Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

7 mai 2006 – Autobus de la STM : la piètre gestion de l’entretien menace la sécurité publique

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…

7 mai 2006 – Autobus de la STM : la piètre gestion de l’entretien menace la sécurité publique

Autobus de la STM

La piètre gestion de l’entretien menace la sécurité publique

« La flotte d’autobus de la STM est dans un tel état que si rien n’est fait et si rien ne change à très court terme sur la façon dont la direction du réseau des autobus gère l’entretien, c’est une question de jours, de semaines, à la rigueur de mois, pour qu’un malheur ne survienne », lance le président du Syndicat du transport de Montréal (employé-es des services d’entretien CSN), Pierre Saint-Georges.

La condition actuelle des autobus est, de l’avis du syndicat, plus dégradée que lors de la crise vécue par la STCUM en 1993, alors que la condition des véhicules était dans un état pitoyable et représentait un risque pour les usagers. Maintenant, il n’est même plus rare de voir des véhicules non conformes aux normes de la SAAQ circuler dans les rues de Montréal: -Freins usés jusqu’au métal; -Suspension brisées; -Carrosserie perforée côté trottoir; (normes de la SAAQ pour prévenir qu’aux arrêts d’autobus, un enfant ne puisse s’y introduire le doigt ou la main lorsque le véhicule quitte) -Problèmes de direction; -Etc.

Demain, le lundi 8 mai, le nouveau directeur général de la Société de transport de Montréal, Yves Devin, entre en fonction et il importe qu’il traite ce dossier en toute priorité, d’autant plus que l’arrivée du privé dans la gestion de l’entretien remonte à l’époque où il assumait la fonction de directeur exécutif de l’entretien des autobus.

Depuis quatre ans, la planification et la gestion de l’entretien des autobus de la STM sont confiées à Slivia, une entreprise privée issue du mariage de SNC- Lavalin, entreprise canadienne, et de Kéolis, entreprise européenne.

Élimination des programmes préventifs« Depuis quatre ans, poursuit le Syndicat du transport de Montréal (CSN), la STM élimine graduellement les programmes d’entretien préventifs, mis en place, notamment en 1993, et qui visaient assurer la sécurité, la fiabilité et la disponibilité des autobus. Malgré que cet abandon des programmes d’entretien préventif ait été décrié par les mécaniciens à maintes reprises auprès de tous les paliers de la direction, nous ne pouvons que constater que la flotte d’autobus se dirige à toute vitesse vers un gouffre, et ce volontairement de la part de la gestion de l’entretien du réseau des autobus. »

Le trésorier de la CSN, Pierre Patry, estime pour sa part que « la direction de la Société de transport de Montréal doit prendre ses responsabilités pour assurer la sécurité de ses usagers et qu’il est inacceptable que la flotte d’autobus se dégrade au point de mettre les usagers en danger ».

« Jamais les employés/ées d’entretien du Syndicat du Transport de Montréal, conclut Pierre Saint-Georges, ne cautionneront cette façon de faire qui risque, non seulement d’être lourde de conséquence à court terme mais également très onéreuse à moyen et long terme. »


Source : CSN – 7 mai 2006

Pour renseignements : Pierre Saint-Georges, président du STM-CSN, 514-374-5013 Yvan Sinotte, Information CSN, 514-979-6338

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket