6 octobre 2006 – Marche des chômeurs de Montréal à Ottawa

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des autobus R.M.–CSN et le Syndicat d’Autobus Terremont Ltée–CSN ont…
Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Urgences du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Réunis en assemblée générale ce 3 février en début d’après-midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus…
La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

La CSN réclame une bonification du régime d’assurance-emploi

Avec ses alliés des autres grandes centrales syndicales et les organismes de défense des chômeurs, la…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Les syndicats de B.R. et de Tremblay & Paradis manifestent devant le Centre de services scolaire de la Capitale

Ce 2 février à midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus B.R.–CSN et le Syndicat…
Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Réunis en assemblée générale le 31 janvier 2023, les membres du Syndicat des enseignantes et enseignants…

6 octobre 2006 – Marche des chômeurs de Montréal à Ottawa

Marche des chômeurs de Montréal à Ottawa

Ce mercredi 11 octobre 2006, une délégation de travailleuses et de travailleurs, de chômeuses et de chômeurs, en provenance de différentes régions québécoises, est partie de Montréal pour se rendre à pied jusqu’à Ottawa, afin de réclamer des améliorations au régime d’assurance-emploi.

Organisée par le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC), et soutenue par de nombreuses organisations et personnalités, la Marche des chômeurs revendique le principe des trois « 5 », soit :

  1. un critère unique d’admissibilité à 350 heures ;
  2. un minimum de 35 semaines de prestations ;
  3. un taux de prestations majoré à 65 % du salaire.

C’est la première fois qu’une telle marche s’organise. Elle se déroulera sur huit jours, soit du 11 au 18 octobre, et sera ponctuée d’assemblées publiques, de rencontres avec la population (Huntingdon, Papineauville, Buckingham et Hull) et d’appels à la solidarité.

Les Sans-Chemise toujours à l’œuvre

La Marche s’inscrit dans une continuité des campagnes menées par les Sans-Chemise depuis plusieurs années. Rappelons celle de 2004, lorsque la Coalition des Sans-Chemise avait fait irruption, en pleine campagne électorale, avec une publicité-choc : « Qui a volé l’argent des chômeurs ? Moi, je ne vote pas pour ça ! ». Des milliers de pancartes et des centaines de panneaux avaient alors été installés sur l’ensemble du territoire québécois. Cette campagne a su générer un large courant de sympathie parmi la population. Elle a été répétée lors des dernières élections avec une publicité affirmative: « L’assurance-chômage, c’est fait pour protéger le monde. Fini le détournement de la caisse ! »

Le gouvernement doit améliorer le régime

L’enjeu de la Marche des chômeurs est de transformer ces courants de sympathie en modifications réelles au régime d’assurance-emploi.

L’actuel front commun qui s’est constitué autour de la Marche, pour réclamer des changements à la Loi sur l’assurance-emploi, est large et représente sans contredit l’opinion d’une majorité de la population. C’est dans un contexte de surplus budgétaires, dont deux milliards de dollars proviennent du programme d’assurance-emploi, que nous appelons le gouvernement à agir. Une rencontre avec le premier ministre ainsi qu’avec la ministre des Ressources humaines a été demandée. Nous attendons toujours leur réponse.

Les porte-parole des marcheurs rencontreront le 18 octobre, en avant-midi, les caucus du Bloc québécois, du NPD et du PLC-Québec. Le même jour, les chefs des partis d’opposition viendront rencontrer les marcheurs à leur arrivée sur la colline parlementaire.

Ne manquez pas…

  • L’arrivée à Ottawa : Le 18 octobre, à 10h,il y aura rassemblement à Hull au parc Jacques-Cartier (angle Laurier et Saint-Laurent) pour effectuer le dernier jalon de la Marche jusqu’au Parlement d’Ottawa.

Source : CSN – 11 octobre 2006

Pour renseignements : Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs (CNC), cellulaire : 514 606-4074

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket