Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

5 mai 2004 – Le prix de l’essence : Les « pétro – voleuses » se ruent sur nos portefeuilles

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

5 mai 2004 – Le prix de l’essence : Les « pétro – voleuses » se ruent sur nos portefeuilles

Le prix de l’essence : Les « pétro-voleuses » se ruent sur nos portefeuilles

La CSN, par la voix de son vice-président Roger Valois, responsable de la centrale en matière de transport, qualifie de « pétro-voleuses » les compagnies pétrolières qui, depuis hier, dans la région de Montréal, ont haussé exagérément les prix à la pompe, qui atteignent presque le dollar, et réclame de la Régie de l’énergie du Québec la fixation d’un prix plafond.

« En observant le manège des pétrolières, commente Roger Valois, le milieu syndical ne peut se permettre de « dormir au gaz ». Le comportement de ces entreprises, qui empochent des profits faramineux, trimestre après trimestre, est carrément indécent. La Régie de l’énergie du Québec fixe un prix minimum à la pompe. Cette semaine, il est de 84,1 cents pour la région de Montréal et de 82,4 cents pour l’ensemble du Québec. Le prix minimum signifie que les détaillants, à ce montant, couvre leurs frais d’opérations. Le prix à la rampe de chargement est, lui, de 46,1 cents. Tous les prétextes que l’industrie nous sert : diminution de la production, baisse des réserves aux États-Unis, hausse des frais de transformation, sont autant de leurres pour justifier l’érosion des revenus des travailleuses et travailleurs obligés de se déplacer en automobile pour se rendre au travail. L’essence qui se trouvait dans les réservoirs des détaillants hier matin n’a pas spontanément subi les contrecoups de la hausse du brut ou des attentats au Moyen-Orient, pas plus que celle contenue dans les réservoirs de l’est de Montréal ou de Saint-Romuald, en banlieue de Québec. À ma connaissance, poursuit Roger Valois, l’essence ne voyage pas par Internet. »

Selon le vice-président de la CSN, il semblait convenu que le gouvernement québécois allait mettre de l’ordre sur ce marché afin que les consommateurs paient un juste prix sans se retrouver à la merci des caprices des pétrolières. À Ottawa, un comité d’enquête a conclu qu’il n’y avait pas de collusion entre les pétrolières. « Il faut que nos politiciennes et politiciens mettent le pied à terre et interviennent, même si l’augmentation du prix de l’essence rapporte gros en taxes, vu leur effet ascenseur. Les travailleuses et travailleurs ont une limite à leur capacité de payer. « Que les autorités se réveillent et interviennent en légiférant sur la question par l’imposition d’un plafond et le renforcement des réseaux de transport urbains et interurbains », réclame Roger Valois.


Source : CSN – 05-05-2004

Pour renseignements : Yvan Sinotte, direction de l’information CSN, 514-598-2159

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket