Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

5 mai 2004 – Le prix de l’essence : Les « pétro – voleuses » se ruent sur nos portefeuilles

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…
6 décembre : quand la haine perdure

6 décembre : quand la haine perdure

Le 6 décembre 1989, 14 femmes sont assassinées par un misogyne à l’école Polytechnique de Montréal,…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…

5 mai 2004 – Le prix de l’essence : Les « pétro – voleuses » se ruent sur nos portefeuilles

Le prix de l’essence : Les « pétro-voleuses » se ruent sur nos portefeuilles

La CSN, par la voix de son vice-président Roger Valois, responsable de la centrale en matière de transport, qualifie de « pétro-voleuses » les compagnies pétrolières qui, depuis hier, dans la région de Montréal, ont haussé exagérément les prix à la pompe, qui atteignent presque le dollar, et réclame de la Régie de l’énergie du Québec la fixation d’un prix plafond.

« En observant le manège des pétrolières, commente Roger Valois, le milieu syndical ne peut se permettre de « dormir au gaz ». Le comportement de ces entreprises, qui empochent des profits faramineux, trimestre après trimestre, est carrément indécent. La Régie de l’énergie du Québec fixe un prix minimum à la pompe. Cette semaine, il est de 84,1 cents pour la région de Montréal et de 82,4 cents pour l’ensemble du Québec. Le prix minimum signifie que les détaillants, à ce montant, couvre leurs frais d’opérations. Le prix à la rampe de chargement est, lui, de 46,1 cents. Tous les prétextes que l’industrie nous sert : diminution de la production, baisse des réserves aux États-Unis, hausse des frais de transformation, sont autant de leurres pour justifier l’érosion des revenus des travailleuses et travailleurs obligés de se déplacer en automobile pour se rendre au travail. L’essence qui se trouvait dans les réservoirs des détaillants hier matin n’a pas spontanément subi les contrecoups de la hausse du brut ou des attentats au Moyen-Orient, pas plus que celle contenue dans les réservoirs de l’est de Montréal ou de Saint-Romuald, en banlieue de Québec. À ma connaissance, poursuit Roger Valois, l’essence ne voyage pas par Internet. »

Selon le vice-président de la CSN, il semblait convenu que le gouvernement québécois allait mettre de l’ordre sur ce marché afin que les consommateurs paient un juste prix sans se retrouver à la merci des caprices des pétrolières. À Ottawa, un comité d’enquête a conclu qu’il n’y avait pas de collusion entre les pétrolières. « Il faut que nos politiciennes et politiciens mettent le pied à terre et interviennent, même si l’augmentation du prix de l’essence rapporte gros en taxes, vu leur effet ascenseur. Les travailleuses et travailleurs ont une limite à leur capacité de payer. « Que les autorités se réveillent et interviennent en légiférant sur la question par l’imposition d’un plafond et le renforcement des réseaux de transport urbains et interurbains », réclame Roger Valois.


Source : CSN – 05-05-2004

Pour renseignements : Yvan Sinotte, direction de l’information CSN, 514-598-2159

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket