22 octobre 2005 – Du 23 au 29 octobre – La CSN tient une semaine nationale de santé – sécurité au travail

Articles récents

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…
La FNCC et la CSN mettent de l’avant cinq mesures pour contrer la crise de l’information

La FNCC et la CSN mettent de l’avant cinq mesures pour contrer la crise de l’information

Devant l’ampleur de la crise qui secoue le secteur des médias d’information, les différents paliers de…
Agents de la paix des services correctionnels du Qc : le ministre Bonnardel doit agir et ça presse

Agents de la paix des services correctionnels du Qc : le ministre Bonnardel doit agir et ça presse

Les différents évènements violents des derniers jours visant des agents de la paix des services correctionnels…

22 octobre 2005 – Du 23 au 29 octobre – La CSN tient une semaine nationale de santé – sécurité au travail

Du 23 au 29 octobre – La CSN tient une semaine nationale de santé-sécurité au travail

Du 23 au 29 octobre, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) tient une Semaine nationale de santé-sécurité au travail. La centrale syndicale renoue avec cette tradition visant à conscientiser les travailleuses et les travailleurs sur la nécessité d’agir de façon préventive dans le but d’éviter des accidents ou des maladies occasionnés par le travail. La CSN invite donc tous ses syndicats affiliés à identifier et à faire connaître, dans le cadre de cette semaine, les conditions de travail dangereuses ou les produits dangereux. À cette fin, des affiches et des autocollants « Problèmes de santé et de sécurité ici » ont été diffusés dans tous les milieux de travail.

Différentes activités

Les activités de cette semaine peuvent prendre différentes formes et varier selon les lieux de travail. Ici, on apposera des affiches humoristiques portant sur les agents agresseurs dans un établissement (produits toxiques, ventilation inefficace, poste de travail inadéquat, plancher glissant), sur l’ergonomie, sur la surcharge de travail, sur l’épuisement professionnel, sur la santé mentale. Là, une table de littérature sera installée afin de présenter les différents documents que la CSN a produit et portant sur le droit de refuser de travailler dans un endroit dangereux ou malsain, sur les recours en cas de lésions professionnelles, sur le retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite, sur la violence et le harcèlement au travail, etc. C’est par exemple ce que feront de nombreux syndicats affiliés à la CSN, dont ceux de Temlam à Ville-Marie, de l’hôpital de Verdun, de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, d’une résidence à Saint-Hyacinthe, de la Commission scolaire Haricana à Amos, d’un marché d’alimentation Maxi au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Un spectacle de Pierre Légaré

Le vice-président de la CSN responsable du dossier de santé-sécurité, Roger Valois, participera par ailleurs, le 28 octobre, à un événement portant également sur le thème de la santé-sécurité, organisé en marge de la semaine CSN. La direction de l’usine QIT-Fer et Titane à Sorel-Tracy et le Syndicat des ouvriers du Fer et du Titane (CSN) ont décidé conjointement de recourir à l’humour pour sensibiliser les employé-es à l’importance d’intervenir en santé-sécurité au travail en faisant appel aux services de Pierre Légaré. Le thème de la soirée est : « Pourquoi tu vis ? », histoire de mettre en lumière l’importance de travailler dans des conditions sécuritaires. L’employeur et le syndicat maintiennent ainsi une activité organisée paritairement durant la dernière semaine d’octobre.

L’application de la Loi sur la santé et la sécurité du travail à tous

Selon le vice-président de la CSN, « la semaine que nous organisons est une occasion pour réclamer à nouveau du gouvernement québécois que la Loi sur la santé et la sécurité du travail s’applique complètement à toutes les travailleuses et à tous les travailleurs du Québec. Ainsi, on pourrait éviter le nombre effarant d’accidents et de maladies du travail, de même que les décès. « Actuellement, 85 % des travailleuses et des travailleurs du Québec n’ont pas droit à des mécanismes de prévention prévus par la loi, des comités de santé-sécurité au travail par exemple. Donc, près de 14 % des travailleuses et des travailleurs des secteurs dits prioritaires ont droit à ces mécanismes. Pour l’essentiel, ce sont ceux de la métallurgie, des mines, des produits chimiques, des secteurs à forte concentration de main-d’œuvre masculine. Les employé-es de pans entiers de l’activité économique et sociale du Québec échappent donc aux mesures prévues à la loi. C’est le cas, par exemple, des secteurs public et parapublic.

Le portrait

Selon le rapport annuel de la CSST, le Québec a enregistré, en 2004, 176 décès à la suite de lésions professionnelles. C’est un décès de plus qu’en 2003. De plus, chaque année, quelque 135 000 personnes sont victimes d’un accident ou d’une maladie du travail. Cependant, la CSST traite beaucoup plus de dossiers. Mais les données ne tiennent pas compte de ceux des travailleuses et des travailleurs dont l’accident ou la maladie n’est pas reconnu ou déclaré. Par exemple, c’est seulement une maladie professionnelle sur deux qui est reconnue comme telle, au grand dam des personnes qui en sont victimes. Il est en effet difficile de faire reconnaître des cas d’épuisement professionnel, musculo-squelettique ou de surdité.

Pour prévenir la détresse psychologique

Dans le cadre de la négociation du secteur public et parapublic, les syndicats de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN (FSSS-CSN) mènent une campagne dont le thème est « En marche pour l’amélioration de la qualité de vie au travail ». La FSSS-CSN vise en effet à réduire les problèmes de santé en diminuant la charge de travail et en faisant reconnaître l’importance de la prévention. La Fédération des professionnèles de la CSN (FP-CSN), qui participe aussi à la négociation du secteur public, veut entre autres agir sur deux fronts : la prévention des problèmes de santé du travail et le maintien au travail des personnes atteintes par des blessures pour des maladies incapacitantes.

Selon les recherches, le personnel de la santé et des services sociaux du Québec est le plus à risque en ce qui a trait à la détresse psychologique. L’épuisement professionnel, l’anxiété et le stress font des ravages particulièrement en raison de la surcharge de travail.

Conclusion

« Tous les accidents qui surviennent sur nos lieux de travail pourraient être évités si, d’une part, la Loi sur la santé et la sécurité du travail couvrait l’ensemble des travailleuses et des travailleurs et si, d’autre part, tout le monde se préoccupait de la sécurité des lieux et posait les gestes nécessaires pour prévenir les accidents », a conclu le vice-président de la CSN.

La CSN a franchi le cap historique des 300 000 membres parmi ses syndicats affiliés.


Source : CSN – 22 octobre 2005

Pour renseignements : Michel Crête, CSN-Information, (514) 598-2454 ou (514) 703-0775.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023