse générale du coût de la vie survenue en 2003, soit environ 2,7 %.

« Ce n’est pas à coup de hausses de 15 cents qu’on va régler la question de l’appauvrissement d’une partie de la population. Le gouvernement devrait revoir à la hausse le niveau du salaire minimum et adopter une formule d’indexation automatique qui tient compte non seulement de l’inflation mais d’autres facteurs comme l’évolution du salaire industriel moyen », de déclarer la présidente de la CSN.

Le gouvernement devrait enfin honorer sa promesse et déposer un plan d’action visant à contrer la pauvreté et annoncer une politique familiale pour venir en aide aux familles à faible revenu.

Rappelons qu’environ 200 000 personnes sont rémunérées au salaire minimum. Une majorité sont des femmes et des jeunes.


Source : CSN – 16-01-2004

Pour renseignements : Michelle Filteau, directrice du Service des communications de la CSN, tél : (514) 598-2155

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket