Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

21 avril 2005 – Réaction de la CSN au budget Audet : Des baisses d’impôts à crédit aux dépens des services publics

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

21 avril 2005 – Réaction de la CSN au budget Audet : Des baisses d’impôts à crédit aux dépens des services publics

Réaction de la CSN au budget Audet

Des baisses d’impôts à crédit aux dépens des services publics

La présidente de la Confédération des syndicats nationaux, Claudette Carbonneau, décerne une bonne note au ministre des Finances, Michel Audet, pour ce qui est de l’emballage, mais le contenu de son budget est inquiétant à plusieurs égards. « Manifestement, le ministre des Finances fait tous les efforts pour éviter de choquer qui que ce soit, mais il ne se donne pas les moyens de soutenir une vision économique et sociale du Québec », estime la présidente de la CSN.

« On est en droit de se demander si ce budget répond aux besoins et aux choix collectifs de la population. Manifestement, la réponse est Non. « En santé et en éducation, les investissements consentis ne couvrent pas les coûts du système, le gouvernement ne prévoit aucun développement. C’est extrêmement décevant. En outre, le Québec, ce n’est pas juste une école et un hôpital », de poursuivre la présidente de la CSN, qui se déclare très déçue de voir que la hausse moyenne des dépenses dans l’ensemble des ministères est d’à peine de 0,9 %. Cette hausse est loin de remettre sur les rails le développement des programmes et des services publics qui, année après année, ont subi l’effet cumulatif des compressions. »

La présidente de la CSN constate qu’il y a « bien peu de choses dans ce budget pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, sauf une aide minimum pour couvrir le coût des médicaments des personnes âgées démunies et le développement de 2600 logements sociaux avec, en prime, plus de 70 millions de dollars de compressions dans le budget de l’emploi et la solidarité sociale. Le gouvernement ne prévoit aucune contribution pour la mise en place du programme québécois d’assurance parentale. »

Pour la leader syndicale, « alors que le déséquilibre fiscal n’est toujours pas réglé, les baisses d’impôts de près de 700 millions qui seront consenties à terme aux particuliers et aux entreprises donnent un bien mauvais signal. D’autant plus que, dès le prochain exercice financier, le gouvernement prévoit une impasse budgétaire de 773 millions de dollars. »

« Le ministre des Finances fait un cadeau aux entreprises avec une réduction de moitié de la taxe sur le capital. Pourquoi un tel cadeau alors que le régime fiscal des entreprises du Québec est généralement considéré comme compétitif, notamment en raison du faible impôt sur les profits, du remboursement de la taxe sur les intrants et des impôts locaux et scolaires moindres au Québec qu’ailleurs au Canada ? », s’interroge Claudette Carbonneau.

La présidente de la CSN remarque que le gouvernement s’est finalement rendu compte que le développement économique et régional ne pouvait être laissé au seul jeu du marché. Le budget comprend ainsi quelques mesures ciblées nécessaires qui disposent cependant de trop peu de ressources. Les 75 millions consentis par Québec, pour donner suite à certaines mesures du rapport Coulombe sur la forêt, constituent certes un pas dans la bonne direction, mais les sommes destinées à soutenir les travailleurs des communautés forestières sont dérisoires. La CSN trouve positive la prolongation du crédit d’impôts pour encourager les activités de 2e et 3e transformation dans les régions ressources.

L’ensemble des mesures contenues au budget à cet égard ne peuvent cependant, à elles seules, être considérées comme une véritable politique de développement économique industrielle et régionale.

La CSN constate, par ailleurs, que le gouvernement met 1,3 milliard de dollars pour la réfection et la construction de routes, mais combien met-il pour consolider et développer le transport en commun, dans le contexte du protocole de Kyoto ?

« Pour ce qui est de la négociation du secteur public, ce ne sont certainement pas les 375 millions cachés dans le fond de suppléance qui vont permettre d’acheter un règlement qui réponde aux demandes légitimes d’au-delà de 500 000 personnes dont les conventions sont échues depuis deux ans et qui attendent depuis 20 ans un règlement sur l’équité salariale », conclu la présidente de la CSN.

La Confédération des syndicats nationaux représente plus de 280 000 membres répartis dans 2800 syndicats oeuvrant dans la plupart des secteurs d’activités.


Source : CSN – 21 avril 2005

Pour renseignements : Michelle Filteau, directrice du Service des communications de la CSN, cellulaire : 514 598-2155

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket