Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

5 septembre 2006 – Sans convention collective depuis plus de trois ans, Des syndiqués CSN de l’Université Concordia haussent le ton

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…
6 décembre : quand la haine perdure

6 décembre : quand la haine perdure

Le 6 décembre 1989, 14 femmes sont assassinées par un misogyne à l’école Polytechnique de Montréal,…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…

5 septembre 2006 – Sans convention collective depuis plus de trois ans, Des syndiqués CSN de l’Université Concordia haussent le ton

Sans convention collective depuis plus de trois ans

Des syndiqués CSN de l’Université Concordia haussent le ton

Les membres de trois syndicats affiliés à la CSN représentant le personnel de soutien, de soutien technique et des deux bibliothèques de l’Université Concordia ont profité de la rentrée, aujourd’hui, pour aviser les étudiantes et étudiants qu’ils en ont assez de l’attitude de leur employeur à la table de négociation et que la session pourrait bien être perturbée si aucune entente n’intervient très bientôt. Sur l’heure du midi, les syndiqués ont fait état des difficultés qu’ils rencontrent depuis le début de la négociation et des reculs que veut leur imposer la direction de l’Université au plan de leurs conditions de travail.

Les quelque 640 syndiqué-es, membres de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) ont distribué des tracts d’information ce midi aux portes des deux campus de l’université. Ils voulaient exprimer leur ras-le-bol et indiquer que leur patience avait atteint ses limites. Jusqu’à maintenant, aucune action n’est venue perturber les activités de l’Université. Mais la pression s’accentuera très certainement si l’employeur ne fait pas preuve de plus d’ouverture à la table de négociation.

Sans hausse de salaires depuis plus de trois ans

À Concordia, le personnel de soutien, de soutien technique et des deux bibliothèques n’a pas reçu d’augmentation de salaires depuis plus de trois ans. Depuis le début du processus de négociation peu de progrès a été réalisé malgré les efforts faits par la partie syndicale. Les syndiqué-es dénoncent le fait que l’employeur fait traîner les pourparlers de toutes les manières possibles : il les inonde de documents inutiles, ne fournit pas les réponses aux questions posées, rejette sans justifications leurs demandes, etc.

Au cours de la présente négociation, les travailleuses et des travailleurs de Concordia veulent obtenir des hausses salariales de 4 à 5 % par année. Ils invoquent, entre autres, que les conditions salariales à Corcordia sont inférieures à celles consenties par les autres universités montréalaises pour les mêmes catégories de personnel, ce qui constitue pour eux une aberration. Ils veulent notamment apporter des bonifications aux conditions de prise de retraite. Quant à l’employeur, il cherche à gruger dans les acquis syndicaux, comme la sécurité d’emploi, les horaires de travail ou les libérations syndicales, pour accroître ses droits de gérance. Ce que refusent les syndiqué-es.


Source : Confédération des syndicats nationaux – 5 septembre 2006

Pour renseignements : Louis-Serge Houle, Information-CSN, 514 598-2157

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket