Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

1er août 2006 – Le traitement du cancer chez l’enfant

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

1er août 2006 – Le traitement du cancer chez l’enfant

Le traitement du cancer chez l’enfant

Chaque année au Québec, on dénombre jusqu’à 270 nouveaux cas de cancer, répartis entre les centres pédiatriques du CHU Sainte-Justine, de l’Hôpital de Montréal pour enfants, du Centre universitaire de santé McGill, du CHUS à Sherbrooke et du Centre Mère-Enfant du CHUQ à Québec. Dans la seule région de Québec, entre 40 et 50 nouveaux cas sont diagnostiqués par année. L’Association assure différents suivis auprès de plus de 600 enfants atteints de cancer, ainsi qu’un soutien à leurs parents, leurs frères et leurs sœurs

Un enfant sur 400 développera un cancer entre l’âge de zéro et 19 ans au Québec. Le taux de guérison chez l’enfant, tous types de cancers confondus, se situe actuellement à 75 %. Cependant, ce potentiel de guérison varie selon le diagnostic. Par ailleurs, on peut parler d’un taux de 85 % dans les cas de leucémie lymphoblastique aiguë, la forme la plus courante de cancer chez les jeunes. Les causes du cancer pédiatrique ne sont pas encore connues, tel que le souligne le Dr Yvan Samson, chef du service d’hémato-oncologie au Centre Mère-Enfant du CHUQ :« La maladie frappe indifféremment des enfants, peu importe l’environnement ou le niveau socio-économique. C’est toujours une terrible épreuve qui immobilise toute la famille et la communauté ».

L’importance de la recherche clinique Depuis quarante ans, les progrès dans les traitements des cancers de l’enfant ont été très significatifs. En effet, dans les années 1960, ces maladies étaient presque toujours mortelles. Cette augmentation du taux de guérison a été obtenue grâce à la recherche clinique, qui aide à mieux comprendre les mécanismes de l’évolution du cancer, à diminuer les effets secondaires et les séquelles dues aux traitements. Le Dr Samson précise : « Pour innover, on cherche premièrement à améliorer les taux de guérison tant qu’on n’aura pas 100 %. Nous devons donc continuer de nous battre et ensuite, diminuer les conséquences à long terme de nos traitements ». La recherche clinique donne accès, aux enfants du Québec, aux meilleurs protocoles de traitement existants. Leucan finance pour plus de un demi-million chaque année la recherche clinique dans les quatre centres en oncologie pédiatrique du Québec.

Le cancer chez l’enfant ne se traite pas de la même façon que chez l’adulte. L’enfant est en pleine croissance et l’on doit se soucier des séquelles à long terme, qui pourraient être causées par un traitement intensif. Le Dr Samson ajoute : « Les enfants atteints de cancer, même sous traitement, peuvent avoir une vie que nous souhaitons le plus près possible de la normale. Il est important de maintenir leur intégration dans la famille, à l’école et dans le reste de la communauté. »

Leucan, un rôle primordial auprès de l’enfant et de sa famille Leucan, tout en soutenant la recherche clinique et en appuyant les quatre centres d’oncologie du Québec, accompagne l’enfant et sa famille à toutes les étapes de la maladie et, lorsque nécessaire, dans le processus de deuil. Le diagnostic d’un cancer chez l’enfant, une maladie potentiellement mortelle, déstabilise profondément les parents, les frères et les sœurs. Par de l’aide financière, du soutien affectif qui peut prendre différentes formes, des programmes de sensibilisation scolaire et des activités de plaidoirie, Leucan prend soin de chacun des membres de la famille. Leucan prend la famille par la main lors du diagnostic et est présente dans toutes les phases de cette terrible épreuve qu’est le cancer d’un enfant.

Rappelons que Leucan Région Québec a été mis sur pied en 1987 et qu’elle fait partie des neuf comités régionaux de Leucan, organisme sans but lucratif fondé en 1978. Sa mission est de favoriser le mieux-être, la guérison et le rétablissement des enfants atteints de cancer et d’assurer un soutien à leur famille. Leucan compte plus de 400 familles membres en région. On peut consulter ses pages Web sur le site de Leucan au www.leucan.qc.ca/cdr/quebec


Source : Confédération des syndicats nationaux – 1er août 2006

Pour renseignements : Céline Drouin Directrice Leucan Région Québec Tél.: 418 654-2136, poste 23 Cellulaire: 418 802-0712

Karina Carola Responsable du programme sociorécréatif Leucan siège social Tél.: 1 800 361-9643, poste 217

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket