Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Campement devant l’imprimerie Grafikom à Sherbrooke: La Banque de Montréal a l’obligation de sauver 50 emplois

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Climat de travail toxique à Lac-du-Cerf

Le climat de travail ne cesse de se détériorer à la municipalité de Lac-du-Cerf. L’arrivée d’un…
6 décembre : quand la haine perdure

6 décembre : quand la haine perdure

Le 6 décembre 1989, 14 femmes sont assassinées par un misogyne à l’école Polytechnique de Montréal,…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…

Campement devant l’imprimerie Grafikom à Sherbrooke: La Banque de Montréal a l’obligation de sauver 50 emplois

Campement devant l’imprimerie Grafikom à Sherbrooke

La Banque de Montréal a l’obligation de sauver 50 emplois

Ce matin, le lundi 1 er décembre, la cinquantaine de travailleuses et de travailleurs de l’imprimerie Grafikom ont décidé d’installer un campement devant l’usine tant que celle-ci ne rouvrira pas ses portes. « Si les machines ne repartent pas à l’imprimerie Grafikom et, qu’à court terme, qu’une cinquantaine d’emplois y sont perdus, la Banque de Montréal (BMO) en portera l’odieux. Alors que des acheteurs sérieux ont mis des offres sur la table, la BMO fait la fine gueule, ne répond pas à ces offres et joue grandement avec la survie de l’entreprise. Qui sera intéressé à acheter cette entreprise si elle perd ses clients ? », de se demander Guy Normandin, trésorier de la Fédération des travailleurs du papier et de la forêt (FTPF-CSN). Rappelons que cette entreprise, sous le coup d’une faillite (séquestre), a fermé ses portes le 7 novembre dernier.

Ce qui suscite beaucoup d’inquiétudes dans les rangs syndicaux, c’est que malgré des propositions soumises à la BMO pour relancer l’entreprise, la banque pourrait être tentée de vendre l’usine de Sherbrooke à un acheteur qui ne ferait que liquider les actifs, ce qui aurait pour effet de fermer l’entreprise définitivement.

« En effet, il est minuit moins une, a renchéri Jean Lacharité, président du Conseil central de l’Estrie CSN. Si la banque ne comprend pas l’urgence d’agir et la responsabilité sociale qu’elle devrait démontrer dans ce dossier, il y a un problème. En jouant à la lotterie comme elle le fait pour aller chercher plus d’argent, ce sont des emplois de qualité qui se perdront. Il me semble que ni l’économie du Québec ni celle de l’Estrie n’ont besoin de ce nouveau coup dur. Les banques nous ont montré leur capacité à perdre des millions de dollars dans les papiers commerciaux, peuvent-elles maintenant nous montrer leur capacité à développer et soutenir une économie basée sur la création et le maintien des emplois ? », de questionner Jean Lacharité.

Concessions salariales et profits de la banque

En acceptant de réduire de 7 % leur salaire, les membres du syndicat ont fait des concessions importantes pour permettre aux acheteurs potentiels de soumettre une offre à la BMO. Rappelons de plus qu’au cours des deux dernières années, ils n’avaient obtenu aucune augmentation salariale. « Si nous sommes prêts à supporter de telles concessions, pourquoi la BMO n’en ferait pas quelques-unes ? Elle dit être l’institution financière la plus solide et selon son dernier rapport, ses revenus nets du quatrième trimestre auraient augmenté de 24 % par rapport à la même période l’an dernier tandis que le résultat par action a grimpé de 22 % », explique Stéphane Labonté, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Grafikom CSN, qui compte 83 membres.

D’ailleurs, sur le site Internet de la BMO, nous pouvons y lire ceci : « BMO et ses employés possèdent une longue et honorable tradition en matière de services à la collectivité. L’organisation encourage l’engagement social et y attache une grande importance… ».

« Si la BMO est en train de bluffer, qu’elle sache qu’elle le fait avec la sécurité d’une cinquantaine de familles, ce qui n’est pas sans impact non plus sur l’économie locale. Il serait malheureux que cette entreprise, fondée en 1902, qui constitue la plus vieille entreprise manufacturière de Sherbrooke soit détruite sur le jeu de la spéculation », de conclure Jean Lacharité.

Comité de relance

Dès l’annonce de la fermeture, le conseil central a mis sur pied un comité de relance visant à tout mettre en oeuvre pour trouver des investisseurs et les appuyer dans la relance de la production de l’usine.

Le comité de relance est composé du Conseil central de l’Estrie, de la FTPF, de la Société de développement économique de Sherbrooke, d’Investissement Québec, du ministère du Développement économique, Innovation et Exportation, d’Emploi-Québec et de Fondaction (CSN).


Source : CSN – 1 décembre 2008

Pour renseignements : Jacqueline Rodrigue, Service des communications Cell : 514 773-0060, bur : 514 598-2139

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket