20 novembre 2007 – Négociations chez Urgences – santé – Qu’attend le ministre Couillard pour agir?

Articles récents

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…
La FNCC et la CSN mettent de l’avant cinq mesures pour contrer la crise de l’information

La FNCC et la CSN mettent de l’avant cinq mesures pour contrer la crise de l’information

Devant l’ampleur de la crise qui secoue le secteur des médias d’information, les différents paliers de…
Agents de la paix des services correctionnels du Qc : le ministre Bonnardel doit agir et ça presse

Agents de la paix des services correctionnels du Qc : le ministre Bonnardel doit agir et ça presse

Les différents évènements violents des derniers jours visant des agents de la paix des services correctionnels…

20 novembre 2007 – Négociations chez Urgences – santé – Qu’attend le ministre Couillard pour agir?

Parlement canadien

La CSN propose des solutions au Comité permanent des finances pour contrer la crise manufacturière

Le trésorier de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Pierre Patry, sera entendu, cet après-midi, à compter de 15 heures 30, par le Comité permanent des finances qui souhaite connaître le point de vue de la centrale syndicale sur la question de la crise manufacturière.

« Le gouvernement doit sortir de sa torpeur et activer de façon urgente différents leviers afin de soutenir les secteurs éprouvés par une crise qui dure depuis de longs mois déjà et qui est exacerbée ces derniers temps par la flambée du dollar », d’expliquer Pierre Patry. Pour le trésorier de la CSN, les baisses d’impôts contenus dans le dernier énoncé budgétaire ne sont d’aucune utilité pour des entreprises qui enregistrent des pertes.

Au Québec, c’est 135 000 emplois manufacturiers qui ont été perdus, soit l’équivalent d’un emploi sur cinq, depuis le 31 décembre 2002, dont 65 000 depuis l’arrivée des conservateurs. Entre mai 2002 et avril 2005, les pertes dans les scieries et les papetières ont totalisé 10 000 emplois. Depuis avril 2005, l’industrie forestière a perdu 21 000 emplois de plus en incluant les activités connexes comme la foresterie et le transport.

Moderniser les équipements

La CSN estime que devant l’ampleur de la crise, le gouvernement doit instaurer un programme de prêts et de garanties de prêts avantageux qui permettrait aux entreprises qui manquent de liquidités d’investir dans la modernisation de leur entreprise et de renouveler l’équipement et la machinerie. « Un dollar élevé peut faciliter la mise à jour technologique qui permettrait d’améliorer la productivité des entreprises qui sont actuellement en position de se procurer des équipements à meilleur marché », estime M. Patry.

Instaurer des incitatifs fiscaux

Le gouvernement fédéral pourrait émuler certaines mesures du gouvernement du Québec destinées à soutenir la création d’emplois dans les deuxième et troisième transformations des ressources naturelles. Ces mesures bénéficient aux régions éloignées des grands centres urbains. Au Québec, le crédit d’impôt pour activités de transformation dans les régions ressources aurait contribué à la création de 5318 emplois depuis 2001-2002.

Faciliter la recherche et le développement

En raison de ses surplus budgétaires gigantesques, le gouvernement peut faire plus, particulièrement dans le domaine de la recherche et du développement. Le gouvernement fédéral pourrait rendre remboursable le crédit d’impôt destiné à la recherche et au développement pour que les entreprises puissent en bénéficier même si elles sont à l’étape du développement et qu’elles ne font pas encore de profit. Il pourrait augmenter le type de dépenses admissibles au crédit d’impôt, par exemple en incluant le coût d’obtention des brevets ou les coûts de la formation du personnel appelé à œuvrer sur des projets innovants.

Miser sur une politique monétaire plus équitable

Le boom pétrolier albertain, qui est pour une bonne part à l’origine de l’appréciation trop rapide du dollar canadien, génère une inflation que la Banque du Canada cherche à contenir en pratiquant des taux d’intérêt trop élevés, ce qui contribue aussi à l’appréciation du dollar. Cette conjonction de phénomènes fait en sorte que le développement économique de l’Ouest canadien se fait aux dépens de l’Ontario et du Québec, où l’on trouve 80 % du secteur manufacturier canadien.

La CSN s’attend à ce que le gouvernement conservateur, en collaboration avec la Banque du Canada, mette en place une politique monétaire plus équitable pour l’ensemble des régions canadiennes, y compris le Québec. « La Banque du Canada doit pratiquer une politique monétaire moins restrictive et réduire les taux d’intérêt de court terme par rapport aux taux d’intérêt américains, ce qui fera diminuer la valeur du dollar canadien à un niveau plus compatible avec la structure industrielle du Québec et l’Ontario », de revendiquer Pierre Patry.

Aider les travailleurs

Le gouvernement fédéral doit, finalement, soutenir les nombreux travailleurs en difficulté, en bonifiant le régime d’assurance-emploi et en mettant en place un programme de soutien du revenu pour les travailleurs âgés qui viendrait établir un pont entre les prestations d’assurance-emploi et celles de la Régie des rentes.

La Confédération des syndicats nationaux compte plus de 300 000 travailleuses et travailleurs de tous les types de milieux de travail, tant dans le secteur privé que dans le secteur public.


Source : CSN – 21 novembre 2007

Pour renseignements : Michelle Filteau, directrice du Service des communications de la CSN, cellulaire : 514 894-1326

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023