Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

« C’est un mythe de penser que le système publicgaspille de l’argent dans une lourde structure administrative »

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…
Entente de principe chez Autobus Chambly

Entente de principe chez Autobus Chambly

À la suite d’une ultime séance de médiation tenue ce lundi 28 novembre, une entente de…
Villa d'Alma - En route vers la grève!

Villa d'Alma - En route vers la grève!

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Centres d’hébergement privés de la région Saguenay–Lac-Saint-Jean…
Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Des militantes et des militants de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)…
La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

« Pour s’assurer que les consignes de la Santé publique puissent être respectées, encore faut-il que…
Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Le Syndicat des employé-es de Distribution 2020 (CSN), une quincaillerie spécialisée, annonce la première journée de…

 Privé ou public ?

« C’est un mythe de penser que le système publicgaspille de l’argent dans une lourde structure administrative »

par Claude Lafleur

Aux États-Unis, les seuls frais d’administration des assurances de santé dépassent la totalité des dépenses dans ce secteur au Canada

Doit-on permettre la coexistence d’un système de santé à « deux vitesses » ? Quelle place devrait-on accorder au privé dans notre système public de santé ? Pour résoudre ce genre de questions, il importe d’abord de distinguer deux aspects fondamentaux : le financement du système de santé et la prestation des soins. C’est du moins ce que recommande Damien Contandriopoulos, qui dirige la Chaire sur la gouverne et la transformation des organismes de santé.

« Le financement du système peut être public ou privé, affirme Damien Contandriopoulos. Le financement public provient bien entendu des revenus de l’État, donc de la taxation et des impôts, alors que le financement privé vient en grande partie d’assurances que l’on contracte soit individuellement ou en groupe. »

Quant à la prestation — qui donne les soins —, M. Contandriopoulos constate qu’on a déjà un système largement mixte. « On n’a qu’à penser aux médecins qui pratiquent dans leur cabinet ainsi qu’aux cliniques privées qui sont actuellement existantes », dit-il. Pour l’heure, la prestation des soins est en grande partie défrayée par du financement public. Toutefois, cela pourrait changer… pour le meilleur ou pour le pire ?

Voilà précisément la question à laquelle se consacre ce chercheur en administration de la santé au Groupe de Recherche interdisciplinaire en santé (GRIS) de l’Université de Montréal. « Le GRIS regroupe une centaine de spécialistes qui travaillent sur les meilleures façons de s’assurer que les populations soient en santé, indique M. Contandriopoulos. Nous menons depuis longtemps des travaux sur comment financer les soins de santé et sur comment les organiser. L’un des thèmes sur lesquels je travaille, c’est la répartition public-privé et le mouvement actuel vers une plus grande privatisation. »

Serions-nous mieux traités dans le privé ?

Au niveau de la dispensation des soins, Damien Contandriopoulos rapporte que quantité d’études ont été menées au fil des ans, particulièrement aux États-Unis où le public et le privé sont largement répandus et où les cliniques et hôpitaux privés peuvent être ou non à but lucratif.

« Ce qu’on observe, dit-il, c’est qu’il est probablement mieux pour un patient d’être hospitalisé dans une institution à but non lucratif, qu’elle soit privée ou publique. On y retrouve en effet les meilleurs taux de survie par suite d’une maladie grave, un plus haut taux de recours aux meilleures pratiques, etc. »

Il ne s’agit cependant pas d’un constat inébranlable, s’empresse-t-il d’ajouter : « Les preuves ne sont pas absolument claires puisqu’on peut trouver autant le pire que le meilleur dans l’un ou l’autre des systèmes. Toutefois, de grandes études comparatives montrent que les hôpitaux qui n’ont pas un but lucratif sont significativement meilleurs. »

Pourquoi ne pas se payer ses propres soins ?

Quant au financement, la situation est très nette, rapporte M. Contandriopoulos : « Le public est largement supérieur au privé, quelle que soit la situation! »

Premièrement, rares sont les personnes qui peuvent se payer des soins de santé, surtout lorsqu’elles sont atteintes d’une maladie grave. « Le coût des soins est souvent largement au-delà de ce que peut payer 99,9 % de la population, résume le spécialiste. On doit donc recourir à des assurances. » La plupart du temps, il s’agit d’assurances privées obtenues par l’entremise d’un employeur.

Deuxièmement, que se passe-t-il lorsqu’on doit combattre, par exemple, un cancer ? « Au bout d’un certain temps, comme vous êtes relativement invalide, votre employeur finit par vous mettre à la porte », relate M. Contandriopoulos. De ce fait, il vous prive de vos bénéfices (sic)d’assurance, alors que vous avez encore besoin de traitements. Théoriquement, vous pouvez recourir aux programmes publics, mais si vous avez des biens — une maison, une auto, des économies, etc. —, vous n’êtes pas admissible… Vous devez donc défrayer vos soins, jusqu’à ce qu’il ne vous reste plus rien…

Gaspillage de fonds publics ?

Néanmoins, on a tous l’impression que l’administration publique de la santé est une bureaucratie qui coûte cher et qui utilise à mauvais escient quantité d’argent. C’est tout le contraire, rapporte le spécialiste en administration de la santé. « C’est un mythe que de penser que le système public gaspille de l’argent dans une lourde structure administrative », tranche-t-il.

De fait, l’administration d’un système privé gobe de 15 à 30 % de la totalité des sommes en jeu, comparativement à de 3 à 6 % pour l’administration d’un système public. « Cette énorme différence s’explique parce que le second est beaucoup plus simple que le premier », explique-t-il.

Prenons l’exemple de la Régie de l’assurance maladie du Québec, suggère Damien Contandriopoulos. Chaque fois qu’un patient consulte un médecin, la RAMQ reçoit une facture et, à la fin du mois, elle émet un chèque à son intention. « Comme il y a quelques milliers de médecins au Québec, elle n’émet que quelques milliers de chèques chaque mois. » Quant aux hôpitaux, le ministère de la Santé alloue des sommes selon les besoins de chacune de ces institutions.

Par contre, dans un système privé, la plupart des actes médicaux doivent être autorisés par l’assureur privé. « Chaque assureur a une armée de médecins chargés de surveiller la pratique de leurs collègues et de recommander ou non un traitement, rapporte M. Contandriopoulos. Vous avez des dizaines de milliers de personnes qui ne font que ça! »

C’est ainsi qu’aux États-Unis, les frais d’administration des assurances de santé dépassent la totalité de ce qu’on dépense au Canada en tout et pour tout dans la santé, rapporte-t-il. C’est dire que ces frais supplantent ce qu’il en coûte pour traiter plus de trente millions de personnes!

Une médecine publique et privée ?

Ne pourrait-on pas permettre à nos médecins de travailler à la fois pour le public et pour le privé ? Pour Damien Contandriopoulos, ce serait là la pire des choses à faire. « Que feront alors nos médecins ?, pose-t-il. Ils joueront sur les deux tableaux. »

Ainsi, dans un premier temps, ils se plaindront auprès du gouvernement que, puisque le privé leur octroie davantage que ce qu’on leur attribue, ils n’ont guère d’intérêt à demeurer dans le public. « On va donc être obligé de leur offrir les mêmes conditions que le privé », dit-il. Mais que feront-ils par la suite ? Ils se retourneront vers le privé en se demandant pourquoi travailler dans ce secteur puisque le public leur offre autant. « Le privé n’aura d’autres choix que de leur octroyer un supplément… Et ainsi de suite! »

« Pourquoi pensez-vous que les États-Unis consacrent 15 % de leur PIB à la santé, alors que ce n’est que de 8 à 10 % pour les autres pays industrialisés ?, lance enfin Damien Contandriopoulos. C’est précisément pour cette raison! »


Source : Le Devoir– 10 novembre 2007

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket