Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

9 mai 2006 – Les maîtres de français langue seconde de l’Université Laval dénoncent les tactiques de leur employeur

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

« Pour s’assurer que les consignes de la Santé publique puissent être respectées, encore faut-il que…
Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Le Syndicat des employé-es de Distribution 2020 (CSN), une quincaillerie spécialisée, annonce la première journée de…
Journée nationale des chargées et chargés de cours : donner la moitié des cours universitaires sans obtenir de reconnaissance

Journée nationale des chargées et chargés de cours : donner la moitié des cours universitaires sans obtenir de reconnaissance

Alors que la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry, amorce son mandat, la Fédération nationale…
Une autre grève générale illimitée possible au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Une autre grève générale illimitée possible au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Lors d’une assemblée générale qui s’est tenue ce lundi soir, les membres du Syndicat des travailleuses…
Une véritable crise se profile, dans l’ombre

Une véritable crise se profile, dans l’ombre

Les répondantes et répondants médicaux d’urgence (RMU) et le personnel de bureau d’Urgences-santé œuvrent dans l’ombre…
Le STTuBAnQ–CSN projette l’impatience de ses membres

Le STTuBAnQ–CSN projette l’impatience de ses membres

Ce jeudi 17 novembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs uni-es de Bibliothèque et Archives nationales…

9 mai 2006 – Les maîtres de français langue seconde de l’Université Laval dénoncent les tactiques de leur employeur

Les maîtres de français langue seconde de l’Université Laval dénoncent les tactiques de leur employeur

Une rencontre de négociation en présence du conciliateur tenue en après-midi hier n’aura que permis de constater le manque de volonté de l’Université Laval d’en arriver à une entente avec le syndicat des maîtres de français langue seconde.

Un lock-out prématuré et inacceptable Rappelons quelques faits : la convention des maîtres de français langue seconde est échue depuis mai 2005, le projet de convention du syndicat a été déposé en décembre 2005. L’employeur quant à lui a terminé le dépôt de ses demandes le 6 avril dernier.

Avant même que les parties n’aient procédé à la présentation des modifications souhaitées à la convention, l’Université Laval demandait l’intervention d’un conciliateur. En mars 2006, un conciliateur était donc nommé et depuis ce sont 4 rencontres de négociation qui ont eu lieu, et ce, en tenant compte de la disponibilité du conciliateur et des autres intervenants. Le syndicat a toujours fait preuve d’ouverture et démontré sa volonté de négocier.

Louise Tremblay, présidente du syndicat, souligne que « l’employeur s’entête et mine la bonne réputation de l’école de langues établie au fil des ans.» Pour forcer l’acceptation d’un règlement, l’Université utilise des moyens qui n’ont aucune commune mesure avec le litige. Ainsi, le 17 mars dernier, l’Université a suspendu les demandes d’admission aux cours d’automne. Cela signifie une diminution suffisamment importante pour mettre le programme en péril et entraîner plusieurs pertes d’emploi, les maîtres de langue n’étant engagés que si le nombre d’étudiants le justifie.

Des demandes raisonnables Pour le syndicat, la réduction de l’autonomie et la liberté académique des maîtres de langue ainsi que l’augmentation de leur tâche, sont inacceptables. En effet, toute hausse du nombre d’étudiantes et d’étudiants par groupe équivaudrait à diminuer le nombre de maîtres de langue à l’emploi. Le projet de convention vise à protéger les acquis et rien ne justifie un tel acharnement de la part de l’Université.

Les maîtres de français langue seconde dispensent leur enseignement à 1400 étudiantes et étudiants par année.

Au moment ou l’Université inaugure la session d’été de l’école de français, les maîtres de français langue seconde lancent un appel : l’employeur doit faire preuve de bon sens et négocier de bonne foi.

Le syndicat des maîtres de langue de l’Université Laval est affilié à la FNEEQ (CSN) depuis 25 ans. La FNEEQ est l’organisation syndicale la plus représentative de l’enseignement supérieur au Québec. Elle regroupe la vaste majorité des chargé-es de cours des universités.


Source : Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (CSN) – 9 mai 2006

Pour renseignements : France Désaulniers, Conseillère aux communications, FNEEQ-CSN, 514 219-2947

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket