Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

6 février 2007 – Commission de l’Éducation – La FNEEQ commente l’intervention du président de l’Université du Québec

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

6 février 2007 – Commission de l’Éducation – La FNEEQ commente l’intervention du président de l’Université du Québec

Commission de l’Éducation

La FNEEQ commente l’intervention du président de l’Université du Québec

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) se réjouit du constat qu’a fait Pierre Moreau, président de l’Université du Québec quant à la contribution essentielle des chargés de cours à ce qu’est devenu le réseau à la tête duquel il se trouve. Sans nier l’importance de la recherche, la FNEEQ observe que l’on oublie trop souvent que, pour la majorité des étudiants universitaires, le diplôme de premier cycle des études est terminal. Cette affirmation du président de l’Université du Québec faite devant la Commission de l’Éducation ce matin est, espère t-on du côté des représentants syndicaux, un pas vers une meilleure reconnaissance de la valeur du travail des chargé-es de cours universitaires.

La FNEEQ estime, tout comme M. Moreau, que les universités du Québec contribuent à plusieurs aspects du développement régional. « Quant à ce volet de la contribution des universités du Québec, le président du réseau insiste sur la partie recherche de la mission universitaire en région, remarque Marie Blais, vice-présidente de la FNEEQ. Quant à nous, il ne faut pas, là non plus, oublier que le développement dont profite les quelque 50 villes et municipalités où est présent le réseau, passe aussi par la réalisation de la mission de formation », signale-t-elle.

Présents depuis la création des divers établissements, les chargés de cours, qui donnent maintenant 50 % de l’enseignement dans les universités québécoises, contribuent à la réussite des étudiantes et des étudiants par leur implication dans leur prestation de cours mais aussi dans de multiples activités d’ordre pédagogiques et académiques. Par ailleurs, ils assument l’enseignement à la grandeur du territoire québécois et assurent la majeure partie des cours offerts aux adultes inscrits dans des certificats d’études universitaires qui se donnent en soirée et les fins de semaine. Cet engagement pour l’accessibilité aux études universitaires a toujours été une mission que les chargés de cours ont prise à cœur pour l’avancement de la société québécoise. C’est pourquoi ils militent pour que les coûts liés à la formation des étudiantes et des étudiants demeurent les plus bas possible et ils s’opposent à toute hausse des droits de scolarité.


Source : CSN – 6 février 2007

Pour renseignements : Roger Deslauriers, Service des communications de la CSN, tél. : 514 598-2378, cel. : 514 916-8041

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket