Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

24 novembre 2008 – Onze organisations signent le manifeste Faire de l’éducation publique la priorité nationale du Québec

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…

24 novembre 2008 – Onze organisations signent le manifeste Faire de l’éducation publique la priorité nationale du Québec

Une première en éducation

Onze organisations signent le manifeste Faire de l’éducation publique la priorité nationale du Québec

« Comme société, peut-on tolérer qu’un élève sur trois quitte le secondaire sans diplôme ? Peut-on tolérer que des Québécoises et des Québécois ne possèdent pas le seuil minimal pour fonctionner aisément dans la société ? Peut-on tolérer que le Québec se retrouve dans le peloton de queue des provinces en ce qui a trait à la participation des adultes à des activités de formation en milieu de travail ? », ont questionné, aujourd’hui, les onze porte-parole des organisations syndicales et étudiantes, représentant un demi-million de personnes qui travaillent ou qui étudient dans le réseau de l’éducation, du préscolaire à l’université, à l’occasion de la présentation du manifeste Faire de l’éducation publique la priorité nationale du Québec.

Au Québec, des pas de géant ont été franchis en éducation

Dans la foulée du rapport de la commission Parent, le gouvernement du Québec réalisait une grande réforme de l’éducation afin de la démocratiser, d’en accroître la qualité, d’en assurer l’accessibilité. Depuis cette réforme, des pas de géant ont été accomplis en matière de scolarisation et d’accès à une éducation de qualité. Cette démocratisation de l’éducation a permis au Québec de combler son désastreux retard historique et d’entrer dans la modernité.

Le projet éducatif du Québec est gravement menacé

Cependant, sous l’impulsion des tenants de l’idéologie néolibérale, du dogme du déficit zéro et de la déresponsabilisation de l’État, le projet éducatif démocratique du Québec est gravement menacé depuis plusieurs années. À en croire certains, l’éducation publique souffrirait de tous les maux. La confiance des citoyennes et des citoyens envers nos institutions publiques s’en trouve ébranlée.

Pour les signataires du manifeste, il faut agir dès à présent, car le projet éducatif démocratique et le développement de l’éducation publique ne sont plus de véritables priorités. Se satisfaisant d’en gérer les contradictions et les problèmes, l’État québécois renonce à assumer la maîtrise d’œuvre du système d’éducation. Il abandonne son développement aux valeurs et aux modèles de l’entreprise privée. En témoigne en particulier le sous-financement dont souffre depuis trop longtemps l’ensemble du réseau de l’éducation.

Un appel pressant aux partis politiques

C’est dans cet esprit que les onze organisations provenant des milieux de l’éducation lancent un appel pressant aux partis politiques pour qu’ils s’engagent à mettre en œuvre les dix propositions qui ont fait l’objet d’un fort consensus quant à l’urgence de faire de l’éducation la priorité nationale du Québec. Il est donc proposé :

1- De faire de l’éducation la priorité nationale et, conséquemment, d’élaborer et de mettre en œuvre une politique nationale de l’éducation publique apte à soutenir avec fermeté le développement d’un système d’éducation de qualité, universel, accessible et gratuit ;

2- D’implanter des changements structurants qui contribueront à faire de nos écoles primaires et secondaires des milieux de vie motivants et tournés vers la réussite, notamment par les éléments suivants :

  • La mise en place de projets éducatifs accessibles à tous les élèves ;
  • Une diminution du nombre d’élèves par classe ;
  • L’ajout de ressources enseignantes, professionnelles et de soutien afin de mieux encadrer et soutenir les élèves en difficulté et les nouveaux arrivants ;
  • Un développement des activités parascolaires ;
  • Un accroissement de la qualité des services de garde en milieu scolaire ;

3- De mettre en place des modalités permettant, à terme, la fin du financement public des écoles privées, en favorisant l’intégration progressive des écoles privées au système public d’éducation, dans le plein respect des droits du personnel impliqué ;

4- De développer et de consolider le réseau national des cégeps, et de garantir dans toutes les régions une offre de services diversifiés et gratuits, et une formation de qualité, équivalente et transférable, attestée par un diplôme national ;

5- De veiller à ce que soit maintenu l’équilibre entre les trois volets de la mission fondamentale des universités, de se faire l’instigateur d’une réelle collaboration entre les établissements, de faire en sorte que la mission des universités soit au cœur de toute décision, d’où qu’elle provienne, et de revoir en conséquence son approche de la gouvernance dans l’enseignement supérieur ;

6- De prendre des mesures fermes pour encadrer les rapports entre les établissements d’enseignement et l’entreprise privée, notamment en balisant les partenariats et le financement de la recherche ;

7- De reconnaître, dans les faits, à tous les adultes le droit à l’éducation et à la formation continue et leur donner les moyens d’assurer l’exercice de ce droit ;

8- D’organiser un véritable débat social sur l’ensemble de la condition financière étudiante, d’améliorer, de toute urgence, le programme d’aide financière aux études et de mettre en place des mécanismes permettant de réduire les obstacles financiers à la poursuite des études ;

9- De mettre en place les moyens nécessaires pour favoriser l’attraction, l’insertion professionnelle, une préparation adéquate du personnel, la formation continue, le maintien en emploi, une rémunération équitable ainsi que de meilleures conditions de fin de carrière pour le personnel de l’éducation ;

10- De mettre fin au sous-financement chronique du système d’éducation et d’y réinvestir massivement de telle sorte qu’il puisse répondre aux besoins actuels et à venir.

« Pour les partenaires signataires de cette déclaration, faire de l’éducation publique la priorité nationale, c’est choisir d’investir avec détermination dans notre avenir collectif et se donner les moyens d’affronter avec confiance les défis du XXIe siècle. C’est sans hésiter que le Québec doit s’engager dans cette voie », concluent les signataires du manifeste.

Ont signé ce manifeste :

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Réjean Parent, président La Confédération des syndicats nationaux (CSN), Claudette Carbonneau, présidente La Fédération autonome de l’enseignement (FAE), Pierre St-Germain, président La Fédération autonome du collégial (FAC), Jean-Claude Drapeau, président La Fédération des associations étudiantes universitaires du Québec en éducation permanente (FAEUQEP), Denis Sylvain, président La Fédération du personnel professionnel des universités et de la recherche (FPPU), Bernard Gaucher, président La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Xavier Lefebvre Boucher, président La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), David Paradis, président La Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU), Cécile Sabourin, présidente Le Mouvement québécois des adultes en formation (MQAF), Robert Martin, président

Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), Carole Letendre, 4e vice-présidente


Source : Les signataires du manifeste – 24 novembre 2008

Pour renseignements : – Marjolaine Perreault, attachée de presse CSQ, Cell. : 514 235-5082 – France Désaulniers, conseillère aux communications, CSN, Cell. : 514 219-2947 – Marie Pelchat, conseillère aux communications FAE, Cell. 514 952-3559 – Dany St-Jean, attaché de presse FEUQ, Cell. : 514 212-5457 – Guy Desmarais, vice-président communications et développement FAC, Tél. : 514 848-9977 poste 235, Cell. : 514 943-9561 – Merlin Trottier-Picard, vice-président FECQ, Cell. : 514 554-0576 – Camille Gauthier, FQPPU, Tél. : 514 843-5953 – MQAF, Tél. : 514 343-7732 – FAEUQEP, Tél. : 514 343-7732 – FPPU, Tél. : 819 376-5043 – SPGQ, Tél. : 514 849-1103

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket