Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

31 octobre 2007 – De l’argent pour les avocats mais rien pour ceux et celles qui rendent les services

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Fin du lock-out au Hilton de Mont-Tremblant

Fin du lock-out au Hilton de Mont-Tremblant

En lock-out depuis le mois d’août, les travailleuses et les travailleurs du Hilton Homewood Suites de…
Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…

31 octobre 2007 – De l’argent pour les avocats mais rien pour ceux et celles qui rendent les services

Centre d’hébergement privé à Val d’Or

De l’argent pour les avocats mais rien pour ceux et celles qui rendent les services

Réunis en assemblée générale hier soir, les 20 salarié-es du centre d’hébergement privé « Domaine des Pionniers » de Val d’Or ont fait le point sur les négociations en cours. Ces syndiqué-es tentent de négocier une première convention collective. Depuis avril dernier, il y a eux sept rencontres de négociation avec l’employeur. Les représentant-es du syndicat considèrent que celui-ci tente de gagner du temps. « Sa mauvaise foi est évidente », de dire André Cotten, vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux. « Normalement, en trois ou quatre rencontres, les parties sont en mesure de régler les dispositions qui ne comportent pas d’incidence monétaire. À ce jour, nous sommes loin de cela. » Lors de la dernière rencontre, la direction a refusé de répondre aux demandes du syndicat concernant les salaires malgré qu’elle les connaît depuis avril 2007.

Les syndiqué-es qualifient cette attitude de méprisante envers les salarié-es et en sont venus à la conclusion que le recours à la grève est incontournable. Lors de leur dernière assemblée générale, ils ont voté, dans une proportion de 94 %, en faveur du déclenchement de la grève générale au moment jugé opportun. Si rien ne progresse lors des rencontres des 6 et 7 novembre prochains, le comité de négociation pourrait exercer ce mandat.

La représentante du syndicat local, Mme Diane Fortin, considère qu’après plusieurs années sans aucune augmentation salariale, l’employeur doit faire un effort pour corriger la situation. « Actuellement plutôt que de négocier, il nous réfère aux normes minimales du travail, ce qui nous apparaît inacceptable. Sans réponse à nos demandes déposées en avril dernier, il est impossible de progresser dans cette négociation, affirme-t-elle.

« Il n’est jamais souhaitable de préconiser les affrontements. Or, nous faisons face à une direction qui préfère payer des avocats plutôt que de reconnaître le travail de ses employé-es. Elle cherche l’affrontement. Elle devra donc assumer la conséquence de son choix », de conclure le vice-président régional FSSS-CSN André Cotten.


Source : CSN – 31 octobre 2007

Pour renseignements : André Cotten, vice-président régional de la FSSS-CSN, bur. 819 825-5836, cell. 819 354-0891 Sylvain Nolet, conseiller syndical CSN, bur. 819 825-6137, cell. 819 856-8843

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket