6 juin 2007 – Pour le respect du droit international – Des organisations québécoises dénoncent 40 ans d’occupation de la Palestine par l’armée israélienne

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des autobus R.M.–CSN et le Syndicat d’Autobus Terremont Ltée–CSN ont…
Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Réunis en assemblée générale ce 3 février en début d’après-midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus…
La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

Avec ses alliés des autres grandes centrales syndicales et les organismes de défense des chômeurs, la…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Ce 2 février à midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus B.R.–CSN et le Syndicat…
Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Réunis en assemblée générale le 31 janvier 2023, les membres du Syndicat des enseignantes et enseignants…

6 juin 2007 – Pour le respect du droit international – Des organisations québécoises dénoncent 40 ans d’occupation de la Palestine par l’armée israélienne

Pour le respect du droit international

Des organisations québécoises dénoncent 40 ans d’occupation de la Palestine par l’armée israélienne

Une coalition issue de la société civile québécoise déclare : « 40 ans d’occupation, c’est assez! »

Lors d’une conférence de presse, tenue ce matin, Zahia El-Masri, la porte-parole de la coalition, a dénoncé la plus longue occupation de l’histoire des Temps modernes, tout en appelant au retrait d’Israël des territoires palestiniens occupés illégalement depuis juin 1967.

Une vingtaine d’organisations québécoises ont signé une déclaration demandant au gouvernement canadien de s’engager à exiger d’Israël : la fin immédiate de l’occupation; le respect du droit international; le démantèlement des colonies juives illégales et du mur de la honte. Une grande manifestation en appui à ces demandes se tiendra, ce samedi 9 juin, à 13 h, à l’angle du boulevard René-Lévesque et de la rue Peel, à Montréal, faisant écho à d’autres manifestations semblables qui se tiendront dans le monde.

Selon Nicole Filion, présidente de la Ligue des droits et libertés : « Aussi légitimes que soient les préoccupations d’Israël pour la sécurité de ses ressortissants, rien ne peut justifier ni excuser des politiques qui nient le droit du peuple palestinien à l’autodétermination, droit reconnu par l’ONU depuis 1947, et qui bafouent systématiquement les droits politiques, économiques, sociaux et culturels des Palestiniennes et des Palestiniens. Le respect du droit international doit être la base d’une solution politique aux conflits du Moyen-Orient. Le gouvernement canadien, s’il veut contribuer à une juste paix, n’exigera rien de moins. »

Une pétition à cet effet sera présentée à l’Assemblée nationale du Québec, le 8 juin, par la députée Louise Harel.

Pour Pierre Jasmin, président des Artistes pour la paix, la construction du mur dit « de sécurité » autour des terres de la Cisjordanie constitue un crime contre l’humanité. « Ce mur sépare les étudiants de leurs écoles, les fermiers de leurs terres et les familles de leurs communautés. Israël est en train de construire des Bantoustans dans le but d’empêcher le développement normal d’un État palestinien. Ce mur doit tomber. »

Pour le professeur Aziz Fall, ex-coordonnateur du réseau québécois contre l’apartheid en Afrique du Sud, « l’ancien président des États-Unis, Jimmy Carter, a tout à fait raison de qualifier la situation palestinienne de véritable apartheid ».

Deux grandes organisations syndicales du Québec, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), ont tenu à rappeler la situation économique catastrophique dans les territoires palestiniens. Selon un rapport rendu public le 28 mai dernier par le Bureau international du travail (BIT), le nombre de ménages vivant sous le seuil de pauvreté s’est accru de 26 % entre mars 2006 et mars 2007, et ce, alors que le produit intérieur brut par habitant (PIB) a chuté de 40 % entre 1999 et 2006. On compte aujourd’hui dans les territoires palestiniens occupés sept ménages pauvres sur dix, soit 2,4 millions de personnes.

« C’est une situation insoutenable grandement exacerbée par des contrôles et des obstacles à la mobilité des personnes et des biens, » a déploré Jacques Létourneau, responsable du dossier international à la CSN. Pour sa part, Louise Chabot, première vice-présidente de la CSQ, appelle le gouvernement canadien à revoir sa décision de cesser toute forme d’aide à l’Autorité palestinienne, ce qui a des conséquences dramatiques sur la population, les employés du secteur public, dont les professeurs, par exemple, ne reçoivent plus de salaire depuis des mois. « Par cette décision, nous pénalisons les ménages et les chômeurs déjà en souffrance. »

La présidente de la Fédération des femmes du Québec, Michèle Asselin, soutient que « pour les femmes palestiniennes, gardiennes de la vie quotidienne, la vie sous occupation est un enfer. Elles sont donc nombreuses à réclamer la fin de l’occupation et le règlement de ce trop long conflit par les voies de la négociation politique dans le respect du droit international ».

Enfin la Coalition demande au gouvernement canadien de retirer au Fonds national juif son statut d’organisme de charité au Canada puisque de par sa charte, ce fonds ne peut louer des terres qu’à des Juifs ou à des Juives. Ainsi, les contribuables canadiens subventionnent à leur insu ce système de discrimination raciale et de dépossession des PalestinienNEs.


Source : CSN – 6 juin 2007

Pour renseignements : Lyle Stewart, Service de communications de la CSN, Tél. : 514 796-2066 Marjolaine Perrault, Service de l’information de la CSQ, Tél. : 514 356-8888, poste 2610

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket