Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

17 janvier 2007 – Les travailleurs d’Olymel appellent l’entreprise à une véritable négociation

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration de l’Outaouais réclame son dû!

C’est plus 275 militantes et militants de la Fédération de la santé et des services sociaux…
Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Les travailleuses et les travailleurs de la Commission des droits de la personne et des droits…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada…
Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…

17 janvier 2007 – Les travailleurs d’Olymel appellent l’entreprise à une véritable négociation

Olymel

Les travailleurs d’Olymel appellent l’entreprise à une véritable négociation

Les représentants du syndicat de l’usine Olymel de Vallée-Jonction déplorent le refus d’Olymel d’accepter de tenir la rencontre de demain dans le cadre des mandats de leur assemblée générale et ils appellent l’entreprise à négocier sur la base de ces mandats. L’analyse que font, par ailleurs, les syndiqués du communiqué de la compagnie publié ce lundi, est qu’Olymel veut s’en tenir à l’intégralité de ses demandes, demandes qui ont été refusées deux fois (en novembre 2006 et le 14 janvier dernier) à scrutin secret par l’assemblée générale des travailleurs. Vu l’état inchangé des positions d’Olymel, il est impossible, pour le comité exécutif syndical, de reconsidérer une proposition qui a été rejetée aussi massivement à deux occasions.

Par ailleurs, l’assemblée générale de dimanche dernier avait entériné à 98 % une proposition visant à entamer, en compagnie des représentants du syndicat de l’usine de Saint-Simon, des échanges avec les porte-parole d’Olymel. Le mandat de négocier que détiennent les deux syndicats était connu de la direction de l’entreprise et son contenu est explicite. Les comités exécutifs syndicaux sont mandatés, avec leur convention en vigueur comme base des discussions pour, ensemble, rechercher avec la compagnie des accomodements visant à assurer la pérennité et le développement de leur usine respective. Ils souhaitent, pour ce faire, que la compagnie fasse preuve d’une véritable transparence.

Le président du syndicat de l’usine de Vallée-Jonction voudrait voir la situation débloquer. « Nos mandats sont clairs, mais la direction d’Olymel n’en tient tout simplement pas compte. Elle nous convoque en semblant croire que nous irons négocier des modalités qui leur permettront de mettre en application leur projet que les travailleurs ont jugé irrecevable. Malgré cela, nous demeurons ouverts à la négociation et nous tenons à nos emplois. Nous attendons des signes d’ouverture de la compagnie, ce que nous ne percevons pas actuellement », déplore Gino Provencher.


Source : CSN – 17 janvier 2007

Pour renseignements : Roger Deslauriers, Information-CSN bureau; 514 598-2378, cell. : 514 916-8041

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket