Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

19 avril 2007 – Les négociations piétinent : deuxième journée de grève à Concordia

Du même SUJET

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

19 avril 2007 – Les négociations piétinent : deuxième journée de grève à Concordia

Les négociations piétinent

Deuxième journée de grève à Concordia

Le personnel de soutien de l’Université Concordia de Montréal débraie 24 heures pour la seconde fois aujourd’hui, afin de protester contre une administration qui continue à tirer de la patte dans les négociations. Celles-ci durent depuis plus de quatre ans.

« Malgré des compromis majeurs faits à la table de négociation par le Syndicat des employé-es de soutien de l’Université Concordia-CSN, l’administration refuse toujours de modifier ses positions rigides », observe le président du SESUC-CSN, André Legault.

«Après notre première journée de grève, le 15 mars, il a semblé que l’administration allait négocier de façon sérieuse, a dit André Legault. Malheureusement, ils ont plutôt choisi de rester campés sur leurs positions. Nos deux dernières journées de négociation ont été une perte de temps totale. »

Des piquets de grève ont été érigés dès 8 h 30 aux deux campus de Concordia, à Loyola et à Sir George Williams, au centre-ville, et ce, jusqu’à midi.

La dernière convention collective de SESUC est échue depuis plus de quatre ans ; les 454 travailleuses et travailleurs de soutien n’ont pas eu d’augmentation de salaire depuis 2002. Au mois de février, les membres du syndicat ont voté, à 87 %, en faveur de trois jours de grève.

Les désaccords concernent des clauses non pécuniaires, telles que les droits d’ancienneté, la manière de choisir les candidats pour des postes vacants, et celles concernant la rémunération des travailleurs qui prennent des charges de travail supplémentaires en cas d’absences temporaires d’autres employés.

« Le niveau de frustration parmi nos membres est très élevé. Nous essayons de traverser cette épreuve et nous avons retiré quelques revendications. Pourtant, l’université n’apparaît aucunement intéressée par un règlement de nos négociations », a ajouté le porte-parole syndical.


Source : CSN – 19 avril 2007

Pour renseignements : Lyle Stewart, Service de communications de la CSN, 514 796-2066

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket