Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

19 octobre 2005 – Après le scandale des commandites, celui de la caisse de l’assurance emploi : Ottawa continue de voler les travailleurs

Du même SUJET

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les membres du Regroupement Les sages-femmes du Québec ont entériné mercredi l’accord de principe intervenu le…
Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

En décidant unilatéralement, en janvier dernier, d’octroyer une prime de 6,6 % aux éducatrices retraitées qui désireraient…
Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

C’est une bataille importante que remportent la FSSS-CSN, la FSQ-CSQ, la FIQ, le SQEES-FTQ et le…
Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Même si le gouvernement américain vient tout juste d’abaisser de moitié les tarifs douaniers imposés au…
Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Après plus de quatre mois de lockout, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce ont investi…
Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie de Petit Paris–CSN se sont réunis en…

19 octobre 2005 – Après le scandale des commandites, celui de la caisse de l’assurance emploi : Ottawa continue de voler les travailleurs

Après le scandale des commandites, celui de la caisse de l’assurance emploi : Ottawa continue de voler les travailleurs

À l’issue d’une séance d’information et de « consultation » sur le taux de cotisation à l’assurance emploi, les représentants des centrales syndicales du Québec, la CSN, la CSD, la CSQ et la FTQ sont estomaqués de constater que le gouvernement fédéral, qui ne contribue plus à la caisse d’assurance emploi depuis 1990, agit comme si le surplus de près de 50 milliards de dollars n’avait jamais existé en se préparant à le faire disparaître.

En effet le gouvernement fédéral a amendé la loi sur l’assurance emploi en juin dernier pour changer la méthode de fixation du taux de cotisation afin ne plus tenir compte du surplus accumulé à la caisse. Le gouvernement Martin tente ainsi de se mettre à l’abri des critiques sur l’utilisation du surplus à d’autres fins que celles du régime. Pour les centrales, il ne s’agit de rien d’autre que d’un détournement de fonds sous l’apparence de la légalité.

Plus scandaleux encore, Ottawa refuse de bonifier le programme afin de permettre à davantage de sans-emploi de retirer leur dû, soit leur allocation de chômage. Ce geste relève de l’irresponsabilité alors que pour leur part, les représentants des travailleurs demandent à ce que le taux de cotisation soit maintenu ou révisé à la hausse si besoin était.

Rappelons que les centrales syndicales du Québec, tout comme le comité permanent des communes formé de députés de tous les partis, recommandent entre autres : d’améliorer l’accessibilité au régime, d’allonger la duré des prestations et de hausser le taux de remplacement du revenu.

Les représentants des centrales ont été unanimes à rejeter la baisse du taux envisagé parce que pour la CSN, la CSD, la CSQ et la FTQ ce n’est qu’en bonifiant le régime que les travailleurs et travailleuses pourront retrouver un véritable régime d’assurance qui les couvre en cas de perte de leur emploi, une situation dont ils ne sont au demeurant aucunement responsables.

Face à l’incompréhension du gouvernement de Paul Martin et de ses ministres, l’assurance emploi sera l’un des enjeux de la prochaine élection si jamais les libéraux fédéraux refusent de bonifier le programme d’assurance emploi.


Source : FTQ, CSN, CSQ, CSD – 19 octobre 2005

Pour renseignements : CSN : Michel Crête : 514-598-2454 ou 514-703-0775 CSD :Jacques Dézy : 514-899-1070 CSQ : Mario Labbé : 514-356-8888 FTQ : Jean Laverdière : bureau : 514-383-8032 cell. 514-893-7809

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket