Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

31 mai 2004 – Déficit démocratique pour les agents correctionnels du Canada

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…
Entente de principe chez Autobus Chambly

Entente de principe chez Autobus Chambly

À la suite d’une ultime séance de médiation tenue ce lundi 28 novembre, une entente de…
Villa d'Alma - En route vers la grève!

Villa d'Alma - En route vers la grève!

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Centres d’hébergement privés de la région Saguenay–Lac-Saint-Jean…
Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Des militantes et des militants de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)…
La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

« Pour s’assurer que les consignes de la Santé publique puissent être respectées, encore faut-il que…
Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Le Syndicat des employé-es de Distribution 2020 (CSN), une quincaillerie spécialisée, annonce la première journée de…

31 mai 2004 – Déficit démocratique pour les agents correctionnels du Canada

Déficit démocratique pour les agents correctionnels du Canada

Le premier ministre du Canada, M. Paul Martin, aurait pu être applaudi en quittant un rassemblement électoral, samedi après-midi à Québec, où 150 agentes et agents correctionnels fédéraux du Québec et de l’Ontario essayaient de lui communiquer un message concernant leur convention collective échue depuis deux ans. Au lieu de ça, il a été hué.

La colère est née d’une déception profonde. Malgré l’assurance que le premier ministre rencontrerait enfin les représentants du Syndicat des agents correctionnels du Canada (UCCO-SACC-CSN), M. Martin n’a pas consacré un moment aux gens qui occupent l’emploi le plus dangereux de la fonction publique fédérale.

« Le premier ministre ne semble pas recevoir de conseils constructifs de la part de ses conseillers. Pourtant, nous ne nous décourageons pas », a dit le président national d’UCCO-SACC-CSN, Sylvain Martel. « Les agents correctionnels continueront de participer à ces événements électoraux jusqu’à ce qu’il s’asseoit avec nous pour écouter nos préoccupations. »

L’action syndicale de samedi, à Québec, était la quatrième en autant de jours organisées par les agents correctionnels. Elle succédait à des manifestations tenues lors du passage de la caravane électorale de Paul Martin à Montréal, à Surrey (CB), et à Edmonton. Dans l’impasse actuelle des pourparlers qui dure déjà depuis deux ans, les agents correctionnels ne lâcheront pas avant d’avoir l’assurance que les porte-parole du Conseil du Trésor s’engageront dans des négociations de bonne foi.

« Nous aussi, nous faisons face à un déficit démocratique », dit M. Martel, reprenant ainsi un des slogans préférés du premier ministre. « Nous sommes méprisés à la table de négociation, et il y a un manque de compréhension pour les tâches difficiles que nous accomplissons pour le gouvernement fédéral. Il est temps que le Conseil du Trésor et le Service correctionnel du Canada traitent nos membres avec le respect qu’ils méritent. »

UCCO-SACC-CSN compte 5700 membres travaillant dans 54 pénitenciers fédéraux de huit provinces. Ils vivent sous un régime quotidien de menaces, sont victimes d’assauts violents et font face à des risques élevés d’attraper des maladies infectieuses et contagieuses. Tout ça en gérant des établissements de plus en plus peuplés par les membres des groupes criminalisés. C’est le métier le plus stressant au sein de la fonction publique fédérale, et il doit être considéré d’une façon distincte par le gouvernement fédéral.

À moins que le premier ministre comprenne ces faits et qu’il rende une réponse appropriée, les agents correctionnels continueront de faire sentir leur présence tout au long de cette campagne électorale.


Source : UCCO-SACCCSN – 31-05-2004

Pour renseignements : Lyle Stewart, Service d’information CSN, (514) 796-2066.

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket