Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

16 juillet 2003 – Alstom Canada enfreint les dispositions anti – briseurs de grève

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

C’est plus 275 militantes et militants de la Fédération de la santé et des services sociaux…
Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Les travailleuses et les travailleurs de la Commission des droits de la personne et des droits…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada…
Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…

16 juillet 2003 – Alstom Canada enfreint les dispositions anti – briseurs de grève

Alstom Canada enfreint les dispositions anti-briseurs de grève

À la suite d’une enquête du ministère du Travail, le syndicat des 134 travailleurs de l’usine d’Alstom Canada de La Prairie presse la multinationale de respecter les dispositions anti-briseurs de grève du Code du travail et de négocier. Les parties se sont rencontrées hier devant le conciliateur Richard Champagne et se rencontrent à nouveau jeudi.

À la fin du mois de juin, soupçonnant qu’Alstom utilisait des scabs, le syndicat avait demandé la nomination d’un enquêteur au ministère du Travail. Dans son rapport remis le 7 juillet, celui-ci en vient à la conclusion qu’Alstom Canada a enfreint les dispositions anti-briseurs de grève pour remplacer des salariés en grève depuis le 12 juin dernier. C’est ce qu’il a constaté durant son enquête qui s’est déroulée le 27 juin.

Sans contrat de travail depuis le 21 février dernier, les travailleurs de cette usine ont décidé de faire la grève en raison de la volonté de la multinationale de donner une partie de leur travail en sous-traitance. Alstom Canada, reconnue dans la fabrication et l’assemblage de disjoncteurs, de sectionneurs et d’isolateurs, veut confier l’usinage, la filerie et la soudure à des sous-traitants pour réduire ses coûts de production, ce qui se traduirait par la perte d’une trentaine d’emplois.

Alstom a recours à la sous-traitance dans ses usines à travers le monde. Or, cette politique a eu des conséquences néfastes : ses produits ne sont plus réputés être d’aussi bonne qualité que par le passé sur le marché international. Le syndicat des travailleurs d’Alstom est donc convaincu que la multinationale a intérêt à garder sa seule usine encore capable d’offrir une production clés en main. L’usine de La Prairie est reconnue pour la qualité de ses produits auprès des compagnies de distribution d’électricité nord-américaines et auprès de son principal partenaire commercial, Hydro-Québec. En raison du ralentissement actuel du marché nord-américain, le syndicat a signifié à l’employeur que les travailleurs sont prêts à revoir l’organisation du travail pour réduire les coûts d’exploitation. « Le choix de la sous-traitance chez Alstom est bien plus un choix idéologique qu’un choix d’affaires », affirme le président du syndicat, Luc Guillotte.


Source : CSN  – 16-07-2003

Renseignements : Luc Guillotte, président du Syndicat national des travailleurs en accessoires électriques (CSN) La Prairie cellulaire : (514) 238-2256 Maroussia Kishka, Service des communications de la CSN, tél : (514) 598-2152

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket