Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

29 novembre 2004 – Un homme de conviction disparaît – Décès de Michel Bourdon

Du même SUJET

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les membres du Regroupement Les sages-femmes du Québec ont entériné mercredi l’accord de principe intervenu le…
Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

En décidant unilatéralement, en janvier dernier, d’octroyer une prime de 6,6 % aux éducatrices retraitées qui désireraient…
Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

C’est une bataille importante que remportent la FSSS-CSN, la FSQ-CSQ, la FIQ, le SQEES-FTQ et le…
Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Bois d’œuvre : Ottawa doit talonner Washington

Même si le gouvernement américain vient tout juste d’abaisser de moitié les tarifs douaniers imposés au…
Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Les travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada manifestent leur mécontentement

Après plus de quatre mois de lockout, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce ont investi…
Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie de Petit Paris–CSN se sont réunis en…

29 novembre 2004 – Un homme de conviction disparaît – Décès de Michel Bourdon

Un homme de conviction disparaît

Décès de Michel Bourdon

La longue maladie, qui l’a conduit à son décès, n’a pas réussi à estomper l’image que Michel Bourdon a toujours projetée pendant les années de sa vie de militant. La présidente de la CSN tient à en témoigner : « Michel Bourdon était de ces hommes qui défendent leurs convictions. Il a toujours porté les siennes quelles que soient les conséquences appréhendées pour sa personne et quelle qu’en soit la popularité du moment », rappelle Claudette Carbonneau. « Son attachement à un syndicalisme au cœur des débats de société et la force de ses convictions quant à la nécessité pour le Québec d’accéder à l’indépendance ont marqué son engagement. Michel était aussi un homme de feu et il mettait l’éclat de son éloquence au service de la cause qu’il défendait », se remémore t-elle.

Fondateur du syndicat CSN des journalistes de Radio-Canada en 1968, il entreprenait ainsi son action syndicale qui s’étendra sur 23 ans. En 1970, en pleine crise d’Octobre, il dénonce la censure qu’exerce, à son avis, son employeur, ce qui lui vaudra d’être congédié par la société d’État.

C’est peu après que Michel Bourdon deviendra conseiller de la Fédération nationale des syndicats du bois et du bâtiment (FNSBB) – ancêtre de la CSN-Construction – pour, par la suite, être porté à la tête de l’organisation. Il occupera ce poste de 1973 à 1979. C’est en partie lui qui, en dénonçant les pratiques de violence syndicales sur les chantiers de la Baie James, va entraîner la création, en 1974, d’une commission chargée d’enquêter sur l’exercice de la liberté syndicale dans l’industrie de la construction. Cela lui vaudra de subir plusieurs menaces à son intégrité physique.

Après avoir présidé pendant trois mandats la FNSBB, Michel Bourdon reviendra à titre de conseiller au sein de sa fédération d’origine, la Fédération nationale des communications. Puis, ce sont encore ses convictions qui, en 1989, le conduiront à briguer les suffrages des électeurs de la circonscription de Pointe-aux-Trembles comme député indépendantiste. Ces derniers lui accorderont deux fois leur confiance. C’est en tant que député du Parti québécois que Michel Bourdon a pu parrainer la loi créant Fondaction, liant de la sorte son travail de représentant du peuple et son attachement à la CSN. En juin 1996, la maladie a entraîné sa démission à titre de député.

« En tant que porte-parole de la CSN, mais aussi en mon nom personnel, je tiens à saluer l’apport de Michel Bourdon à notre organisation. Des combats qu’il a menés avec nous, plusieurs ont fait avancer la cause des travailleurs et des travailleuses. À la famille, aux proches de Michel, nous offrons nos plus sincères condoléances. Son souvenir sera encore et pour longtemps une inspiration » de dire Claudette Carbonneau.


Source : CSN – 29-11-2004

Pour renseignements : Roger Deslauriers, Service des communications de la CSN tél. : (514) 598-2378, cel. : (514) 916-8041

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket