1er novembre 2006 – La CSN est un membre fondateur de la Confédération syndicale internationale

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Des centaines de militantes et de militants de la Fédération de la santé et des services…
L'avenir du réseau public nous concerne toutes et tous !

L'avenir du réseau public nous concerne toutes et tous !

Le vice-président de la CSN, David Bergeron-Cyr, rencontrait ce matin des représentantes des Médecins québécois pour…
Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Réunis en assemblée générale le mardi 24 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Oui, il faut décentraliser, pour vrai

Oui, il faut décentraliser, pour vrai

Le gouvernement de la CAQ prépare une profonde transformation en santé et services sociaux. L’actualité nous…
Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Ce jeudi 26 janvier au matin, tout juste après avoir conclu un pacte de front commun…
Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Sans contrat de travail depuis bientôt 13 mois, les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs…

1er novembre 2006 – La CSN est un membre fondateur de la Confédération syndicale internationale

La CSN est un membre fondateur de la Confédération syndicale internationale

La CSN est parmi les quelque 307 organisations syndicales des quatre coins du monde qui fondent la Confédération syndicale internationale (CSI), aujourd’hui, à Vienne. La nouvelle centrale internationale représentera désormais 166 millions de travailleuses et de travailleurs provenant de 156 pays.

Représentée par sa présidente, Claudette Carbonneau, sa secrétaire générale, Lise Poulin, le vice-président, Roger Valois, et son adjoint aux relations internationales, Jacques Létourneau, la centrale québécoise est heureuse d’être associée à cet événement historique ; elle qui a été impliquée antérieurement au sein des organisations internationales fondatrices : la Confédération internationale des syndicats libres (CISL) et la Confédération mondiale du travail (CMT). De larges centrales indépendantes, comme la Confédération générale du travail, de France, ou la Central de los Trabajadores Argentinos, d’Argentine, sont également des partenaires fondateurs.

« La CSN a longuement reconnu le besoin d’agir sur la scène internationale, a déclaré Claudette Carbonneau. Nous célébrons cette nouvelle solidarité internationale afin de relever les défis qui s’imposent aux travailleurs et aux travailleuses sur la scène mondiale. »

Devenue nécessaire par la nouvelle réalité de la mondialisation des marchés, cette recomposition du mouvement syndical international vise justement à assurer une meilleure cohésion entre l’action des centrales sur les plans national et international.

Pour la CSN, cet événement majeur renforce la volonté de faire de l’action syndicale internationale une priorité. Les nouvelles réalités du monde du travail, comme les fermetures d’entreprises, la précarisation de l’emploi, l’exclusion des jeunes, les délocalisations ou encore le non-respect des normes internationales du travail posent une série de défis que le mouvement syndical doit relever.

« Surtout dans les Amériques, au nord comme au sud, nous devons resserrer les liens de la solidarité entre les syndicats, a ajouté la présidente de la CSN. De plus en plus, nous vivons des réalités similaires. Ainsi, la nécessité de développer des stratégies communes s’impose à toutes les organisations. »

Aujourd’hui, le congrès accueille Juan Somavia, le directeur général du Bureau international du travail (BIT). Demain, ce sera au tour de Pascal Lamy, actuel directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Le vendredi 3 novembre, dernier jour du congrès de fondation, sera consacré à l’adoption du programme d’action de la CSI, suivie par l’élection du secrétaire général et du conseil général de la nouvelle organisation.

La Confédération des syndicats nationaux compte plus de 300 000 travailleuses et des travailleurs de tous les types de milieux de travail, tant dans le secteur privé que dans le secteur public.


Source : CSN – 1er novembre 2006

Pour renseignements : Lyle Stewart, Information-CSN, (514) 796-2066

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket