Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Avril 2003 – Relance de l’usine Agropur de Chambord : le silence du Parti québécois est inquiétant selon la CSN

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Avril 2003 – Relance de l’usine Agropur de Chambord : le silence du Parti québécois est inquiétant selon la CSN

Relance de l’usine Agropur de Chambord

Le silence du Parti québécois est inquiétant selon la CSN

La présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, a lancé un appel solennel aux candidates et aux candidats qui aspirent à prendre le pouvoir, le 14 avril prochain, afin qu’ils s’engagent clairement sur l’avenir de l’usine Agropur de Chambord au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Le Parti libéral du Québec a répondu en début d’après-midi par la voix de ses candidates et candidats de la région et nous citons : « Votre projet s’inscrit clairement dans la vision et la philosophie d’action que nous défendons. Il permettra, si les conditions de réussite sont réunies, de contribuer au progrès économique de la région en transformant ici nos propres produits. »

Pour la présidente de la CSN, cette réponse est nettement insuffisante. « Nous interpellerons, samedi prochain, le chef libéral Jean Charest qui sera de passage dans la région. Monsieur Charest qui aspire à devenir premier ministre du Québec doit s’engager de façon claire, sans ambiguïté, afin de relancer cette usine. »

La présidente du Conseil central du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Jeannine Girard, se dit inquiète du silence lourd de conséquences du Parti québécois. « Nous avons apprécié que les candidates et candidats libéraux viennent à Chambord nous présenter leur vision. Où est le Parti québécois ? Où sont les candidates et les candidats du Saguenay–Lac-Saint-Jean ? »

« Nous lançons de nouveau un appel aux représentants du Parti québécois afin qu’ils nous rencontrent le plus rapidement possible », lance la présidente de la CSN, Claudette Carbonneau. Le président de la Fédération du Commerce de la CSN, Jean Lortie, en appelle directement à Bernard Landry, chef du Parti québécois, afin qu’il se commette dans ce dossier. « Il est inconcevable que le Saguenay–Lac-Saint-Jean, grand producteur laitier, perde ses outils de transformation dans une industrie aussi stratégique que celle du bio-alimentaire. Nous devons tout mettre en œuvre afin de relancer l’usine de Chambord, assurer des emplois viables et transformer dans la région les produits de nos fermes. »

L’activité de ce matin, organisée par la CSN, semble porter fruit puisque déjà le Parti libéral répond. « Nous sommes dans le dernier droit de la campagne électorale. L’heure est comptée. L’offre d’achat faite à Agropur prend fin dans trois mois. Il faut des engagements dans les plus brefs délais, non seulement sur le montage financier et l’approvisionnement en lait, mais aussi sur la façon dont le prochain gouvernement entend exercer son leadership en vue de la conclusion d’une entente qui relancera l’usine », croit la présidente de la CSN, Claudette Carbonneau.

Source : CSN 02-04-03 – Renseignements : Jeannine Girard, présidente du Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean (CSN), tél. : (418) 549-8541, cel. : (418) 540-7552

   


Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket