17 juin 2008 – FSSS – CSN – La stratégie en soins infirmiers, un premier pas important, mais aussi des déceptions

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des autobus R.M.–CSN et le Syndicat d’Autobus Terremont Ltée–CSN ont…
Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Réunis en assemblée générale ce 3 février en début d’après-midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus…
La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

Avec ses alliés des autres grandes centrales syndicales et les organismes de défense des chômeurs, la…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Ce 2 février à midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus B.R.–CSN et le Syndicat…
Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Réunis en assemblée générale le 31 janvier 2023, les membres du Syndicat des enseignantes et enseignants…

17 juin 2008 – FSSS – CSN – La stratégie en soins infirmiers, un premier pas important, mais aussi des déceptions

FSSS-CSN

La stratégie en soins infirmiers, un premier pas important, mais aussi des déceptions

La création, en septembre 2007, d’une Table nationale de concertation visant à répondre à la pénurie de main-d’œuvre dans les soins infirmiers a nourri de grands espoirs parmi les intervenants du réseau public de la santé et des services sociaux. « Aujourd’hui, le ministre Philippe Couillard reconnaît le sérieux de nos travaux et annonce un ensemble de mesures inspirées des consensus qui se sont dégagés chez les participants à la table de concertation », a déclaré Nadine Lambert, infirmière à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal, vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux CSN et membre de Table de concertation.

« Le gouvernement québécois admet qu’il faut agir pour augmenter l’attraction et la rétention du personnel infirmier, réduire le temps supplémentaire et diminuer le recours aux agences privées de placement. Plusieurs avenues avancées par le ministre sont porteuses pour l’avenir, comme l’implantation de programmes de préceptorat et de mentorat et la série de moyens visant l’amélioration de l’efficience du travail en salles d’opération et dans l’ensemble des soins critiques ainsi que dans l’hébergement et les soins à domicile », poursuit Nadine Lambert.

La vice-présidente de la FSSS rappelle que la loi 90, adoptée en 2002, visait une utilisation optimale des compétences et une meilleure collaboration interprofessionnelle entre médecins, infirmières et infirmières auxiliaires notamment. Cependant peu d’établissements ont déployé tous les efforts qui auraient permis d’atteindre ce résultat. « Nous souhaitons que le rapport de la Table de concertation et la stratégie annoncée par le ministre soient reçus comme un message très clair pour la transformation du climat et de l’organisation du travail dans l’ensemble des établissements du réseau », ajoute Nadine Lambert.

La pénurie d’infirmières est bien réelle

Les 55 000 infirmières québécoises forment la plus importante profession du réseau public de la santé et des services sociaux. Personne ne nie l’existence d’une grave pénurie d’infirmières au Québec. La nécessité d’agir s’impose d’autant plus que cette pénurie s’accroîtra au cours des années qui viennent.

Le manque d’infirmières entraîne déjà une surcharge de travail généralisée et fragilise le fonctionnement du réseau. Les équipes d’infirmières sont utilisées à leur maximum, l’allongement forcé des heures de travail est répandu et les signes d’épuisement sont bien réels. Les absences du travail pour des raisons de santé sont également très élevées chez les infirmières.

« Nous avons pris bonne note de l’appel du ministre pour qu’un partenariat étroit se crée entre les directions d’établissements et les syndicats pour actualiser les mesures mises de l’avant par la Table de concertation. Toutefois nous aurions attendu du ministre qu’il fournisse à sa stratégie une structure d’encadrement plus contraignante et qu’il donne aux établissements des directives précises plutôt que de s’en remettre à des choix d’options qui ne sont pas des nouveautés dans l’attente du résultat d’un nombre limité d’expériences sur le terrain », déplore la vice-présidente de la FSSS.

« Comme organisation syndicale, nous considérons que les annonces d’aujourd’hui sont importantes mais insuffisantes. Le ministre Couillard doit reconnaître qu’il existe d’autres sérieux problèmes à résoudre, dont certains ne peuvent trouver de solution que dans une négociation avec les syndicats. La nécessité de revoir l’aménagement du temps de travail; de convenir de conditions permettant la réduction du temps de travail et autres mesures d’attraction pour le travail de soir et de nuit, de se doter de mesures concrètes pour restreindre et ultimement abolir le recours aux agences privées sont des sujets qui relèvent que des responsabilités syndicales et patronales. Comme exemple à ne pas suivre, le ministère maintient une politique sélective de primes qui crée de l’insatisfaction parmi l’effectif infirmier plutôt que de s’entendre avec les syndicats sur un modèle plus équitable », de conclure la vice-présidente de la FSSS.

La FSSS-CSN regroupe plus de 122 000 membres dans le domaine de la santé et des services sociaux. La fédération est la deuxième organisation syndicale en importance dans le secteur des soins infirmiers et cardiorespiratoires où elle représente plus de 7500 membres, répartis dans 48 établissements au Québec.


Source : CSN – 17 juin 2008

Pour renseignements : Claude Saint-Georges, Conseiller aux communications FSSS-CSN bureau : 514 598-2213

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket