17 janvier 2007 – Les travailleurs d’Olymel appellent l’entreprise à une véritable négociation

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des autobus R.M.–CSN et le Syndicat d’Autobus Terremont Ltée–CSN ont…
Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Réunis en assemblée générale ce 3 février en début d’après-midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus…
La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

Avec ses alliés des autres grandes centrales syndicales et les organismes de défense des chômeurs, la…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Ce 2 février à midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus B.R.–CSN et le Syndicat…
Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Réunis en assemblée générale le 31 janvier 2023, les membres du Syndicat des enseignantes et enseignants…

17 janvier 2007 – Les travailleurs d’Olymel appellent l’entreprise à une véritable négociation

Olymel

Les travailleurs d’Olymel appellent l’entreprise à une véritable négociation

Les représentants du syndicat de l’usine Olymel de Vallée-Jonction déplorent le refus d’Olymel d’accepter de tenir la rencontre de demain dans le cadre des mandats de leur assemblée générale et ils appellent l’entreprise à négocier sur la base de ces mandats. L’analyse que font, par ailleurs, les syndiqués du communiqué de la compagnie publié ce lundi, est qu’Olymel veut s’en tenir à l’intégralité de ses demandes, demandes qui ont été refusées deux fois (en novembre 2006 et le 14 janvier dernier) à scrutin secret par l’assemblée générale des travailleurs. Vu l’état inchangé des positions d’Olymel, il est impossible, pour le comité exécutif syndical, de reconsidérer une proposition qui a été rejetée aussi massivement à deux occasions.

Par ailleurs, l’assemblée générale de dimanche dernier avait entériné à 98 % une proposition visant à entamer, en compagnie des représentants du syndicat de l’usine de Saint-Simon, des échanges avec les porte-parole d’Olymel. Le mandat de négocier que détiennent les deux syndicats était connu de la direction de l’entreprise et son contenu est explicite. Les comités exécutifs syndicaux sont mandatés, avec leur convention en vigueur comme base des discussions pour, ensemble, rechercher avec la compagnie des accomodements visant à assurer la pérennité et le développement de leur usine respective. Ils souhaitent, pour ce faire, que la compagnie fasse preuve d’une véritable transparence.

Le président du syndicat de l’usine de Vallée-Jonction voudrait voir la situation débloquer. « Nos mandats sont clairs, mais la direction d’Olymel n’en tient tout simplement pas compte. Elle nous convoque en semblant croire que nous irons négocier des modalités qui leur permettront de mettre en application leur projet que les travailleurs ont jugé irrecevable. Malgré cela, nous demeurons ouverts à la négociation et nous tenons à nos emplois. Nous attendons des signes d’ouverture de la compagnie, ce que nous ne percevons pas actuellement », déplore Gino Provencher.


Source : CSN – 17 janvier 2007

Pour renseignements : Roger Deslauriers, Information-CSN bureau; 514 598-2378, cell. : 514 916-8041

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket