Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

6 octobre 2006 – Projet de loi fédéral anti – briseurs de grève C – 257 – Qu’en pensent le caucus régional du Parti conservateur?

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

6 octobre 2006 – Projet de loi fédéral anti – briseurs de grève C – 257 – Qu’en pensent le caucus régional du Parti conservateur?

Projet de loi fédéral anti-briseurs de grève C-257

Qu’en pense le caucus régional du Parti conservateur ?

Un important vote sur le projet de loi anti-briseurs de grève est prévu aux Communes vers la fin du mois d’octobre. Les personnes représentantes du Conseil central de Québec-Chaudière- Appalaches (CSN) auraient souhaité rencontrer les députés conservateurs sur ce sujet précis, ce qui de toute évidence ne se concrétisera pas, à l’exception du député de Lévis, M. Steven Blaney.

En effet, les députés refusent une rencontre avec les représentants du conseil central pour discuter du projet de loi anti-briseurs de grève déposé par le Bloc québécois, prétextant leur non-disponibilité.

« Que ce soit Mmes Sylvie Boucher ou Josée Verner, MM. Daniel Petit ou Jacques Gourde, aucun n’a le temps de nous rencontrer, déplore Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CSN). Et dire que leur dernière campagne électorale s’articulait sur l’importance d’une représentation auprès du gouvernement par des gens de chez nous, près de nous, pour nous. La réalité est tout autre. En ce qui concerne M. Maxime Bernier, il n’a même pas daigné retourner notre appel. »

À titre d’information, les travailleuses et les travailleurs sous juridiction fédérale au Québec comptent pour 8 % de la main-d’œuvre, mais enregistrent une perte de 18 % des journées perdues lors de conflits de travail au Québec. Généralement, ces conflits s’éternisent dans des entreprises couvertes par une juridiction fédérale. Pensons, par exemple, à Radio Nord ou à Cargill, deux conflits qui ont duré près de trois ans.

Par contre, le conseil central a pu échanger avec M. Blaney sur ce dossier et faire valoir l’importance d’une telle loi pour la main-d’œuvre québécoise. Cependant, il a été impossible de savoir comment se prononcera le député lorsque viendra le temps de voter. « Une chose nous inquiète particulièrement, c’est que la réalité québécoise ainsi que les intérêts des travailleuses et des travailleurs seraient sacrifiés au profit de ceux de l’Ouest canadien. »

Notons qu’une loi anti-briseurs existe depuis 1977 au Québec.


Source : CSN – 6 octobre 2006

Pour renseignements : Ann Gingras 418 573-0080

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket