Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

18 octobre 2004 – Des enseignantes et des enseignants du Québec de retour de Palestine

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Des gains importants pour les travailleuses et les travailleurs de la CDPDJ

Les travailleuses et les travailleurs de la Commission des droits de la personne et des droits…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Une nouvelle convention collective pour les employé-es de Radio-Canada

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada…
Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

Petite enfance : le plus gros syndicat du secteur réclame des places de qualité et subventionnées

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…
En action pour une transition juste et écologique

En action pour une transition juste et écologique

Des mobilisations climatiques s’organisent à travers le monde ce vendredi 23 septembre et plusieurs de nos fédérations, conseils…

18 octobre 2004 – Des enseignantes et des enseignants du Québec de retour de Palestine

Des enseignantes et des enseignants du Québec de retour de Palestine

Une délégation de 21 enseignantes et enseignants composant la délégation québécoise revient de Palestine. Leur participation à une conférence internationale sur la Mondialisation, l’éducation et le changement social à Ramallah, organisée par une ONG palestinienne, le Teacher Creativity Centeret la Fédération palestinienne des enseignants, s’est déroulée dans un moment très dramatique, au moment où l’armée israélienne mène une intervention sanglante dans la bande de Gaza, laquelle a entraîné la mort de plus de 100 Palestiniennes et de Palestiniens et des centaines de blessés graves, dont beaucoup d’enfants.

L’éducation pour tout le monde ou pour les entreprises ?

Lors de la conférence, les enseignantes et les enseignants du Québec, de Palestine et de plusieurs autres pays ont abordé les liens entre l’éducation et la mondialisation et identifié des dangers d’une uniformisation à un modèle unique pour les systèmes d’éducation visant à satisfaire essentiellement les besoins de performance économique, au détriment des besoins de la population. En particulier, la valorisation des nouvelles technologies et de la langue anglaise est observée, même en Palestine, et ce, au détriment du renforcement de la culture générale des élèves et des attaques sur les réseaux publics. Mais la conférence a aussi permis d’échanger sur la profession enseignante et sur son importance en lien avec l’épanouissement des jeunes et le développement d’une culture politique citoyenne et démocratique.

Le Mur de l’apartheid doit tomber

Le séjour a également permis des échanges authentiques de solidarité. Il nous a permis de sentir une partie de l’humiliation que le peuple palestinien vit au quotidien. La réalité du Mur que le gouvernement israélien est en train de bâtir, les contrôles continuels, la tension ambiante, tous ces éléments ont été présents pendant tout le séjour. Or, l’accueil des Palestiniens a été incroyable malgré cette situation. Une déclaration finale a été adoptée par la conférence qui lance un appel pour que les enseignantes et les enseignants du monde entier jouent un rôle de premier plan de sensibilisation dans nos milieux respectifs. L’un des éléments principaux du travail de solidarité que la déclaration finale soulève est justement d’appeler à engager une campagne pour que le mur tombe ! Par ailleurs, la déclaration reprend des éléments essentiels de la conférence en lien avec la valorisation de l’éducation et du travail des enseignantes et des enseignants dans une perspective de changement social. A ce titre, la déclaration réaffirme l’importance, pour les enseignantes et les enseignants palestiniens, de développer un syndicat libre, capable de réunir tous les courants politiques au sein du personnel enseignant palestinien, indépendant de l’Autorité palestinienne y compris sur le plan financier.

Des suites à prévoir

D’ores et déjà, des articles sont en chantier, un reportage visuel aussi, des activités publiques sont en perspective. La FNEEQ-CSN fera connaître ces activités dès qu’elles seront mieux définies. D’ici là, nous demeurons tous disponibles pour témoigner de ce que nous avons vécu en Palestine.

La délégation était composée d’enseignantes et d’enseignants provenant des cégeps Edouard-Montpetit, Lévis-Lauzon, Limoilou, Montmorency, Région de l’Amiante, Rimouski, Saint-Laurent, Sherbrooke, Vieux-Montréal, du centre d’études de Chibougamau, du Collège Regina Assumpta et de l’Université Laval. Pierre Beaudet, directeur d’Alternatives était également sur place.


Source : Alternativeset FNEEQ– CSN – 18-10-2004

Pour renseignements : France Désaulniers, Information FNEEQ-CSN, (514) 219-2947; France-Isabelle Langlois, Alternatives, (514) 577-0942; Lyle Stewart, Information CSN, (514) 796-2066;

   


Lire aussi :

5 octobre – Journée internationale des enseignantes et des enseignants – Des enseignantes et des enseignantes québécois en Palestine : Le mur doit tomber !(04-11-2004)


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket