Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

2 novembre 2007 – Revoir l’organisation du travail pour contrer les problèmes de santé psychologique liés au travail — Le ministre Couillard doit envoyer un message clair aux directions d’établissement, estime la FP – CSN

Du 31 juillet au 23 septembre 2022, les syndicats du secteur public de la CSN tiennent leurs assemblées générales sur les demandes de table centrale et de table sectorielle. Les 170 000 membres CSN de ce secteur sont invités à voter dans ces assemblées. Voir les détails.

Du même SUJET

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…
En action pour une transition juste et écologique

En action pour une transition juste et écologique

Des mobilisations climatiques s’organisent à travers le monde ce vendredi 23 septembre et plusieurs de nos fédérations, conseils…
Première entente de principe pour les centres d’hébergement privés

Première entente de principe pour les centres d’hébergement privés

Les membres du Syndicat régional des travailleuses et travailleurs des centres d’hébergement du Centre-du-Québec–CSN ont accepté…
Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Après des mois à se focaliser sur le débat public à Rouyn-Noranda concernant l’arsenic et la…
Le plus important syndicat du milieu de la santé annonce ses revendications

Le plus important syndicat du milieu de la santé annonce ses revendications

En vue des élections du 3 octobre prochain, la FSSS–CSN dévoile ses revendications afin de permettre…
Grève de 30 jours au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Grève de 30 jours au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Excédés par la lenteur de leur négociation ainsi que par la nonchalance de leur employeur, ce…

2 novembre 2007 – Revoir l’organisation du travail pour contrer les problèmes de santé psychologique liés au travail — Le ministre Couillard doit envoyer un message clair aux directions d’établissement, estime la FP – CSN

Sommet de la santé du Collège des médecins

Des solutions CSN pour assurer la pérennité du système de santé public

La Confédération des syndicats nationaux participera au Sommet de la santé du Collège des médecins. La présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, qui sera accompagnée par la vice-présidente, Denise Boucher, en profitera pour mettre en avant différentes pistes de solution. « Notre position est claire : nous appuyons un système de santé public amélioré », de déclarer la présidente de la CSN.

Les solutions CSN aux problèmes d’organisation

« Nous le disons depuis des années. Il faut améliorer l’accès aux médecins de famille et soutenir la pratique médicale de première ligne », insiste Claudette Carbonneau. Cela nécessite de réunir un ensemble de conditions, notamment :

  • un mode de rémunération des médecins adapté à une approche globale des personnes, à la prévention et au travail interdisciplinaire ;
  • du soutien pour le travail en équipes interdisciplinaires ;
  • l’accès aux technologies diagnostiques et thérapeutiques pertinentes aux soins primaires et aux systèmes intégrés d’information.

La mise en place des garanties d’accès doit être réalisée par la correction des problèmes de financement, de pénurie de personnel, de déficience dans l’organisation du travail, des services et de la gestion des listes d’attente. Il faut, pour cela, miser sur les cliniques spécialisées publiques et nos réseaux universitaires intégrés de santé.

« Au fil des années de perturbations et de réformes forcées, les conditions et les relations de travail se sont grandement détériorées dans le secteur de la santé, avec une main-d’œuvre mal payée, en perte de vitesse comparativement à d’autres secteurs. De nombreux titres d’emploi sont maintenant en pénurie de main-d’œuvre, les agences de placement sont sollicitées et les heures supplémentaires explosent, tout ceci entraînant d’importants problèmes », d’ajouter la leader syndicale.

Pour la présidente de la CSN, il faut retirer l’odieuse loi 142, comme le gouvernement y a consenti pour les médecins, et démocratiser les milieux de travail en instaurant un véritable partenariat avec tout le personnel des services sociaux et de santé pour enfin valoriser, attirer et retenir les ressources humaines, et réviser avec elles, l’organisation du travail et des services. Il nous faut une gestion améliorée des carrières et des compétences du personnel.

Les solutions CSN aux problèmes de financement

Pour la CSN, il faut renoncer à plus de financement privé dans la santé et les services sociaux. La privatisation augmente les coûts : frais administratifs et juridiques, profits (de 10 à 15 % en moyenne dans les cliniques privées et chez les assureurs), coûts d’emprunt, etc. En outre, elle s’accompagne d’importants problèmes : iniquités de services en raison des tarifications et des lieux d’installation des fournisseurs, reculs de qualité et de conditions de travail, et pertes d’information et de transparence.

Il faut investir dans un système moins centré sur l’hôpital et davantage tourné vers des services offerts dans la communauté (hébergement et soins de longue durée, cliniques externes ambulatoires, centres de jour, mesures sociales, prévention, services à domicile).

« C’est dans la consolidation des infrastructures publiques qu’il faut investir. Pour maintenir un financement adéquat, les gouvernements doivent arrêter de continuellement baisser les impôts et plutôt se servir intelligemment de ce puissant levier qu’est la fiscalité pour garantir un système de santé public accessible à tout le monde », de poursuivre la présidente de la CSN.

La CSN condamne le refus de Québec de récupérer la prochaine baisse de la TPS de 1 %: une marge de manœuvre de 1,1 milliard. La présidente de la centrale accuse le gouvernement d’incohérence. «Le gouvernement avait une occasion en or d’occuper un champ fiscal délaissé par Ottawa et ainsi consolider le réseau public de santé et de services sociaux », dénonce la présidente de la CSN.

Devant le vieillissement de la population, la CSN revendique une modernisation et une révision à la hausse des couvertures publiques pour tenir compte des réalités reliées à la perte d’autonomie. La centrale syndicale se déclare prête à ce que soit ouvert un débat sur un financement équitable de ces nouvelles protections.

La CSN regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs, usagères et usagers des services de santé dont une part importante de la protection sociale repose sur l’existence d’un régime public et universel de santé.


Sources : CSN – 4 novembre 2007

Pour renseignements : Michelle Filteau, directrice du Service des communications de la CSN, bureau; 514 598-2162, cellulaire : (514) 894-1326

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket