Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

18 décembre 2006 – À l’offre « globale et finale » de Mme Verreault, les travailleurs et travailleuses de Les Méchins disent NON

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

18 décembre 2006 – À l’offre « globale et finale » de Mme Verreault, les travailleurs et travailleuses de Les Méchins disent NON

À l’offre « globale et finale » de Mme Verreault, les travailleurs et travailleuses de Les Méchins disent NON !

Réunis samedi dernier en assemblée générale, les travailleurs et travailleuses des Industries Verreault, situées à Les Méchins, ont rejeté, à scrutin secret par un vote à 98 %, l’offre qualifiée de globale et finale par les porte-parole patronaux.

Cette offre de règlement de la première convention collective avec le syndicat CSN a été jugée rétrograde par le comité exécutif du syndicat. D’ailleurs, le comité exécutif recommandait son rejet.

« La direction des Industries Verreault doit comprendre que les membres que nous représentons sont plus déterminés que jamais à obtenir une convention collective qui soit à leur image », de rappeler le conseiller syndical à la mobilisation, Mario Guertin. Il est inconcevable que dans un contrat de travail la partie patronale demande au syndicat de renoncer à la reconnaissance de l’ancienneté. « Nous ne sommes plus à l’époque où les travailleurs se présentaient au bord de la clôture et où le contremaître choisissait qui travaillerait et qui ne travaillerait pas, laissant les autres partir en leur demandant de revenir le lendemain », d’affirmer M. Guertin.

Les demandes syndicales ont été déposées le 20 septembre dernier. Suite au dépôt de l’avis de négociation du 31 juillet 2006, la partie patronale n’ayant pas donné signe de vie, le syndicat a été contraint à demander au Conseil canadien des relations industrielles (CCRI) de procéder à la nomination d’un conciliateur au dossier. C’est après la troisième séance de négociation que la direction des Industries Verreault a déposé une offre globale et finale proposant aux salariés un contrat de travail de sept ans. À plusieurs occasions, la partie patronale a fait état de graves difficultés financières au chantier maritime de Les Méchins évoquant même la possible fermeture du chantier. Il aura fallu attendre jusqu’au 14 décembre dernier pour que la direction consente à ce qu’une firme d’experts mandatée par le syndicat se penche sur les états financiers.

« Nous sommes sceptiques quant aux difficultés financières exprimées par Mme Verreault et nous préférons nous en remettre à nos experts pour en avoir le cœur net », de dire le conseiller syndical. « Il faut se rappeler que, dans la dernière année, Mme Verreault a laissé entendre qu’elle souhaitait la construction d’une deuxième cale sèche au coût de 40 millions de dollars ; elle s’est aussi montrée intéressée à se porter acquéreur du chantier maritime de Lévis ; en 2005, elle disait souhaiter être un acteur majeur du développement éolien dans l’Est du Québec ; dans la revue Châtelaine de 2003, elle se classait parmi les femmes les plus riches au monde. Ainsi, peut-être comprendrez-vous notre scepticisme », d’ajouter Mario Guertin.

Les travailleurs des Industries Verreault auront attendu près de cinq ans pour que les différents tribunaux reconnaissent leur volonté de quitter le Syndicat international des marins canadiens au bénéfice de la CSN. Les quelque 150 travailleurs et travailleuses « ont choisi la CSN dans le but d’être respectés par la direction du chantier maritime », de dire le président du syndicat, Yves Harrison.

Nous indiquons que, malgré l’absence de bateau au chantier, les membres ont donné mandat au comité exécutif du syndicat de déclencher, au moment jugé opportun, des moyens de pression excluant la grève. Ce vote à scrutin secret a recueilli une majorité de 99,6 %.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des Industries Verreault (CSN) est affilié au Conseil central du Bas Saint-Laurent, qui compte près de 9 000 membres, de même qu’à la Fédération de la métallurgie, et ce, depuis mai 2006.


Source : CSN – 17 décembre 2006

Pour renseignements : Mario Guertin, conseiller syndical CSN Bureau : 418 723-7812, Cellulaire : 418 750-4081

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket