Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

16 octobre 2006 – Assurance – emploi En fin de semaine, les chômeurs ont marché de Papineauville à Buckingham

Du même SUJET

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

16 octobre 2006 – Assurance – emploi En fin de semaine, les chômeurs ont marché de Papineauville à Buckingham

Assurance-emploi

En fin de semaine, les chômeurs ont marché de Papineauville à Buckingham

Le Conseil national des chômeurs et des chômeuses (CNC) et les marcheurs ont tenu une assemblée publique à Papineauville, vendredi soir, où Monseigneur Ébacher, Pierre Céré, porte-parole du CNC, Roger Valois, vice-président de la CSN, Diane Bernard de la coalition d’action sociale Petite-Nation et Vincent Greason de la TROVEP de l’Outaouais sont venus exprimer leur appui aux revendications.

Diane Bernard faisait remarquer que « la MRC de Papineauville dépend pour beaucoup de l’industrie du bois et qu’avec la situation actuelle, des milliers de personnes sont touchées ». La marche des chômeurs est fortement appuyée par la communauté, par plusieurs maires de municipalités de la MRC et par Mario Laframboise, député du Bloc québécois.

Vincent Greason a d’ailleurs expliqué que les revendications du CNC s’inscrivent tout à fait dans la lignée des critiques formulées par les Nations Unies dans le rapport du Comité des droits économiques sociaux et culturels, paru le 22 mai 2006. « Le Comité recommande à l’État [canadien] de réévaluer le régime d’assurance-chômage de manière à ce que tous les chômeurs y aient davantage accès et bénéficient de meilleures prestations. »

« En ce sens, les injustices et les exclusions des travailleurs au régime de chômage sont tellement nombreuses qu’il ne s’agit pas de cas isolés, mais plutôt d’une injustice structurelle », a soulevé Pierre Céré.

Rappelons que les revendications du CNC sont : un critère unique d’admissibilité fixé à 350 heures ; un plancher minimum de 35 semaines de prestations ; un taux de prestations relevé à 65 %. En plus des « trois 5 », les chômeurs réclament également l’établissement d’une caisse autonome pour l’assurance-emploi ainsi que le rétablissement du PATA, un programme d’aide aux travailleurs âgés .

Sur la route, samedi matin, les marcheurs ont dû braver pluie, vent et froid afin de porter leurs revendications. Après un arrêt prolongé dû à un malentendu de la Sûreté du Québec, les marcheurs ont finalement fait appliquer par la SQ les mesures initialement prévues.

Après avoir été reçus pour la nuit à Thurso par la Fabrique de l’église Saint-Jean-l’Évangeliste de Thurso, les marcheurs se sont rendus, dimanche, à Buckingham. Ils ont été reçus par le Conseil régional de l’Outaouais de la Fédération des travailleurs du Québec après une marche de 21 kilomètres. Aujourd’hui, les marcheurs parcourront le chemin de 26 kilomètres qui relie Buckingham à Gatineau.


Source : Conseil national des chômeurs et chômeuses – 16 octobre 2006

Pour renseignements : Pierre Céré, cellulaire : 514 606-4074 courriel : cnc@comitechomage.qc.ca

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket